Stela Moraru-Pavel, Mihaela-Victoria Munteanu, Olivia-Maria Marcov iunie 2009, USH, Drept

Stela Moraru-Pavel, Mihaela-Victoria Munteanu, Olivia-Maria Marcov iunie 2009, USH, Drept

Petrutu Crãciunas anii 1976 la Marea Mediterana Algeria

Petrutu Crãciunas anii 1976 la Marea Mediterana Algeria

Clasa 9-12 V 1982-1986 in 7 iulie 2006 liceul N Balcescu Bucuresti, Romania

Clasa 9-12 V 1982-1986 in 7 iulie 2006 liceul N Balcescu Bucuresti, Romania

Clasa 12 V Colegiul National Sf Sava promotia 1986

Clasa 12 V Colegiul National Sf Sava promotia 1986

Jésus-Christ, Jezu Ufam Tobie, Isuse mã încred in tine

Jésus-Christ, Jezu Ufam Tobie, Isuse mã încred in tine

Iulia Motoc Bucharest Romania CEDO

Iulia Motoc Bucharest Romania CEDO

Iulia Motoc Patriarhie, Turnul Clopotnita din 1698, 8 septembrie 2013

Iulia Motoc Patriarhie, Turnul Clopotnita din 1698, 8 septembrie 2013

Petrutu, prietenul meu din copilaria, Aurora si Tutzu (Petru) Craciunas parintii lui (Algeria)

Petrutu, prietenul meu din copilaria, Aurora si Tutzu (Petru) Craciunas parintii lui (Algeria)

Sr Dominique, Renée, Olivia, Corina R., Anca, Victoria si Iudit (Ungaria), Ruxandra, Monica ...

Sr Dominique, Renée, Olivia, Corina R., Anca, Victoria si Iudit (Ungaria), Ruxandra, Monica ...

Petrutu Crãciunas si Stephanie White Mountain

Petrutu Crãciunas si Stephanie White Mountain

Sr. Georges, Renée, Marie-Lucie, Suzanne, Octavie, Dominique, RDC Constantine

Sr. Georges, Renée, Marie-Lucie, Suzanne, Octavie, Dominique, RDC Constantine

Olivia Maria Marcov si Corina Resl Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine

Olivia Maria Marcov si Corina Resl Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine

Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine Algeria 1972 1976

Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine Algeria 1972 1976

Mihai Miriunis, Laura Simion, Mihai-Ionut Taciu colegii mei de facultate

Mihai Miriunis, Laura Simion, Mihai-Ionut Taciu colegii mei de facultate

Peter-Jacob Hehn Petrutu's friend Canada

Peter-Jacob Hehn Petrutu's friend Canada

Prof.dr.Dorel Zugravescu, ing.J.-B.Deloly, Olivia Maria Marcov, prof.dr.Ieronim Mihaila

Prof.dr.Dorel Zugravescu, ing.J.-B.Deloly, Olivia Maria Marcov, prof.dr.Ieronim Mihaila

Iulia Motoc 15 august 2013

Iulia Motoc 15 august 2013

Laura Simion, colega mea de la Drept, USH, Bucharest

Laura Simion, colega mea de la Drept, USH, Bucharest

Prof.dr.NIcolae Marcov ( father ) si prof.Udriste

Prof.dr.NIcolae Marcov ( father ) si prof.Udriste

Prof.dr.Florin Munteanu si Leon Zagrean

Prof.dr.Florin Munteanu si Leon Zagrean

Prof.dr.Ieronim Mihaila, ing.J.-B.Deloly AIRAMA, Olivia Marcov

Prof.dr.Ieronim Mihaila, ing.J.-B.Deloly AIRAMA, Olivia Marcov

Jesus-Christ

Jesus-Christ

Tatal meu Nicolae Marcov, Revedere colegi liceu Gh.Sincai, promotia 1959, in 31/oct./2013

Tatal meu Nicolae Marcov, Revedere colegi liceu Gh.Sincai, promotia 1959, in 31/oct./2013

Olivia Maria N. Marcov, august 2006, Bucuresti

Olivia Maria N. Marcov, august 2006, Bucuresti

Sorin Tilie, Silviu Marcov, Olivia Maria Marcov, septembrie 2003 Bucuresti

Sorin Tilie, Silviu Marcov, Olivia Maria Marcov, septembrie 2003 Bucuresti

Olivia Maria Marcov, Alexandra Georgescu, Adrian Pafa, Bianca Eftimie, aug.2009, Bucharest

Olivia Maria Marcov, Alexandra Georgescu, Adrian Pafa, Bianca Eftimie, aug.2009, Bucharest

Stéphanie Crãciunas Peter Hehn and Stéphanie's cousin, Canada

Stéphanie Crãciunas Peter Hehn and Stéphanie's cousin, Canada

Maica Domnului cu pruncul, Rugaciune la aprinderea candelei

Maica Domnului cu pruncul, Rugaciune la aprinderea candelei

Mission to Magadan Sister Miriam praying the rosary June 24 2014

Mission to Magadan Sister Miriam praying the rosary June 24 2014

The Catholic Parish of the Sacred Heart of Jesus, Constantine Algeria 1972 1976

The Catholic Parish of the Sacred Heart of Jesus, Constantine Algeria 1972 1976

Laura Adriana Bucharest Romania July 2009

Laura Adriana Bucharest Romania July  2009

Olivia Maria Marcov December 2007 Bucharest Romania Cristi s Birthday

Olivia Maria Marcov December 2007 Bucharest Romania Cristi s Birthday

Olivia Maria Marcov si Laura Gabriela Cristea in Aparatorii Patriei anul IV 2008 2009

Olivia Maria Marcov si Laura Gabriela Cristea in Aparatorii Patriei anul IV 2008 2009

Fr Michael Shields Bronislava s gulag number Anchorage USA 2014

Fr Michael Shields Bronislava s gulag number Anchorage USA 2014

Liliana Iacob Barna 8 martie 2014 Bucuresti Romania

Liliana Iacob Barna 8 martie 2014 Bucuresti Romania

Olivia Marcov Liliana Iacob Gratiela Andreescu 20 August 1979 Bucharest Romania

Olivia Marcov Liliana Iacob Gratiela Andreescu 20 August 1979 Bucharest Romania

Liliana Iacob and Gratiela Andreescu Italy Bucharest Romania

Liliana Iacob and Gratiela Andreescu Italy Bucharest Romania

Peter Jacob Hehn Petrutu's friend CANADA

Peter Jacob Hehn Petrutu's friend CANADA

Mission to Magadan Fr Michael Shields Children Saturday Club April 29 2014

Mission to Magadan Fr Michael Shields Children Saturday Club April 29 2014

Professor Nicolae Marcov at the Faculty of Matehmatics str Academiei 14 Bucharest Spiru Haret amph

Professor Nicolae Marcov at the Faculty of Matehmatics str Academiei 14 Bucharest Spiru Haret amph

Professor Nicolae Marcov Faculty of Mathematics 14 str Academiei sector 3 Bucharest

Professor Nicolae Marcov Faculty of Mathematics 14 str Academiei sector 3 Bucharest

Iulia Motoc ORTA ITALY September October 5 2014 Romania

Iulia Motoc ORTA ITALY September October 5 2014 Romania

Iulia Motoc Clasa I 1973 Romania

Iulia Motoc Clasa I 1973 Romania

Professor Ieronim Mihaila Faculty of Mathematics Str Academiei 14 3rd floor Bucharest 2007

Professor Ieronim Mihaila Faculty of Mathematics Str Academiei 14 3rd floor Bucharest 2007

Olivia Maria Marcov Andrei Dobrescu 12 V 30 Martie 2007 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov Andrei Dobrescu 12 V 30 Martie 2007 Bucharest Romania

Iulia Motoc Isla Bella September October 5 2014 Romania

Iulia Motoc Isla Bella September October 5 2014 Romania

Olivia Maria Marcov 1968 1969 in Str Sebastian Bucharest Romania la bunica mea Jeana Mardale

Olivia Maria Marcov 1968 1969 in Str Sebastian Bucharest Romania la bunica mea Jeana Mardale

Olivia Maria Marcov JB Deloly AIRAMA July 20 2012 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov JB Deloly AIRAMA July 20 2012 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 School Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 School Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 Bucharest Romania

Olivia Maria, Nicolae, Magdalena, Silviu Marcov, Maria, Irina Craciunas in 1980 Bucharest sector 6

Olivia Maria, Nicolae, Magdalena, Silviu Marcov, Maria, Irina Craciunas in 1980 Bucharest sector 6

Magdalena Marcov my mother and aunt Stefania Sestocenco Bucharest '60

Magdalena Marcov my mother and aunt Stefania Sestocenco Bucharest '60

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciunas' Birthday May 17 1982 Bucharest Romania

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciunas' Birthday May 17 1982 Bucharest Romania

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciuns'Birthday May 17, 1982, 2 years old, Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciuns'Birthday May 17, 1982, 2 years old, Bucharest

Olivia Maria Marcov Irina Craciunas Silviu Marcov January 1, 1983 Bucharest

Olivia Maria Marcov Irina Craciunas Silviu Marcov January 1, 1983 Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr.Craciunas, Irina's Birthday, May 17, 1985 Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr.Craciunas, Irina's Birthday, May 17, 1985 Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr., Irina Craciunas' Birthday, May 17, 1985, Bucharest Romania

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr., Irina Craciunas' Birthday, May 17, 1985, Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov in 1969 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov in 1969 Bucharest Romania

Mission to Magadan October 29 2014

Mission to Magadan October 29 2014

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus June 4 2014 Magadan Russia USA

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus June 4 2014 Magadan Russia USA

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus Mission to Magadan E News Oct 2014

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus Mission to Magadan E News Oct 2014

