Stela Moraru-Pavel, Mihaela-Victoria Munteanu, Olivia-Maria Marcov iunie 2009, USH, Drept

Stela Moraru-Pavel, Mihaela-Victoria Munteanu, Olivia-Maria Marcov iunie 2009, USH, Drept

Petrutu Crãciunas anii 1976 la Marea Mediterana Algeria

Petrutu Crãciunas anii 1976 la Marea Mediterana Algeria

Clasa 9-12 V 1982-1986 in 7 iulie 2006 liceul N Balcescu Bucuresti, Romania

Clasa 9-12 V 1982-1986 in 7 iulie 2006 liceul N Balcescu Bucuresti, Romania

Clasa 12 V Colegiul National Sf Sava promotia 1986

Clasa 12 V Colegiul National Sf Sava promotia 1986

Jésus-Christ, Jezu Ufam Tobie, Isuse mã încred in tine

Jésus-Christ, Jezu Ufam Tobie, Isuse mã încred in tine

Iulia Motoc Bucharest Romania CEDO

Iulia Motoc Bucharest Romania CEDO

Iulia Motoc Patriarhie, Turnul Clopotnita din 1698, 8 septembrie 2013

Iulia Motoc Patriarhie, Turnul Clopotnita din 1698, 8 septembrie 2013

Petrutu, prietenul meu din copilaria, Aurora si Tutzu (Petru) Craciunas parintii lui (Algeria)

Petrutu, prietenul meu din copilaria, Aurora si Tutzu (Petru) Craciunas parintii lui (Algeria)

Sr Dominique, Renée, Olivia, Corina R., Anca, Victoria si Iudit (Ungaria), Ruxandra, Monica ...

Sr Dominique, Renée, Olivia, Corina R., Anca, Victoria si Iudit (Ungaria), Ruxandra, Monica ...

Petrutu Crãciunas si Stephanie White Mountain

Petrutu Crãciunas si Stephanie White Mountain

Sr. Georges, Renée, Marie-Lucie, Suzanne, Octavie, Dominique, RDC Constantine

Sr. Georges, Renée, Marie-Lucie, Suzanne, Octavie, Dominique, RDC Constantine

Olivia Maria Marcov si Corina Resl Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine

Olivia Maria Marcov si Corina Resl Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine

Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine Algeria 1972 1976

Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine Algeria 1972 1976

Mihai Miriunis, Laura Simion, Mihai-Ionut Taciu colegii mei de facultate

Mihai Miriunis, Laura Simion, Mihai-Ionut Taciu colegii mei de facultate

Peter-Jacob Hehn Petrutu's friend Canada

Peter-Jacob Hehn Petrutu's friend Canada

Prof.dr.Dorel Zugravescu, ing.J.-B.Deloly, Olivia Maria Marcov, prof.dr.Ieronim Mihaila

Prof.dr.Dorel Zugravescu, ing.J.-B.Deloly, Olivia Maria Marcov, prof.dr.Ieronim Mihaila

Iulia Motoc 15 august 2013

Iulia Motoc 15 august 2013

Laura Simion, colega mea de la Drept, USH, Bucharest

Laura Simion, colega mea de la Drept, USH, Bucharest

Prof.dr.NIcolae Marcov ( father ) si prof.Udriste

Prof.dr.NIcolae Marcov ( father ) si prof.Udriste

Prof.dr.Florin Munteanu si Leon Zagrean

Prof.dr.Florin Munteanu si Leon Zagrean

Prof.dr.Ieronim Mihaila, ing.J.-B.Deloly AIRAMA, Olivia Marcov

Prof.dr.Ieronim Mihaila, ing.J.-B.Deloly AIRAMA, Olivia Marcov

Jesus-Christ

Jesus-Christ

Tatal meu Nicolae Marcov, Revedere colegi liceu Gh.Sincai, promotia 1959, in 31/oct./2013

Tatal meu Nicolae Marcov, Revedere colegi liceu Gh.Sincai, promotia 1959, in 31/oct./2013

Olivia Maria N. Marcov, august 2006, Bucuresti

Olivia Maria N. Marcov, august 2006, Bucuresti

Sorin Tilie, Silviu Marcov, Olivia Maria Marcov, septembrie 2003 Bucuresti

Sorin Tilie, Silviu Marcov, Olivia Maria Marcov, septembrie 2003 Bucuresti

Olivia Maria Marcov, Alexandra Georgescu, Adrian Pafa, Bianca Eftimie, aug.2009, Bucharest

Olivia Maria Marcov, Alexandra Georgescu, Adrian Pafa, Bianca Eftimie, aug.2009, Bucharest