The Holy Virgin Mary and the Kremlin Russia December 2014

The Holy Virgin Mary and the Kremlin Russia December 2014

Vladimir Vladimirovich Putin FB page Kremlin Ru En Jan 7 2015

Vladimir Vladimirovich Putin FB page Kremlin Ru En Jan 7 2015

MOSCOW THE CATHEDRAL OF THE IMMACULATE HEART OF MARY ANNA BELOVA

MOSCOW THE CATHEDRAL OF THE IMMACULATE HEART OF MARY ANNA BELOVA

Jesus, The Holy Mother of God Kazanskia by Irina VESELKINA RUSSIA versta-K.ru

Jesus, The Holy Mother of God Kazanskia by Irina VESELKINA RUSSIA versta-K.ru

Vladimir Putin et les enfants orphelins Russie Noel 2014

Vladimir Putin et les enfants orphelins Russie Noel 2014

God and Baby Jesus Ekaterina and Anton Daineko Belarus

God and Baby Jesus Ekaterina and Anton Daineko Belarus

Liliana Iacob Gratiela Andreescu September 2014 Bucharest Romania

Liliana Iacob Gratiela Andreescu September 2014 Bucharest Romania

Gratiela Andreescu Romania Italia

Gratiela Andreescu Romania Italia

Liliana Iacob Barna si Carina Barna 5 iulie 2015 Bucharest Romania

Liliana Iacob Barna si Carina Barna 5 iulie 2015 Bucharest Romania

Vladimir Putin Moscow Russia 2015

Vladimir Putin Moscow Russia 2015

Sr Barbara Hojda Polonia Iunie 2015

Sr Barbara Hojda Polonia Iunie 2015

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015 Pologne

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015 Pologne

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus April 26 2015 Magadan Russia

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus April 26 2015 Magadan Russia

Father Michael Shields of The Heart of Jesus May 21 2015 The Poor Claire Sisters Ireland

Father Michael Shields of The Heart of Jesus  May 21 2015 The Poor Claire Sisters Ireland

Luminita Marina Raileanu psiholog Bucharest Romania July 4 2015

Luminita Marina Raileanu psiholog Bucharest Romania July 4 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13Iulie 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13Iulie 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13 Iulie 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13 Iulie 2015

Vie de Prieres JESUS CHRIST

Vie de Prieres JESUS CHRIST

Olivia Maria Nicolae MARCOV 3 decembrie 2015

Olivia Maria Nicolae MARCOV 3 decembrie 2015

Vladimir Putin, Moscou, Russie, octobre-décembre 2015

Vladimir Putin, Moscou, Russie, octobre-décembre 2015

Irina Vatava Moscalenco la fille de Boris Vatav Ma cousine Chisinau Moldova

Irina Vatava Moscalenco la fille de Boris Vatav Ma cousine  Chisinau Moldova

Tania Trahman la petite fille de Boris Vatav Chisinau Moldova

Tania Trahman la petite fille de Boris Vatav Chisinau Moldova

Natasa la fille aînée de Boris Vatav son mari et Tania Trahman leur fille Chisinau Moldova

Natasa la fille aînée de Boris Vatav son mari et Tania Trahman leur fille Chisinau Moldova

Irina Vatav la fille de Boris Vatav le cousin de mon père de Chisinau Moldova

Irina Vatav la fille de Boris Vatav le cousin de mon père de Chisinau Moldova

Valentina et Boris et Irina Vatav Chisinau Moldova

Valentina et Boris et Irina Vatav Chisinau Moldova

Valentina et Boris Vatav le cousin de mon père Chisinau Moldova 2015

Valentina et Boris Vatav le cousin de mon père Chisinau Moldova 2015

Jesus Christ Iisus Hristos

Jesus Christ Iisus Hristos

NOTRE DAME DE LOURDES PRIEZ POUR NOUS

NOTRE DAME DE LOURDES PRIEZ POUR NOUS

Olivia Maria Marcov 1 Octombrie 2014 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov 1 Octombrie 2014 Bucharest Romania

DUMNEZEU TATAL CERESC SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC ATOTTIITORUL

DUMNEZEU TATAL CERESC SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC ATOTTIITORUL

Olivia Maria MARCOV 5 Ianuarie Janvier 2016 Bucharest Romania

Olivia Maria MARCOV 5 Ianuarie Janvier 2016 Bucharest Romania

Le mot de Jesus Christ Le Verbe Dieu Sfinte Dumnezeule Sfinte Tare Sfinte Fara de Moarte

Le mot de Jesus Christ Le Verbe Dieu Sfinte Dumnezeule Sfinte Tare Sfinte Fara de Moarte

SFANTUL ARHANGHEL MIHAIL CINE E CA DUMNEZEU NIMENI NU E CA DUMNEZEU SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC

SFANTUL ARHANGHEL MIHAIL CINE E CA DUMNEZEU NIMENI NU E CA DUMNEZEU SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC

Jesus Misericordia ISUS CRISTOS SI COROANA DE SPINI PATIMILE

Jesus Misericordia ISUS CRISTOS SI COROANA DE SPINI PATIMILE

Olivia Marcov Bogdan Buzoianu 31 janvier 1976 CONSTANTINE ALGERIE

Olivia Marcov Bogdan Buzoianu 31 janvier 1976 CONSTANTINE ALGERIE

Maica Domnului icoana Sf Ap Luca aici MD Vladimir

Maica Domnului icoana Sf Ap Luca aici MD Vladimir

Saint Padre Pio NOS LARMES AU CIEL

Saint Padre Pio NOS LARMES AU CIEL

Profesor fizica Ion MANEA Olivia Marcov cl 12 V 1986 Liceul N Balcescu Colegiul Sf SAVA Bucuresti

Profesor fizica Ion MANEA Olivia Marcov cl 12 V 1986 Liceul N Balcescu Colegiul Sf SAVA Bucuresti

Olivia Maria Marcov Icône de la Mère de Dieu Salvatrice et Secours des Affligés Bucarest Romania

Olivia Maria Marcov Icône de la Mère de Dieu Salvatrice et Secours des Affligés  Bucarest Romania

Silviu Marcov mon frère fratele meu Bucarest Romania

Silviu Marcov mon frère fratele meu Bucarest Romania

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 la classe 12 V Bucarest Roumanie 2016

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 la classe 12 V Bucarest Roumanie 2016

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 Bucarest Roumanie 2016

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 Bucarest Roumanie 2016

Notification blogspot.com 17 novembre 2016

Notification blogspot.com 17 novembre 2016

Nasterea Domnului La Naissance du Petit Jésus

Nasterea Domnului La Naissance du Petit Jésus

Jésus-Christ

Jésus-Christ

joi, 28 iulie 2016

Salut ! la grammaire française, jeudi le 28 juillet 2016

Salut ! la grammaire française, jeudi le 28 juillet 2016

Objet :
Salut ! la grammaire française
De :
Olivia Marcov (Olivia Marcov@yahoo.fr)
À :
...
Date :
Jeudi 28 juillet 2016 15h10

Salut,

-  la grammaire française - 
Je m'aperçois quand j'écris, que je fais des fautes et cependant je les fais, ce qui m'exaspère, je connais les règles, et je me demande assez souvent ce qui ne va pas, je me suis dit "tu as besoin de plus d'exemples"... et c'est vrai, dans les livres de grammaire j'aimerais trouver plus d'exemples....
Il y a des règles de grammaire que j'ai lues, que je connais, et cependant quand j'écris j'ai des doutes et alors je fais une faute, car je ne les applique pas...
Par exemple : " je me suis rendu compte ...", le participe passé est invariable, ne change pas au féminin, ne devient pas  rendu / rendue compte....
Je crois qu'il m'est difficile d'accepter certaines règles de grammaire.
Le verbe "se rendre" se conjugue avec l'auxiliaire être et il est si difficile de ne point faire l'accord du participe passé...
Et tu ne dois pas faire l'accord, car l'accord se fait en fonction du COD/COI placé ou pas, avant le participe passé du verbe à conjuguer....

Si vous voulez voir ou réviser quelques règles de grammaire française, j'ai trouvé des sources très bonnes "Parler français", "Dépannage linguistique" et j'ai copié dans un fichier word ce dont j'avais besoin...

A part cela, la grammaire française enseignée dans les écoles roumaines et insuffisante !!!!
Je crois pouvor dire que seulement un tiers  ( ou même pas ) de la grammaire française, - en fait, de la langue française ! -  est enseigné à l'école en Roumanie, à partir de l'école primaire, de la deuxième classe de l'école primaire quand les écoliers commencent à apprendre, à étudier une langue étrangère.
L'école générale comprend huit classes, les classes I - VIII, ensuite commence le lycée : quatre classes au lycée  ( les classes IX - XII ) , et ensuite, peut-être, la faculté qui n'est pas obligatoire, on le sait.

Vous trouverez ci-joint ledit fichier !!!!!

Source 1 : http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=4440
Banque de dépannage linguistique ; Office québécois de la langue française, Québec

« 
 Être confronté à

Le verbe confronter est traditionnellement utilisé avec deux compléments (l’un direct et l’autre indirect) désignant des êtres de même nature : on peut ainsi confronter deux personnes ou deux choses. Lorsque les compléments désignent des personnes, confronter signifie « mettre en présence, notamment afin de comparer leurs dires ». Lorsque les compléments désignent plutôt des choses, il signifie tout simplement « comparer ». Dans ces constructions, le complément indirect peut être introduit par les prépositions à ou avec.

Exemples :

- C’est lorsqu’on a confronté le témoin à l’accusé que tout est devenu clair. (ou : lorsqu’on a confronté le témoin avec l’accusé)
- Nous devrons d’abord confronter cette version avec le texte original. (ou : confronter cette version au texte original)


On trouve également la formule être confronté à (ou être confronté avec), dont le sujet désigne une personne et dont le complément désigne une chose, souvent abstraite. Cette formule, qui signifie « faire face à, être aux prises avec », est critiquée dans certains ouvrages de référence. Cependant, elle est de plus en plus courante et on l’emploie un peu partout dans la francophonie. On peut considérer qu’il s’agit d’une extension de sens du verbe confronter; on y trouve toujours l’idée de mettre en présence deux choses, une personne et un élément abstrait. On n’a donc pas à éviter cette locution dans la langue courante.

Exemples :

- Il était confronté à d’importantes difficultés financières.
- Elle avait l’impression d’être constamment confrontée avec le même questionnement.
- Elle aimait bien être confrontée à sa passion naissante pour cet étranger.


Dans la langue soignée, on peut remplacer la locution être confronté à par affronter, être aux prises avec ou faire face à.

Exemples :

- Il faisait face à d’importantes difficultés financières.
- Elle avait l’impression d’être constamment aux prises avec le même questionnement.
- Elle aimait bien affronter sa passion naissante pour cet étranger.


Pour en savoir davantage sur le verbe confronter, vous pouvez consulter l’article Confronter mutuellement.

Source :

http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=4440
Banque de dépannage linguistique
Office québécois de la langue française, Québec

{

« Lorsqu’elle a reçu les résultats de l’examen, je me suis dit qu’elle avait peut-être quelque chose de spécial et que je ne m’en étais jamais rendue compte » (propos de la mère de l'adolescente de 12 ans connue pour avoir un QI supérieur à celui d'Einstein, photo ci-contre).
(Jérémy Garandeau, sur gentside.com, le 6 mars 2013)

(photo Wikipédia)


FlècheCe que j'en pense

Si, d'après ledit article, la jeune Britannique d'origine indienne Neha Ramu s'est notamment illustrée à l’examen de grammaire en réalisant un sans(-)faute, on ne peut en dire autant de notre malheureux journaliste.
En effet, à en croire nos plus éminents spécialistes, la chose est entendue : dans la conjugaison de se rendre compte, « le participe est toujours invariable ». Voilà qui est dit. Inutile pour autant d'espérer trouver la moindre justification à cet état de fait dans les comptes rendus de Girodet, Thomas, Hanse, Bescherelle et consorts : derrière le bel unisson, aucune explication. Une telle vérité aussi laconiquement partagée ne pouvait que paraître suspecte.
L'Office québécois de la langue française est heureusement plus prolixe : selon lui, dans la locution se rendre compte, c'est le substantif compte, et non le pronom se, qui tient lieu de complément d'objet direct. Comme celui-ci est toujours placé après le verbe, l’invariabilité du participe passé est de rigueur, selon la règle d’accord des verbes occasionnellement pronominaux.
Si l'explication est grammaticalement satisfaisante, elle ne laisse pourtant pas de heurter le bon sens : car, après tout, est-on fondé à considérer se rendre compte (de quelque chose), qui signifie « s'en apercevoir, en prendre conscience », comme la forme pronominale de rendre compte (de quelque chose), à savoir « en faire le récit, le rapport, en rendre raison » ? A priori, le compte n'y est pas... D'où la réflexion de mon correspondant (cf. commentaires ci-dessous), qui a tôt fait de ranger ladite locution dans le groupe des verbes (occasionnellement) pronominaux non réfléchis – entendez : qui existent aussi à la forme non pronominale, mais avec un autre sens (sur le modèle de s'apercevoir, qui ne signifie pas « apercevoir soi-même » mais « prendre conscience ») – et, partant, de prôner l'accord du participe passé.
C'est oublier que le substantif compte est ici pris au sens figuré de « action de rapporter ce qu'on a fait, ce qu'on a vu, etc., et d'en rendre raison, de l'expliquer ». À l'origine, se rendre compte (de quelque chose)signifiait ainsi « se l'expliquer, s'en rendre raison », comme cela est encore attesté dans la huitième édition duDictionnaire de l'Académie : J'éprouvais un sentiment dont j'avais peine à me rendre compte. Ce n'est que dans la dernière édition de son Dictionnaire que l'Académie enregistre l'acception moderne de « s'en apercevoir, en prendre conscience », dans laquelle le sens originel de compte n'est plus perçu. Malgré ce glissement sémantique, l'invariabilité du participe passé – pleinement justifiée dans le sens premier – a été conservée dans le sens moderne.
Il n'empêche, j'ai peine à me rendre compte du silence des ouvrages spécialisés sur ce point de grammaire... réservé à l'entendement des seuls surdoués ?

Flèche
Ce qu'il conviendrait de dire

Je ne m’en étais jamais rendu compte.

Source :
http://parler-francais.eklablog.com/elle-s-est-rendu-e-compte-a79261327

{

Accord du participe passé des verbes pronominaux

Par Marc81 dans Accord le 
On se fait toute une montagne de l'accord de ces fichus verbes pronominaux (= verbes construits avec le pronom se) et pourtant l'exercice n'est pas si compliqué qu'on le croit. Enfin, presque...
Pour la petite histoire, c'est au poète François de Malherbe (1555-1628), considéré comme l'un des Réformateurs de la langue française, que l'on doit les subtilités de la règle d'accord des verbes pronominaux. Et notamment ce curieux paradoxe selon lequel les participes passés de ces verbes se conjuguant avec l'auxiliaire être ne s'accordent pas systématiquement avec le sujet (principe qui prévalait pourtant jusque-là... et qui simplifiait bien les choses).
Tout dépend en fait de la fonction du pronom se : s'agit-il d'un complément d'objet direct (auquel cas se= soi), d'un complément d'objet indirect (auquel cas se = à soi, de soi) ou bien ne peut-il pas être analysé comme complément d'objet ?
On l'aura compris, depuis Malherbe et son obsession pour la pureté de la langue française, l'accordeur de participe passé doit davantage porter son attention sur le complément que sur le sujet... au risque de s'emmêler les neurones. Il n'en demeure pas moins que, quel que soit l'auxiliaire employé, c'est le sensde la phrase qui détermine l'accord.

Remarques liminaires
• Afin de faciliter la compréhension de la règle d'accord des verbes pronominaux, nous vous invitons à lire au préalable l'article consacré à l'accord du participe passé en général.
• Il est très important de bien comprendre que ce n'est pas parce que les verbes pronominaux se conjuguent avec l'auxiliaire être que leurs participes passés s'accordent systématiquement. Non ! La subtilité desdits verbes pronominaux réside notamment dans le fait que leurs participes passés s'accordent comme s'ils étaient employés avec l'auxiliaire avoir (*). La chasse au COD (s'il existe) sera donc effectuée en posant la question qui / quoi ? au verbe conjugué avec avoir.
Elles se sont endormies (s'endormir est un verbe pronominal on fait comme s'il était conjugué avec avoir  elles ont endormi qui ? se mis pour elles, COD placé avant le pp accord avec le COD).
(*) René-François Bescher justifie cette particularité par des considérations d'euphonie : « Le verbe pronominal présente un sujet qui agit sur lui-même, comme il agirait sur un objet étranger [...] Au lieu de prononcer il se a écarté de sa route, ce qui formerait un son dur, par le choc des voyelles, on dit il s'est écarté... [...] Ainsi, le participe passé dérivant d'un verbe pronominal est soumis aux règles du participe construit avec avoir. »
• Par la suite, participe passé sera abrégé en pp, complément d'objet direct en COD et complément d'objet indirect en COI.

Rappel de la règle

Cas 1. Si le pronom se ne peut pas être analysé comme complément d'objet (direct ou indirect), l'accord du pp se fait en genre (masculin / féminin) et en nombre (singulier / pluriel) avec le sujet.
Cas 2. Si le pronom se peut être analysé comme complément d'objet (direct ou indirect), l'accord du pp se fait avec le COD selon que celui-ci le précède ou non (exactement comme s'il était employé avec l'auxiliaire avoir).
Une exception : le pp de s'arroger, bien que toujours employé à la forme pronominale, s'accorde avec le COD selon que celui-ci est placé ou non avant.
Les droits qu'elles se sont arrogés (ils ont arrogés quoi ? les droits, COD placé avant le pp → accord avec le COD).
Ils se sont arrogé des droits (des droits, COD placé après le pp → pas d'accord).
Cas 3. Suivi d'un infinitif, le pp des verbes pronominaux suit la même règle  d'accord que celui du verbe simple (voir l'article Accord du participe passé) : employé avec l'auxiliaire avoir et suivi d'un infinitif, le pp s'accorde si le COD, étant placé avant le participe, fait l'action exprimée par l'infinitif.
Ils se sont vus mourir (se, COD placé avant le pp, fait l'action de mourir → accord) mais Ils se sont vu condamner (se, COD placé avant le pp, ne fait pas l'action de condamner → pas d'accord).
2 exceptions : les participes passés de se laisser et se faire, suivis d'un infinitif, sont rendus invariables (voir également l'article Accord du participe passé, § Participe passé suivi d'un infinitif, Remarque 1).
Ils se sont laissé faire. Elle s'est fait couper les cheveux.

FlècheCas 1 : le participe passé s'accorde avec le sujet

Ce cas concerne :
  • les verbes essentiellement pronominaux (qui n'existent que sous la forme pronominale, commes'absenter, s'écrier, s'enfuir, s'envoler, s'exclamer, s'ingénier, se repentir, se souvenir...).
Ils se sont souvenus de moi.
Les mésanges se sont envolées.
Remarque : La locution s'en prendre à, où se et en ne sont pas analysables, se comporte comme un verbe essentiellement pronominal.
Elle s'en est prise à sa famille (mais L'envie lui a pris de partir).
  • les verbes occasionnellement pronominaux (c'est-à-dire qui peuvent être employés à une autre forme que la seule forme pronominale) dont le sens change quand on les emploie à la forme pronominale (ces verbes sont encore appelés pronominaux non réfléchis, car l'action ne se reporte pas sur le sujet). Par exemple : s'apercevoir de, s'attaquer à, s'attendre à, se comporter, se douter de, se jouer de, se mettre à, se passer de, se plaindre de, se refuser à, se résoudre à, se saisir de, se taire...
Elles se sont aperçues de leur erreur (s'apercevoir ne signifie pas ici « apercevoir soi-même » comme dans Elle s'est aperçue dans un miroir, mais « prendre conscience », ce qui est différent).
Elle s'était attendue à sa remarque (s'attendre ne signifie pas ici « attendre soi-même » comme dans Elles se sont attendues au coin de la rue, mais « considérer comme probable »).
Ils se sont échappés (s'échapper ne signifie pas « échapper soi-même » mais « s'enfuir »).
Elle s'est mise à la musique (se mettre à signifie « commencer »).
  • les verbes pronominaux de sens passif (comme s'accompagner, s'acheter, se conduire, s'entendre, se jouer, s'ouvrir, s'utiliser, se vendre...).

    Dans ce cas, le sujet (généralement un inanimé) n'accomplit pas l'action et l'agent n'est le plus souvent pas exprimé.
Les tomates se sont bien vendues aujourd'hui (= ont été bien vendues).
La partie s'est jouée en deux manches (= a été jouée).
La porte s'est ouverte, s'est fermée.