Stéphanie Crãciunas Peter Hehn and Stéphanie's cousin, Canada

Stéphanie Crãciunas Peter Hehn and Stéphanie's cousin, Canada

Maica Domnului cu pruncul, Rugaciune la aprinderea candelei

Maica Domnului cu pruncul, Rugaciune la aprinderea candelei

Mission to Magadan Sister Miriam praying the rosary June 24 2014

Mission to Magadan Sister Miriam praying the rosary June 24 2014

The Catholic Parish of the Sacred Heart of Jesus, Constantine Algeria 1972 1976

The Catholic Parish of the Sacred Heart of Jesus, Constantine Algeria 1972 1976

Laura Adriana Bucharest Romania July 2009

Laura Adriana Bucharest Romania July  2009

Olivia Maria Marcov December 2007 Bucharest Romania Cristi s Birthday

Olivia Maria Marcov December 2007 Bucharest Romania Cristi s Birthday

Olivia Maria Marcov si Laura Gabriela Cristea in Aparatorii Patriei anul IV 2008 2009

Olivia Maria Marcov si Laura Gabriela Cristea in Aparatorii Patriei anul IV 2008 2009

Fr Michael Shields Bronislava s gulag number Anchorage USA 2014

Fr Michael Shields Bronislava s gulag number Anchorage USA 2014

Liliana Iacob Barna 8 martie 2014 Bucuresti Romania

Liliana Iacob Barna 8 martie 2014 Bucuresti Romania

Olivia Marcov Liliana Iacob Gratiela Andreescu 20 August 1979 Bucharest Romania

Olivia Marcov Liliana Iacob Gratiela Andreescu 20 August 1979 Bucharest Romania

Liliana Iacob and Gratiela Andreescu Italy Bucharest Romania

Liliana Iacob and Gratiela Andreescu Italy Bucharest Romania

Peter Jacob Hehn Petrutu's friend CANADA

Peter Jacob Hehn Petrutu's friend CANADA

Mission to Magadan Fr Michael Shields Children Saturday Club April 29 2014

Mission to Magadan Fr Michael Shields Children Saturday Club April 29 2014

Professor Nicolae Marcov at the Faculty of Matehmatics str Academiei 14 Bucharest Spiru Haret amph

Professor Nicolae Marcov at the Faculty of Matehmatics str Academiei 14 Bucharest Spiru Haret amph

Professor Nicolae Marcov Faculty of Mathematics 14 str Academiei sector 3 Bucharest

Professor Nicolae Marcov Faculty of Mathematics 14 str Academiei sector 3 Bucharest

Iulia Motoc ORTA ITALY September October 5 2014 Romania

Iulia Motoc ORTA ITALY September October 5 2014 Romania

Iulia Motoc Clasa I 1973 Romania

Iulia Motoc Clasa I 1973 Romania

Professor Ieronim Mihaila Faculty of Mathematics Str Academiei 14 3rd floor Bucharest 2007

Professor Ieronim Mihaila Faculty of Mathematics Str Academiei 14 3rd floor Bucharest 2007

Olivia Maria Marcov Andrei Dobrescu 12 V 30 Martie 2007 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov Andrei Dobrescu 12 V 30 Martie 2007 Bucharest Romania

Iulia Motoc Isla Bella September October 5 2014 Romania

Iulia Motoc Isla Bella September October 5 2014 Romania

Olivia Maria Marcov 1968 1969 in Str Sebastian Bucharest Romania la bunica mea Jeana Mardale

Olivia Maria Marcov 1968 1969 in Str Sebastian Bucharest Romania la bunica mea Jeana Mardale

Olivia Maria Marcov JB Deloly AIRAMA July 20 2012 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov JB Deloly AIRAMA July 20 2012 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 School Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 School Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 Bucharest Romania

Olivia Maria, Nicolae, Magdalena, Silviu Marcov, Maria, Irina Craciunas in 1980 Bucharest sector 6

Olivia Maria, Nicolae, Magdalena, Silviu Marcov, Maria, Irina Craciunas in 1980 Bucharest sector 6

Magdalena Marcov my mother and aunt Stefania Sestocenco Bucharest '60

Magdalena Marcov my mother and aunt Stefania Sestocenco Bucharest '60

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciunas' Birthday May 17 1982 Bucharest Romania

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciunas' Birthday May 17 1982 Bucharest Romania

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciuns'Birthday May 17, 1982, 2 years old, Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciuns'Birthday May 17, 1982, 2 years old, Bucharest