Flèche
Cas 2 : le participe passé s'accorde avec le COD (s'il existe)


Ce cas concerne les verbes occasionnellement pronominaux qui conservent leur sens premier quand on les emploie à la forme pronominale. Par exemple : se laver (= laver soi-même), se parler (= parler à soi-même).
Dans ce cas, la règle veut que le pp s'accorde avec le COD si ce dernier est placé avant. Il va de soi que les participes passés des verbes ne pouvant avoir de COD (cas de se parler, se plaire à, se rire de, se sourire, se succéder, se suffire, se téléphoner, s'en vouloir de, etc., pour lesquels l'infinitif du verbe en emploi non pronominal se construit avec une préposition) restent invariables.
Elle s'est jetée sur lui (elle a jeté qui ? se mis pour elle, COD placé avant le pp accord).
Ils se sont lavé les mains (ils ont lavé quoi ? les mains, COD placé après le pp tandis que se est COI  pas d'accord).
Ils se sont lavés à grande eau (ils ont lavé qui ? se mis pour ils, COD placé avant le pp  accord).
Elle s'est refait une santé (elle a refait quoi ? une santé, COD placé après le pp tandis que se est COI pas d'accord, même si la liaison entre refait et une peut prêter à confusion).
Les postulants se sont succédé toute la matinée (ils ont succédé à qui ? à eux,  se est COI, il n'y a pas de COD  pas d'accord).
Elle s'est plu à l'embêter (se plaire, comme se succéder, ne peut avoir de COD).
Elle s'est remise de son voyage mais Elle s'est permis de le lui dire (et non Elle s'est permise).
Elle s'en est voulu de son erreur.
Elle s'est attiré les foudres de son patron (les foudres, COD placé après le pp).

Flèche
Cas 3 : participe passé suivi d'un infinitif

Le cas 3, à l'analyse, n'est finalement qu'un corollaire du cas 2. En effet, la même règle (accord avec le COD s'il précède le pp) s'applique, à condition de s'assurer qu'il s'agit bien du COD du pp et non du COD de l'infinitif. Étant donné que le COD ne peut se rattacher au pp que s'il est aussi sujet de l'infinitif, cela revient à la règle énoncée plus haut, plus facile à appliquer. Reprenons nos exemples :
Ils se sont vus mourir [= Ils ont vu eux-mêmes en train de mourir (sens actif)  se est COD du pp vuet placé avant  accord].
Ils se sont vu condamner [= Ils ont vu (quelqu'un) les condamner (sens passif)  se est COD decondamner, pas du pp  pas d'accord].
Elle s'est entendue dire merci à son ami (c'est elle qui dit merci) mais Elle s'est entendu dire merci(quelqu'un de son entourage lui dit merci).

Remarque : Lorsqu'une préposition (à ou de) est intercalée entre le pp et l'infinitif, l'accord se fait selon la règle générale.
Elle s'est contentée de le saluer.

Séparateur de texte

Subtilités
Un même verbe pronominal peut se prêter à plusieurs analyses, selon la construction et le sens (et donc dépendre du cas 1 ou du cas 2). Les subtilités d'accord – si souvent dénoncées par Grevisse et Hanse, partisans de l'accord du pp de tous les verbes conjugués avec l'auxiliaire être (qu'ils soient pronominaux ou non) – qui s'en ensuivent ont pourtant le mérite de préciser la pensée de celui qui s'exprime : Elle s'est servi des légumes (au cours du repas) ne signifie pas la même chose que Elle s'est servie des légumes(pour faire une soupe), par exemple ! Sans elles, cette distinction ne serait plus possible...
Ils se sont adressés au concierge (ils ont adressé qui ? eux, se est COD placé avant le pp accord) mais Ils se sont adressé des injures (ils ont adressé quoi ? des injures, COD placé après le pp tandis que se est COI  pas d'accord).
Elle s'est cogné la tête (elle a cogné quoi ? la tête, COD placé après le pp tandis que se est COI  pas d'accord) mais Elle s'est cognée à la tête (elle a cogné qui ? elle, où ? à la tête, se est COD placé avant le pp  accord).
Ils se sont cognés (ils ont cogné eux-mêmes) mais Ils se sont cogné dessus (ils ont cogné l'un sur l'autre).
Elles se sont rendues à Paris. Elle s'est rendue maître de la situation mais Elles se sont renducompte de leur erreur (elles ont rendu compte à elles, se est COI et compte COD placé après le pp pas d'accord).
Elle s'est souvenue avoir pleuré (se souvenir est un verbe essentiellement pronominal  accord) mais Elle s'est rappelé avoir pleuré (se est COI, avoir pleuré est COD placé après le pp pas d'accord) et Elle s'est rappelée à son bon souvenir (se est COD placé avant le pp  accord).
Elle s'est autorisée à l'inviter mais Elle s'est autorisé une pause.
Elle s'est proposé de lui parler (se proposer = se fixer comme but) mais Elle s'est proposée (se proposer = se mettre en avant) pour ce poste.
Elle s'est permis de lui parler mais Cette pause, elle se l'est permise.
Elle s'est promis de le lui dire mais Cette chose qu'elle s'est promise.
Elle s'est imaginé qu'il viendrait (s'imaginer est à prendre ici au sens de « croire » : Elle a imaginé en elle-même quoi ? qu'il viendrait ; se est donc COI pas d'accord) mais Elle s'est imaginée dans cette situation (s'imaginer est à prendre ici au sens de « se voir, se représenter » : Elle a imaginé qui ?se mis pour elle  accord) et L'histoire qu'elles se sont imaginée (que mis pour histoire est COD, placé avant le pp accord avec histoire).
Elle s'est dit qu'elle aimerait partir en voyage (se dire signifie ici « dire à soi-même » et relève du cas 2, se = à soi est COI pas d'accord) mais Elle s'est dite satisfaite de son voyage (ici, se dire signifie « se déclarer » : elle a dit qu'elle était satisfaite  se ne peut être analysé comme complément d'objet accord avec le sujet) et Bien des choses se sont dites lors de cette réunion (ici, se dire est employé au sens passif et relève du cas 1 accord).
Elle s'est servi du café au petit déjeuner (se servir est ici un verbe occasionnellement pronominal à sens réfléchi : elle a servi quoi ? du café, à qui ? à se mis pour elle  pas d'accord) mais Elle s'estservie de sa clef pour fermer la porte (se servir est là un verbe pronominal non réfléchi avec le sens de « utiliser » et non de « servir à soi-même » accord).
Ils se sont assurés contre le vol (s'assurer signifie ici « se prémunir, se protéger », se est COD), Elle s'est assurée que la porte était fermée (s'assurer signifie « se rendre certain ») mais Elle s'est assuréle soutien de sa famille (s'assurer signifie « se procurer » ; se est ici COI).
Elle s'est mise en danger (elle a mis elle-même en danger) mais Elle s'est mis cette idée en tête (elle a mis cette idée dans la tête d'elle-même).
Ils se sont réparti les bénéfices mais Les bénéfices qu'ils se sont répartis.
Elles se sont disputées avec leurs amis (se disputer = se chamailler) mais Elles se sont disputé sa place (se disputer = chercher à obtenir).

Remarque 1 : Si le pp du verbe faire est invariable devant un infinitif, il s'accorde naturellement devant un adjectif ou un nom, sauf dans quelques expressions figées à connaître (voir Se faire fort de).
Elle s'est faite belle. Ils se sont faits moines ou soldats. Elles se sont faites à cette idée mais Elle s'est fait mal. Elle s'est fait fort de le convaincre. Elle s'est fait avoir.
Les spécialistes sont partagés sur le cas de se faire l'écho de : Ils se sont fait l'écho de cette rumeur(invariabilité selon Girodet, Thomas et Larousse) mais Ils se sont faits l'écho de cette rumeur (accord selon Hanse, Grevisse et Georgin : Ils ont fait eux-mêmes l'écho, où écho est attribut du COD se).
Remarque 2 : Dans s'en prendre à (= s'attaquer à, incriminer), les pronoms se et en ne sont pas analysables. C'est pourquoi cette locution est assimilée à un verbe essentiellement pronominal, dont le pp s'accorde.
Elle s'en est prise aux membres de sa famille.
Remarque 3 : Quand le pp est suivi d'un autre pp, on considère d'ordinaire que ce dernier est attribut du COD s' avec lequel il s'accorde : Elle s'est crue (être) abandonnée. Mais l'invariabilité − autrefois préconisée, comme on l'a vu dans cette rubrique (§ Participe passé suivi d'un attribut du COD) − se rencontre encore à l'occasion : « Ces sangs qui s'étaient cru adversaires » (Malraux).

Source :
http://parler-francais.eklablog.com/accord-du-participe-passe-des-verbes-pronominaux-a3726401

{

Accord du participe passé

Par Marc81 dans Accord le 
Remarque liminaire : Dans cet article, participe passé sera abrégé en pp, complément d'objet directen COD et complément d'objet indirect en COI.

Vous connaissez la règle :
1/ Le pp des verbes conjugués avec l'auxiliaire être (ou avec un verbe d'état) s'accorde comme un adjectif, avec le sujet.
Elle est venue, elle semble contente.
Cela nous est arrivé (et non Cela nous est arrivés).
2/ Le pp des verbes conjugués avec l'auxiliaire avoir s'accorde, en genre et en nombre, non pas avec le sujet mais avec le COD lorsque celui-ci existe et précède le participe.
Les lettres qu'il a reçues (il a reçu quoi ? les lettres, COD placé avant le pp accord) mais Il areçu les lettres que je lui ai envoyées.
Quels services il m'a rendus ! (il m'a rendu quoi ? des services, COD placé avant le pp) mais Il m'a rendu de grands services.
La mort nous a séparés (la mort a séparé qui ? nous, COD placé avant le pp) mais La mort aséparé les amoureux.
Remarque : Pour l'accord du pp des verbes pronominaux, voir le rappel de la règle.

Il résulte de cette règle :
1) que la justesse de l'accord du pp dépend de la bonne identification du complément d'objet direct (ainsi nommé parce qu'il est construit directement, c'est-à-dire sans préposition). On se rappellera que le COD s'identifie en posant la question qui ? ou quoi ? au verbe analysé, alors que le COI répond à la questionde qui / de quoi ? à qui / à quoi ? pour qui / pour quoi ? en qui / en quoi ? etc.
Les enfants que les jeunes filles ont accompagnés à l'école (auxiliaire avoir  recherche du COD les jeunes filles ont accompagné qui ? les enfants, COD placé avant le pp accord avec le COD les enfants).
NB : Attention, un verbe ne possède pas forcément de COD... ni parfois même de COI (on dit alors qu'il est intransitif, voir ci-dessous).
2) que les participes passés des verbes intransitifs et transitifs indirects ainsi que des verbes impersonnels ou employés de façon impersonnelle, lorsqu'ils sont construits avec l'auxiliaire avoir, sont invariables (puisque n'admettant pas de COD). Ils restent donc toujours au masculin singulier.
La pluie qu'il y a eu (= il y a eu de la pluie, forme impersonnelle).
Des résultats, à supposer qu'il y en ait eu (forme impersonnelle).
Ces livres nous ont plu (plaire est un verbe transitif indirect : ces livres ont plu à qui ? à nous, COI pas d'accord).
Ces dames sont pressées. L'envie leur a pris de partir (prendre, au sens de « se manifester », est un verbe intransitif).
Rappel : Un verbe est intransitif s'il n'admet pas de complément d'objet (direct ou indirect), commedîner, dormir... Un verbe est transitif indirect s'il n'admet qu'un complément d'objet indirect (= précédé d'une préposition) comme obéir à, user de...

Cela étant dit, il existe plusieurs cas particuliers qu'il est bon de connaître.
  • Participe passé placé en tête de phrase
L'Académie précise que le pp s’accorde avec le nom qu’il complète, à condition qu'il qualifie bien celui-ci.
Finies, les vacances ! (= les vacances sont finies accord) mais Fini, les poux à l'école (ellipse de C'est fini, les poux  invariable).
En revanche, les participes approuvé, attendu, certifié, communiqué, entendu, fourni, lu, mis à part, ôté, ouï, passé, quitté, reçu, supposé, vu, ainsi que non compris, y compris, étant donné, excepté que, ci-joint, etc., placés immédiatement avant le nom (et a fortiori en tête de phrase) sont invariables (voir l'article accord des locutions prépositives).

  • Participe passé suivi d'un infinitif
L'accord ne se fait avec le COD que si : 1/ le COD est placé avant le pp ; 2/ le COD fait l'action exprimée par l'infinitif.
La chorale que j'ai entendue chanter : j'ai entendu quoi ? la chorale (chanter), COD placé avant le pp, qui fait l'action de chanter : les 2 conditions sont remplies accord.
La chanson que j'ai entendu chanter : j'ai entendu quoi ? chanter (la chanson), COD placé après le pp ; la chanson ne fait pas l'action de chanter  pas d'accord.
Les arbres que j'ai vu planter (j'ai vu quoi ? planter les arbres) mais Les arbres que j'ai vusfleurir (j'ai vu quoi ? les arbres fleurir).
Les cadeaux qu'il a pensé acheter (il a pensé quoi ? acheter les cadeaux), COD placé après le pp) mais Les cadeaux qu'il a achetés (il a acheté quoi ? les cadeaux, COD placé avant le pp).

Remarque 1 : L'Académie fait remarquer que l'application de cette règle est particulièrement malaisée avec les verbes faire et laisser, notamment dans les formes pronominales, et en fait donc deux exceptions : « L'accord restant incertain dans l'usage, on pourra généraliser l'invariabilité du participe passé de laisser [et de faire] dans le cas où il est suivi d'un infinitif ». L'accord de laisséselon la règle traditionnelle (entre parenthèses dans les exemples ci-dessous) ne saurait pour autant être considéré comme fautif.
Elle s'est laissé(e) mourir comme Elle s'est laissé séduire.
Je les ai laissé(s) faire.
Elle s'est fait maigrir comme Elle s'est fait surprendre.
Les bouteilles qu'ils ont fait tomber. Votre maison, vous l'avez fait construire ?
Remarque 2 : Suivi d'un infinitif sous-entendu, le pp est invariable (cela concerne surtout les participes des verbes d'énonciation et d'opinion comme cru, daigné, demandé, désiré, dit, dû, fallu, osé, pensé, permis, prétendu, promis, prévu, pu, semblé, songé, su, voulu, qui restent invariables dès lors qu'ils sont suivis d'un infinitif, exprimé ou non).
Il a fait tous les efforts qu'il a pu (faire). Les sommes qu'il a  (débourser).
Il ne s'agit là, en fait, que d'une résultante de la règle générale, puisque le complément (par exemple,les efforts) est COD de l'infinitif sous-entendu (faire) et non pas du pp pu (ou, présenté différemment, il a pu quoi ? faire des efforts, COD placé après le pp pas d'accord).
Remarque 3 : Lorsqu'une préposition (à ou de) est intercalée entre le pp et l'infinitif, l'accord se fait selon la règle générale, rappelée en début d'article.
Les villes qu'ils ont eu à visiter (ils ont eu quoi ? à visiter les villes, COD placé après le pp pas d'accord) mais Les chemises que j'ai données à repasser (j'ai donné quoi ? les chemises, COD placé avant le pp  accord).

  • Participe passé suivi d'un attribut du complément d'objet direct

La règle rappelée en début d'article s'applique : le pp s’accorde avec le COD lorsque celui-ci précède le pp − même si Grevisse note que, dans la pratique, l'invariabilité est également observée (notamment avec les participes cru, su, dit, trouvé, voulu et leurs synonymes exprimant une opinion). Encore convient-il de déterminer correctement ledit COD.
Des femmes qu'il avait crues intègres, qu'il avait trouvées charmantes (intègres etcharmantes sont ici analysés comme attributs du COD femmes) mais l'absence d'accord est également admise : Des femmes qu'il avait cru intègres, qu'il avait trouvé charmantes (dans ce cas, l'analyse est la suivante : il avait cru quoi ? que les femmes étaient intègres, qu'elles étaient charmantes c'est toute la proposition qui est COD, d'où l'invariabilité du participe passé).
Une maison qu'on aurait dit(e) ancienne (de même, deux analyses sont possibles, en raison du flottement de l'usage : on aurait dit quoi ? que la maison est ancienne  invariabilité ; on aurait dit la maison ancienne accord avec le COD maison).
Une information qu'il n'a pas jugé(e) utile mais Une information qu'il n'a pas jugé utile de révéler (information est ici COD de révéler, pas de juger).
Cette femme, nous l'avons choisie comme présidente. Ils l'ont laissée pour morte (dans ces exemples, l'accord est de rigueur, puisque le COD ne peut être que le nom ou le pronom seul).
Remarque : Selon certains réformateurs, la différence entre formes accordées et formes invariées serait même porteuse de sens. Comparez : Une chienne que le vétérinaire m'a rendu malade (il l'a fait devenir malade) et Une chienne que le vétérinaire m'a rendue malade (il me l'a rendue et elle était malade). Force est de constater que cette subtilité n'est pas (encore ?) entrée dans l'usage et que l'invariabilité autrefois préconisée par Vaugelas (« Les habitans nous ont rendu maistres de la ville. Le commerce l'a rendu puissante ») a depuis longtemps cédé le pas à l'accord : « Il l'avait rendue fort malheureuse » (Flaubert), « Cet accident l'a rendue sourde. Le succès l'a rendue présomptueuse » (Dictionnaire de l'Académie).

  • Participe passé précédé de le (l') ou de en

Le pp dont l’objet direct est le pronom personnel élidé l’ ne varie pas quand l’ équivaut à cela, qui est masculin singulier.
Ces épreuves sont plus difficiles que je l'avais cru (= que j'avais cru cela) mais Cette épreuve, je l'ai trouvée difficile.
Là encore, il ne s'agit que d'une résultante de la règle générale, puisque le COD est le pronom sous-entendu cela, placé après le pp, et non ces épreuves (qu'ai-je cru ? cela, pas les épreuves).
En revanche, il est généralement admis que le pp dont l’objet direct est en ne varie pas (Thomas, Grevisse, Hanse, Académie) : d'ordinaire, en est bien curieusement considéré comme un partitif neutre équivalant à « une partie de cela, de lui, d'eux... », non plus comme un pronom personnel reprenant le genre et le nombre du nom représenté. De même, l'invariabilité est le plus souvent de mise quand en est complément d'un adverbe de quantité (même s'il n'y a pas unanimité des grammairiens sur ce point comme sur le précédent).
Ces gâteaux, j'en ai mangé beaucoup, je les ai même tous mangés. Ces gâteaux, combien enavez-vous mangé ? (ceux qui considèrent que l'adverbe de quantité combien, placé avant en, commande l'accord écriront : combien en avez-vous mangés ?).
J'en ai connu, des imbéciles ! mais Je n'apprécie guère la description qu'il en a faite (ici, enest COI ; l'accord se fait avec description, COD placé avant le pp).

  • Complément circonstanciel

Certains verbes toujours intransitifs (dormir, durer, marcher, régner, etc.) peuvent avoir un complément circonstanciel (de durée, de mesure, de poids ou de prix, identifié en posant les questions où, quand, comment, combien, etc. ?) que l'on ne confondra pas avec un complément d'objet direct.
Les deux heures qu'a duré sa sieste (deux heures est ici complément circonstanciel de durée et non COD : sa sieste a duré pendant deux heures pas d'accord).
Sur le même principe, le pp des verbes tels que courir, coûter, mesurer, peser, souffrir, valoir, vivre est invariable quand il est employé au sens propre (verbes intransitifs) et variable quand il est employé au sens figuré (verbes alors transitifs).
Les kilomètres que nous avons couru (kilomètres est complément circonstanciel, car il s'agit d'une distance : nous avons couru sur combien de kilomètres ? et non nous avons couru quoi ?) mais Les dangers que nous avons courus (nous avons couru quoi ? que mis pour des dangers, COD placé avant le pp). En d'autres termes, on peut courir des dangers mais on ne court pas des kilomètres (ni des heures).
Peux-tu me rembourser les dix euros que m'a coûté ce livre ? (dix euros est complément circonstanciel de prix) mais Imagines-tu les efforts que ce travail m'a coûtés ? (efforts, COD placé avant le pp).
Il pense aux années qu'il a vécu (pendant lesquelles il a vécu) mais Il pense à la romance qu'il avécue.
Quant au verbe payer, il peut avoir un complément d'objet et un complément circonstanciel de prix.
Les cent euros que j'ai payé ces chaussures (j'ai payé combien ?) mais Ces chaussures, je les aipayées cent euros (j'ai payé quoi ?) et La dette que j'ai payée (j'ai payé quoi ?).
On notera toutefois que les verbes dépenser, gagner, parier, perdre, rapporter ainsi quepasser restent transitifs.
Les cent euros qu'il a dépensés. Les années qu'il a passées au Canada.

  • Expressions figées

Dans les expressions figées, le pp reste désormais invariable. Il en est ainsi de la formule Elle l'aéchappé belle (= échapper de justesse à un danger), où le COD l' fait pourtant référence à la balle du jeu de paume qui, bien que belle (c'est-à-dire facile à renvoyer), en vient à être manquée (« échappée »). 

Séparateur de texte

Subtilités
La course que j'ai terminée en premier (j'ai terminé en premier quoi ? que, mis pour la course, COD placé avant le pp) mais L'équipe qui a gagné la course est celle qui a terminé en premier (dans la première proposition relative, le COD est placé après le pp ; dans la seconde, il n'y a pas de COD : qui(l'équipe) a terminé en premier).
Les choses que j'ai entendues mais Les choses que j'ai entendu dire.
Des pressions qu'il a prétendues insupportables mais Des pressions qu'il a prétendu subir.
Que de difficultés avons-nous rencontrées avant de parvenir au résultat !

La voiture que j'ai fini par acheter 
(voiture est COD d'acheter, pas du participe passé fini, qui reste donc invariable).

Remarque 1 : La règle d'accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir est souvent attribuée à Clément Marot (1496-1544), poète à la cour de François Ier, qui l'aurait proposée en imitation de la grammaire italienne par ces vers restés fameux : « Enfants, oyez une leçon / Notre langue a cette façon / Que le terme qui va devant / Volontiers régit le suivant... » La règle de Marot n'aurait connu à son époque qu'un succès relatif, comme en témoigne ce non moins célèbre poème d'un Ronsard qui écrivait encore en 1552 : « Mignonne, allons voir si la rose / Qui ce matin avait déclose / Sa robe de pourpre au soleil… ». C'est que, selon un ancien usage remontant au Moyen-Age, le participe passé s'accordait toujours avec le COD, quelle que soit sa place dans la phrase. Ce n'est que trois siècles de flottement plus tard que l'école républicaine finira par imposer la nouvelle règle à des élèves bien embarrassés.
Remarque 2 : Voir également l'accord du participe passé avec gens et avec un des.
Remarque 3 : On s'étonne de ne pas voir mentionnée dans le Petit Larousse illustré (édition 2005, en ce qui me concerne) l'acception intransitive du verbe mesurer (« avoir pour mesure »). Cet oubli laisse accroire que, dans une phrase comme « Les cinq kilomètres de long qu'a autrefois mesuré ce glacier ont fondu comme neige au soleil », l'accord du participe passé est de rigueur, alors qu'il n'en est rien !


Passé ou non, l'essentiel est de participer (pour paraphraser Pierre de Coubertin)



Commentaires

1
BarbaraC
Mercredi 9 Octobre 2013 à 17:00
Merci, suis prof de français et avais besoin d'une confirmation concernant pp + attribut COD. 


Source :
http://parler-francais.eklablog.com/accord-du-participe-passe-a3996355

·                                 Désolé, enchanté

Par Marc81 le 
Voilà deux termes présentés dans tous les dictionnaires usuels comme adjectifs (et participes passés).
Si, partant, l'accord avec la ou les personnes censées s'exprimer ne souffre aucune contestation dans les formules de politesse usuelles (Nous sommes désolés de vous avoir fait attendre. Elle est enchantéede faire votre connaissance), la question peut se poser dans les tours elliptiques propres au registre plus familier. Ainsi une femme doit-elle s'excuser d'un « Désolée ! Je t'ai menti » ou d'un « Désolé ! Je t'ai menti » ?
Vous me direz, à bon droit, que la différence ne s'entend pas à l'oral, mais faisons l'effort de nous pencher sur la question dans l'éventualité d'une lettre... de rupture, par exemple. Bon, je vois bien que cela ne vous enchante guère, que vous trouvez l'exercice inutile. Vous m'en voyez sincèrement... désolé ! Sans doute considérez-vous que, s'agissant d'un tour elliptique, il suffit de reconstituer la phrase dans sa totalité pour se déterminer : Désolée ! Je t'ai menti, sous-entendu Je suis désolée ! Je t'ai menti. L'accord de l'attribut avec son sujet s'impose à l'évidence.
Et pourtant... Certaines sources (1) avancent que lesdits adjectifs, placés en tête de phrase, auraient valeur... d'interjection ! Entendez, seraient donc invariables : Désolé, nous ne faisons plus cet article.Bigre, quelle désolation !
La confusion provient, d'une part, de ce que certains courriers hésitent entre les personnes du singulier et du pluriel quand l'adjectif est éloigné de son sujet  : « Désolé (pour : je suis désolé), vous avez trop peu d'expérience. Nous ne pouvons donner suite à votre candidature », là où, en toute logique, il eût fallu écrire : « Désolés (pour : nous sommes désolés), vous avez trop peu d'expérience... ». D'où cette impression trompeuse d'invariabilité. On pense, d'autre part, à ces messages automatiques et anonymes qui fleurissent sur nos ordinateurs et sur nos téléphones : « Désolé, vous n'avez pas accès à ce service ».  Sans doute peut-on considérer, dans ces cas particuliers où l'on ne saurait dire qui s'exprime réellement, qu'il s'agit là d'un accord avec un « neutre singulier », sans pour autant considérer désolé et enchantécomme des interjections (invariables).

(1) Wiktionnaire, Reverso et autres sites dont la fiabilité est parfois sujette à caution.

Séparateur de texte

Remarque 1
 : En présence d'un nous de majesté ou de modestie, d'un vous de politesse, l'accord se fera correctement au singulier.
Remarque 2 : L'adjectif désolé a également le sens de « inhabité, désert » ; enchanté, celui de « qui est sous l'effet d'un enchantement, merveilleux ».

Désolé, enchanté

Désolé : désolés serait ici de meilleure langue !

·                                 Prévu

Par Marc81 le 
Les expressions plus (ou moins)... que prévu, comme prévu, qui appartiennent au registre familier, doivent se comprendre comme : plus qu'il n'était prévucomme cela était prévu, etc. En tant que tours elliptiques, elles restent invariables.
Élections municipales : participation plus forte que prévu (pour : qu'il n'était prévu).
La réunion aura été moins longue que prévu (et non que prévue).
La rentrée des classes s'est déroulée comme prévu dans le calme (pour : comme cela était prévu).
Comme prévu, la faute se répand à l'écrit sans que l'on sache comment la prévenir...
Une année meilleure que prévue (estrepublicain.fr).
Une croissance plus forte que prévue
 (20minutes.fr).
Une soirée plus piquante que prévue
 (leparisien.fr).
Les chiffres de l'emploi américains (sont) meilleurs que prévus
 (lefigaro.fr).
Une réforme plus limitée que prévue (lexpress.fr).
Les salariés en CNE moins nombreux que prévus (liberation.fr).

Séparateur de texte

Remarque 1
 : De même, les locutions comme convenu, comme annoncé... sont invariables.
Remarque 2 : On se gardera de confondre ces constructions avec celles, similaires, exprimant une comparaison entre deux adjectifs : Une mesure plus efficace que pérenne vs Une mesure plus efficace que prévu.
Remarque 3 : Prévoir signifiant « concevoir, envisager par avance, annoncer » puis « décider à l'avance des mesures, des précautions nécessaires », on notera que l'expression prévoir d'avancerelève du pléonasme (l'idée d'anticipation est contenue dans les deux termes de la locution).
C'était prévu (et non C'était prévu d'avance).
Remarque 4 : Concernant la locution de prévu, voir ce billet.

Adjectifs de couleur

Par Marc81 le 
Voilà un sujet qui est fréquemment source d'hésitations et donc de fautes.
Comme c'est souvent le cas en français, le plus simple est de partir de la règle générale puis de traiter les exceptions.

Rappel de la règle

Les adjectifs de couleur s'accordent (en genre et en nombre) avec le nom auquel ils se rapportent,sauf si la couleur est désignée par un nom commun ou par une forme adjective composée.

Pour savoir s’il faut accorder un adjectif de couleur, il convient donc d’abord de déterminer s’il s’agit d’un adjectif qui désigne exclusivement une couleur ou s’il s’agit d’un nom employé comme adjectif de couleur.
Étudions les différents cas plus en détail.

Flèche
Couleur désignée par un adjectif simple

C'est le cas le plus... simple, justement. Il ne concerne que les mots considérés comme d'authentiques adjectifs exclusivement utilisés pour désigner une couleur (ou un effet de couleur), donc susceptibles de s'accorder en genre et en nombre quand ils sont employés seuls : alezan, aubère, bai, basané, beige, bigarré, bis, blafard, blanc, blême, bleu, blond, brun, châtain, cramoisi, doré, écru, glauque, gris, jaune, livide, louvet, mat, mordoré, noir, opalin, pers, rouge, roux, vairon, vert, violet, zain, zinzolin.
Des stylos rouges et des gommes vertes.

Remarque 1 : À cette liste d'adjectifs de couleur proprement dits viennent s'ajouter quelques exceptions (voir cas suivant).
Remarque 2 : On notera que l'adjectif châtain prend la marque du pluriel (châtains) mais le féminin,châtaine (et non châtaigne), n'est pas encore très répandu : Une chevelure châtaine (de préférence à châtain). Quant à violette, féminin de l'adjectif violet, il est à distinguer du nom de la fleur et s'accorde donc (des taches violettes).
Remarque 3 : Même employés seuls, les adjectifs kaki et auburn (prononcé obeurn'), tous deux empruntés à la langue anglaise, restent invariables (des treillis kaki). On notera que kaki, adjectif, ne se rapporte pas à la couleur du fruit comestible mais à l'adjectif hindi kakhi, signifiant « couleur de poussière ».
Remarque 4 : Voir également l'article Glauque.

Flèche
Couleur désignée par un nom commun

La couleur est parfois exprimée par un nom de plante, de fruit, d'animal, de pierre, de personne... employé comme adjectif. C'est le cas de : abricot, acajou, anthracite, argent, aubergine, azur, bistre, brique, bronze, cachou, café, caramel, carmin, céladon, cerise, chocolat, corail, crème, cuivre, ébène, émeraude, fraise, garance, grenat, indigo, isabelle, ivoire, lavande, magenta, marine, marron, moutarde, nacre, noisette, ocre, olive, or, orange, outremer, paille, pastel, pervenche, pie, pistache, pivoine, rouille, sable, safran, sépia, tabac, taupe, tomate, turquoise, vermillon, etc. L'invariabilité est alors de rigueur car il s'agit de tours elliptiques, où l'on sous-entend à chaque fois « de la couleur de » (en d'autres termes, ledit nom commun est complément du mot couleur sous-entendu).
Des yeux noisette (= de la couleur de la noisette).
Des vestes marron, des écharpes orange (idem).
Des tissus marine (= de la couleur d'un bleu foncé semblable à celui des uniformes de la marine).
Exceptions : Écarlate, mauve, pourpre, incarnat, fauve et rose (liste que l'on retiendra grâce au moyen mnémotechnique empifr suggéré par J.-J. Julaud) sont assimilés – à tort ou à raison – à de véritables adjectifs. Ils relèvent donc du cas précédent et prennent l'accord (Des lèvres écarlates, des chemises roses, des tentures pourpres). On notera toutefois que fauve et incarnat, étant d'abord des adjectifs avant d'être des substantifs, sont légitimement variables, tout comme vermeil (ainsi devrait-on s'habituer à écrire : carte vermeille au lieu de carte vermeil).
Remarque : Quand ils désignent la couleur, lesdits noms sont masculins : un orange, un rose, un mandarine, etc. Malgré les hésitations constatées dans l'usage, les règles générales de l'élision et de la liaison sont fondées à s'appliquer : L'orange [et non le orange] de votre robe est plus beau que celui de la mienne (Littré). Il a mélangé du vert et de l'orange (et non du orange). Des rubans orange (la liaisonzorange, bien que facultative, est parfois déconseillée afin d'éviter toute confusion avec le fruit ; autant privilégier l'adjectif orangé, dans ce cas).

Flèche
Couleur désignée par une forme adjective composée

Dans ce cas, la couleur est exprimée par plusieurs mots, que les grammaires traditionnelles présentent d'ordinaire comme invariables. Sans doute est-il plus logique de considérer qu'il s'agit là encore d'un tour elliptique, où le terme principal de couleur fait office de substantif, avec lequel s'accordent les adjectifs complémentaires (qui précisent une nuance, une teinte).
De l'encre bleu-noirdes cheveux châtain clair, des yeux marron foncé, une barbe blond vénitien, une voiture gris métallisé pour De l'encre (d'un) bleu noir, des cheveux (d'un) châtain clair... (notez que le trait d'union n'est de mise que lorsqu'il s'agit de l'association de deux adjectifs de couleur).
Des poussins jaune citron, une bouteille vert olive, des robes rose bonbon, une chemise bleu marine, une robe gris perle pour Des poussins (d'un) jaune (de la couleur du) citron, une bouteille(d'un) vert (de la couleur de l') olive... (notez l'absence de trait d'union car le second terme n'est pas un adjectif de couleur mais un nom pris adjectivement). De même, bleu de nuit, noir de jais, vert d'eau, etc. restent invariables (comme ellipses de de la couleur qui s'appelle bleu de nuit, etc.).
Des couvertures lie-de-vin, une peau café au lait (noms composés) ; des dorures vieil or (nom qualifié) ; des vitraux bleu de Chartres (adjectif de couleur formé à partir d'un nom propre).

Exceptions : Quand des adjectifs et noms de couleur sont coordonnés par la conjonction et, il y a lieu de distinguer :
 Des étoffes rouge et noir : chaque étoffe contient à la fois du rouge et du noir, et est donc bicolore pas d'accord (comme dans des cheveux poivre et sel et une photo noir et blanc) ;
 Des étoffes rouges et noires : certaines sont entièrement rouges et d'autres entièrement noires
accord.

AstuceOn retiendra : des yeux bleus (adj. simple accord), des yeux bleu clair (adj. modifiant un adj. de couleur ellipse de d'un bleu clair), des yeux bleu-vert (association de deux adj. de couleur ellipse de d'un bleu vert + trait d'union), des yeux marron (nom pris adjectivement invariable).

Séparateur de texte

Remarque 1
 : Le mot couleur, sans article et déterminé par un autre nom, s'emploie dans des expressions invariables : Des bas couleur (de) chair (chair est un nom invariable) mais Des bas decouleur noire (noir est un adjectif accord), des bas de couleur bleu foncé.
Par ailleurs, le mot couleur reste toujours invariable dans l'expression haut en couleur, qui signifie « très coloré » ou « pittoresque, truculent » (Des personnalités hautes en couleur). Il l'est également le plus souvent lorsque, précédé ou non de la préposition de, il se rapporte à un nom : Des photos couleur, des crayons de couleur, mais on écrira : Un marchand de couleurs (couleurs se rapportant ici à différents produits), un film en couleur(s).
Remarque 2 : Les adjectifs dérivés d'un adjectif de couleur ou d'un nom de couleur s'accordent. On distinguera notamment le nom orange (invariable comme nom de couleur) de l'adjectif orangé(variable).
Des écharpes orange mais Des écharpes orangées.
Des taches blanchâtres, verdâtres.
Une femme rougeaude, des collines verdoyantes.
Remarque 3 : L'Académie attire l'attention sur le pluriel des expressions de couleur, employées non plus comme adjectifs mais comme noms (donc précédées d'un déterminant) :
• des bleus, des jaunes, des oranges, des marrons ;
• des bleu-vert, des gris-bleu ;
• des jaunes paille (les jaunes sont de la couleur de la paille), des bleus ciel, des roses bonbon ou saumon ;
• des verts pâles, des bleus foncés (les verts sont pâles, les bleus sont foncés).
Remarque 4 : On rencontre des adjectifs et noms de couleur dans certaines expressions invariables :être (fait) marron (= être dupé, attrapé, refait), être blanc-bleu (= avoir une réputation intacte), etc. D'autres varient naturellement, comme dans blanc comme neige, blanc de peur, rouge de colère, vert de rage... Par ailleurs, certains adjectifs de couleur peuvent être employés comme adverbes, auquel cas ils restent invariables (Elles voient rouge et rient jaune).
Remarque 5 : Voici une liste non exhaustive d'expressions composées de couleur : aile de corbeau, arc-en-ciel, blanc d'Espagne, blanc ivoire, bleu de Prusse, bleu horizon, bleu marine, bleu-noir, bleu (de) nuit, bleu roi, bleu turquoise, bleu-vert, caca d'oie, café au lait, coq de roche, cuisse-de-nymphe, feuille-morte, gorge-de-pigeon, gris acier, gris-bleu, gris (de) fer, gris de lin, gris perle, jaune citron, jaune cobalt, jaune d'or, jaune maïs, jaune paille, jaune serin, lie-de-vin, noir de fumée, noir de jais, poivre et sel, rose bonbon, rouge brique, rouge et or, rouge magenta, rouge sang, rouge tomate, terre de Sienne, tête-de-nègre, ventre de biche, vert-de-gris, vert amande, vert bouteille, vert olive, vert Véronèse, vieil or... On remarquera que la présence du trait d'union est très aléatoire, au point de nous en faire voir de toutes les couleurs !
Remarque 6 : Voir également l'article consacré à Pers, vairon.

          La jolie faute sur le nouveau maillot de
          l'OM : « Et nos cœurs sont orange(s) »

Le premier qui dit que la langue française
nous en fait voir de toutes les couleurs...
            (Film de Cyril Collard)

Accord avec un sujet singulier ayant un sens pluriel

Par Marc81 le 
Certains noms ou locutions au singulier peuvent avoir un sens pluriel. Dans ce cas, l'hésitation est fréquente sur l'accord du verbe ou de l'adjectif.
Ainsi doit-on dire : La foule des spectateurs est arrivée ou sont arrivés La moitié des invités est venue ou sont venus ?
Le plus souvent, il s'agit en fait d'un choix de sens ou d'intention, laissé à l'appréciation de celui qui s'exprime : l'accord peut se faire soit avec le sujet collectif au singulier si l'on privilégie l'idée d'ensemble (vision globale), soit avec le complément au pluriel si l'on pense à une pluralité d'unités (vision détaillée). Mais, comme toujours, il existe des exceptions (la plupart).
En dépit d'un usage particulièrement flottant, qui fait la part belle à la subjectivité, nous allons essayer de dégager certaines tendances qui semblent faire consensus.

Flèche
Les noms collectifs

On entend par nom collectif un mot employé au singulier pour désigner un ensemble d'éléments :bande, cohorte, ensemble, file, foule, groupe, infinité, majorité, minorité, meute, multitude, (grand, petit, certain) nombre, nuée, paquet, partie, pile, poignée, reste, série, tas, totalité, troupe, etc.
Le collectif s'emploie le plus souvent avec un complément (toujours au pluriel) introduit par de.

Rappel de la règle d'accord

• Si le nom collectif est employé seul, l'accord se fait en genre (masculin / féminin) et en nombre (singulier / pluriel) avec celui-ci.
L'ensemble est agréable à regarder.
La foule est impressionnante.
Tout le monde est content.
Toutefois, si d'après le contexte qui précède il est clair qu'un complément pluriel est sous-entendu, les règles qui suivent s'appliquent.

• Si le nom collectif est précédé de l'article défini (le, la), d'un démonstratif (ce, cet, cette), d'un possessif (mon, sa, etc.) ou s'il est employé avec un adjectif épithète, l'accord se fait généralement avec le nom collectif au singulier car on considère qu'il est alors mis en relief.
L'ensemble des tableaux est agréable à regarder.

La foule des spectateurs est arrivée.
Un groupe impressionnant de badauds s'était formé (l'adjectif impose l'accord avec groupe).
Cette bande de pillards a dévasté la région (le démonstratif impose l'accord avec bande).
Le gros des troupes a quitté la ville.
Le nombre de victimes est élevé (le sens impose le singulier : c'est le nombre qui est élevé).
Exceptions : avec majorité, minorité, partie et totalité, l'accord peut se faire avec le complément ou avec le collectif, quel que soit le déterminant précédant ce dernier. Certains grammairiens préconisent cependant l'accord avec le collectif (singulier).
La totalité / La majorité des habitants s'est réunie (ou se sont réunis).
La majorité des députés sont des hommes mais La majorité a voté la loi
Une minorité de femmes s'est présentée (ou se sont présentées) à ces élections.
La plus grande partie / La majeure partie du fleuve est gelée mais La majeure partie de ces élèves sont inscrits dans notre établissement (à cause du démonstratif qui met en relief les élèves).

• Si le nom collectif est précédé de un, une, l'accord se fait soit avec le collectif (au singulier) soit avec le complément (toujours au pluriel) selon la vision – globale ou détaillée – que l'on souhaite privilégier.
Un ensemble de tableaux agréable à regarder (vision globale) ou Un ensemble de tableauxagréables à regarder (vision détaillée).
Une foule de spectateurs attend devant le cinéma (on insiste sur le fait que c'est la masse qui attend) ou Une foule de spectateurs attendent devant le cinéma (on insiste sur le fait que chacun des individus attend).
Une bande de pillards a dévasté ou ont dévasté la région.
Une file de voitures bloquait (ou bloquaient) la circulation (ici, on privilégiera cependant le singulier : c'est l'idée de groupe, de masse qui prédomine).
Un grand nombre de soldats périt ou périrent au combat.
Une infinité de personnes pensent que... (avec infinité, l'accord avec le complément au pluriel est le plus fréquent).
Un tas de choses restent encore à faire (tas est ici pris au sens figuré, le verbe s'accorde donc avec le complément).

Remarque 1
 : Pour bien saisir l'importance du sens et de l'intention (présumée) du locuteur en matière d'accord avec un nom collectif, l'exemple suivant est souvent cité :
La pile de dossiers qu'il a transportée mais La pile de dossiers qu'il a consultés (on transporte une pile mais on consulte un dossier).
Remarque 2 : On se gardera d'assimiler aux collectifs les noms comme réunion, assemblée, qui déterminent l'accord.
L'assemblée des actionnaires s'est tenue lundi.
Une réunion de chefs d'Etat est prévue prochainement.

FlècheLes locutions de quantité
Les locutions de quantité se distinguent des noms collectifs par le fait que leurs compléments (exprimés ou non) peuvent être au singulier ou au pluriel.
• Avec les adverbes de quantité beaucoup, peu, assez, tant, trop, bien, etc., l'accord se fait le plus souvent avec le complément (sauf si c'est l'idée même de quantité qui prime). Si ce dernier n'est pas exprimé, on suppose qu'il s'agit du mot personnes ou gens, et l'accord se fait donc par défaut au pluriel.
• Avec les expressions de quantité la plupart, (bon) nombre ou quantité (employés sans article),etc., l'accord se fait toujours avec le complément. Si ce dernier n'est pas exprimé, il est censé être au pluriel.
La plupart des gens sont mécontents. La plupart sont mécontents (pluriel implicite).
La plupart du temps est consacré à l'étude. La plupart de son héritage a été dilapidé.
La plupart d'entre nous sont mécontents. La plupart d'entre vous le savent (accord à la 3epersonne du pluriel).
Peu de gens sont satisfaits mais Peu de monde est satisfait.
Quantité de personnes sont persuadées d'avoir perdu leur temps.
Bon nombre se sont plaints.
Beaucoup se sont plaints. Beaucoup d'entre vous sont déjà venus.
J'en connais beaucoup qui ne sont pas contents (en impose la pluralité).
Trop de sucreries fait grossir (= l'excès de sucreries fait grossir) de préférence à Trop de sucreriesfont grossir (= il y a beaucoup de sucreries qui font grossir, ce qui sous-entend qu'il y en aurait d'autres qui seraient sans conséquence pour notre ligne).

AstuceOn retiendra que, avec la plupart, l'accord se fait toujours avec le complément (par défaut, au pluriel).


Remarque 1 : Contrairement à toute logique, l'accord avec plus d'un se fait généralement au singulier ; avec moins de deux, l'accord se fait au pluriel. Quant à pas moins de, il exige l'accord avec le complément.
Plus d'un s'y serait laissé prendre. Moins de deux ans sont passés.
Pas moins d'une heure s'est écoulée. Pas moins de trois policiers sont intervenus.
Remarque 2 : Avec le peu, l'accord se fait au singulier si l'on insiste sur le manque, avec le complément si le sens est celui de quelques. Les délicieuses subtilités du français...
Le peu d'exigences qu'il a formulé m'a surpris (le peu = le manque de).
Le peu de livres que j'ai lus de lui m'ont impressionné (le peu = les quelques).
Enfin, on fera bien la distinction entre la locution peu de (non précédée d'un article), qui supporte le singulier ou le pluriel, et la locution un peu de qui impose le singulier (on emploiera quelques au pluriel).
Il a mangé peu de bonbons, peu de sucre mais Il a mangé quelques bonbons, un peu de sucre.

FlècheLes noms de fraction

L'accord se fait soit avec l'expression de la fraction ou du pourcentage (c'est le plus souvent le cas quand celle-ci désigne une quantité exacte), soit avec le complément (notamment quand il s'agit d'une évaluation approximative ou quand l'expression de la fraction ou du pourcentage est précédée d'un déterminant pluriel).
La moitié des intervenants a plus de quarante ans mais La moitié des intervenants sont des hommes (à cause de l'attribut pluriel des hommes).
Les deux tiers de la récolte sont perdus. Un quart des Français passent leurs vacances à la montagne.
50% de la population est endettée ou 50% de la population sont endettés (NB : l'expression d'un pourcentage est considéré comme masculin) mais 50% de la population s'est déclarée satisfaite (à cause de la présence de l'adjectif : c'est la population qui est satisfaite).
Seuls 60% de la production sont destinés à l'exportation (accord avec l'expression du pourcentage) ou Seule 60% de la production est destinée à l'exportation (accord avec le complément).
Les 10% d'intérêts supplémentaires sont défavorables (présence de l'article les).

Remarque : L'Académie précise que « si le pourcentage ne possède pas de complément, l’accord se fait avec l’expression du pourcentage, au singulier si celui-ci est inférieur à 2, sinon au pluriel : 1,9% a votécontre la motion ; 97,1% ont voté pour la motion ; 1% s’est abstenu. »
D'autres grammairiens ajoutent que l'expression d'un pourcentage est toujours au masculin singulier quand il s'agit d'un rendement : 10% lui semble une marge suffisante.

FlècheLes noms numéraux

Après dizaine, douzaine, centaine, millier, etc., l'accord se fait le plus souvent avec le complément au pluriel (notamment quand il s'agit d'une évaluation approximative), mais l'accord avec le nom numéral est possible selon le sens ou l'intention.
Une douzaine d'œufs devraient suffire mais Cette douzaine d'œufs devrait suffire (rejoignant en cela la règle d'accord des noms collectifs).
Une douzaine d'œufs achetés (ou achetée) mais le sens exige Une douzaine d'œufs cassés.
Une quinzaine d'euros suffiront (ou suffira) pour son achat.
Un millier de personnes ont défilé dans les rues (le sens favorise le pluriel : ce sont les personnes qui défilent).

Séparateur de texte

Remarque 1
 : Avec espèce, façon, manière, sorte, type, voire genre suivis d'un complément, l'accord se fait le plus souvent avec ce dernier sauf si un démonstratif met en relief le nom et détermine l'accord.
Une espèce de fou est venu me parler mais Cette espèce de fou est venue me parler (NB : on ditune espèce de, quel que soit le genre du complément du nom).
Remarque 2 : L'accord du verbe avec son sujet (Une dizaine de personnes pense que...) est qualifié de grammatical (accord selon la grammaire) ; l'accord avec le complément du nom collectif (Une dizaine de personnes pensent que...), de logique (accord selon la logique). Dans ce dernier cas, la subordination logique l’emportant sur la subordination grammaticale, on parlera d’accord par syllepse (obligatoire avecla plupart, notamment).
Remarque 3 : La liberté en matière d'accord du verbe après un nom collectif ne doit pas se faire au détriment du bon sens. Ainsi ne dira-t-on pas : Une grande partie des électeurs est indécis (l'accord du verbe avec le collectif une grande partie est incohérent avec l'accord de l'attribut indécis avec le complément du nom des électeurs). De même n'a-t-on guère d'autre choix que d'écrire : La majorité des voyageurs ont composté leur billet.
Remarque 4 : Voir également l'accord avec ce : C'est / Ce sont ainsi que les articles consacrés àchaque, à chacun, chacune et à ensemble.

Accord avec un sujet singulier ayant un sens pluriel


Se faire fort de

Par Marc81 le 
Voilà une expression, dont les subtilités d'accord n'ont pas fini de nous laisser songeurs...
Autrefois, explique A.V. Thomas (voir bibliographie), « l'adjectif fort ne variait pas au féminin et s'écrivait fors pour les deux genres, suivant en cela la règle de grand dans grand mère, grand route, etc. (...) La question de dire se faire fort de ou se faire forte de ne se posait donc pas ».

Se faire fort de
Se faire fort de + infinitif

Aujourd'hui, au sens de « se dire capable de », la locution s'est figée selon l'usage. En dépit des protestations de Littré, fort, suivi d'un infinitif, est ici analysé comme adverbe et reste donc invariable (de même que le participe passé fait).
Elle s'est fait fort de le raisonner (et non Elle s'est faite forte de).

Se faire fort de
Se faire fort de + nom


Mais – car il y a un « mais » –, au sens de « tirer sa force de », fort suivi d'un nom varie en genre et en nombre en tant qu'adjectif. Il en est de même pour le participe passé fait, qui dans ce cas s’accorde avec le sujet.
Elle s'est faite forte du soutien de son mari (comme on dirait : Forte du soutien de son mari, elle revit).

Séparateur de texte

Remarque 1 : Fort peut être adjectif (variable : un château fort, une forte tête, un coffre-fort, prêter main-forte), adverbe (invariable : Ils chantent fort) et nom (Le fort de Brégançon).
Remarque 2 : Dans la locution être fort de quelque chose, qui signifie « en tirer son assurance, sa force morale ou matérielle », l'adjectif fort s'accorde normalement : Une armée forte de mille soldats.
Remarque 3 : Ne pas confondre fort avec for (du latin forum, place publique) dans l'expression dans son for intérieur (= au plus profond de sa conscience).
Remarque 4 : Les spécialistes sont partagés sur le cas de se faire l'écho de : Ils se sont fait l'échode cette rumeur (invariabilité selon Girodet, Thomas et Larousse) mais Ils se sont faits l'écho de cette rumeur (accord selon Hanse, Grevisse et Georgin : Ils ont fait eux-mêmes l'écho, où écho est attribut du COD se).
Remarque 5 : Voir également l'article consacré à l'Accord du participe passé des verbes pronominaux.

Se faire fort de

Une histoire de grenouille qui se faisait fort de devenir aussi grosse qu'un bœuf...
(Recueil de fables d'Esope, par Augustin Legrand. Debray)

Source :
http://parler-francais.eklablog.com/accord-c690993


olivia

Pièces jointes

  • ETRE CONFRONTE A Dictionnaire internet 28 juillet 2016.doc (449,50 Ko)


Niciun comentariu:

Trimiteți un comentariu