Olivia Maria Marcov Irina Craciunas Silviu Marcov January 1, 1983 Bucharest

Olivia Maria Marcov Irina Craciunas Silviu Marcov January 1, 1983 Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr.Craciunas, Irina's Birthday, May 17, 1985 Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr.Craciunas, Irina's Birthday, May 17, 1985 Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr., Irina Craciunas' Birthday, May 17, 1985, Bucharest Romania

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr., Irina Craciunas' Birthday, May 17, 1985, Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov in 1969 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov in 1969 Bucharest Romania

Mission to Magadan October 29 2014

Mission to Magadan October 29 2014

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus June 4 2014 Magadan Russia USA

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus June 4 2014 Magadan Russia USA

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus Mission to Magadan E News Oct 2014

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus Mission to Magadan E News Oct 2014

The Holy Virgin Mary and the Kremlin Russia December 2014

The Holy Virgin Mary and the Kremlin Russia December 2014

Vladimir Vladimirovich Putin FB page Kremlin Ru En Jan 7 2015

Vladimir Vladimirovich Putin FB page Kremlin Ru En Jan 7 2015

MOSCOW THE CATHEDRAL OF THE IMMACULATE HEART OF MARY ANNA BELOVA

MOSCOW THE CATHEDRAL OF THE IMMACULATE HEART OF MARY ANNA BELOVA

Jesus, The Holy Mother of God Kazanskia by Irina VESELKINA RUSSIA versta-K.ru

Jesus, The Holy Mother of God Kazanskia by Irina VESELKINA RUSSIA versta-K.ru

Vladimir Putin et les enfants orphelins Russie Noel 2014

Vladimir Putin et les enfants orphelins Russie Noel 2014

God and Baby Jesus Ekaterina and Anton Daineko Belarus

God and Baby Jesus Ekaterina and Anton Daineko Belarus

Liliana Iacob Gratiela Andreescu September 2014 Bucharest Romania

Liliana Iacob Gratiela Andreescu September 2014 Bucharest Romania

Gratiela Andreescu Romania Italia

Gratiela Andreescu Romania Italia

Liliana Iacob Barna si Carina Barna 5 iulie 2015 Bucharest Romania

Liliana Iacob Barna si Carina Barna 5 iulie 2015 Bucharest Romania

Vladimir Putin Moscow Russia 2015

Vladimir Putin Moscow Russia 2015

Sr Barbara Hojda Polonia Iunie 2015

Sr Barbara Hojda Polonia Iunie 2015

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015 Pologne

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015 Pologne

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus April 26 2015 Magadan Russia

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus April 26 2015 Magadan Russia

Father Michael Shields of The Heart of Jesus May 21 2015 The Poor Claire Sisters Ireland

Father Michael Shields of The Heart of Jesus  May 21 2015 The Poor Claire Sisters Ireland

Luminita Marina Raileanu psiholog Bucharest Romania July 4 2015

Luminita Marina Raileanu psiholog Bucharest Romania July 4 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13Iulie 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13Iulie 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13 Iulie 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13 Iulie 2015

Vie de Prieres JESUS CHRIST

Vie de Prieres JESUS CHRIST

Olivia Maria Nicolae MARCOV 3 decembrie 2015

Olivia Maria Nicolae MARCOV 3 decembrie 2015

Vladimir Putin, Moscou, Russie, octobre-décembre 2015

Vladimir Putin, Moscou, Russie, octobre-décembre 2015

Irina Vatava Moscalenco la fille de Boris Vatav Ma cousine Chisinau Moldova

Irina Vatava Moscalenco la fille de Boris Vatav Ma cousine  Chisinau Moldova

Tania Trahman la petite fille de Boris Vatav Chisinau Moldova

Tania Trahman la petite fille de Boris Vatav Chisinau Moldova

Natasa la fille aînée de Boris Vatav son mari et Tania Trahman leur fille Chisinau Moldova

Natasa la fille aînée de Boris Vatav son mari et Tania Trahman leur fille Chisinau Moldova

Irina Vatav la fille de Boris Vatav le cousin de mon père de Chisinau Moldova

Irina Vatav la fille de Boris Vatav le cousin de mon père de Chisinau Moldova

Valentina et Boris et Irina Vatav Chisinau Moldova

Valentina et Boris et Irina Vatav Chisinau Moldova

Valentina et Boris Vatav le cousin de mon père Chisinau Moldova 2015

Valentina et Boris Vatav le cousin de mon père Chisinau Moldova 2015

Jesus Christ Iisus Hristos

Jesus Christ Iisus Hristos

NOTRE DAME DE LOURDES PRIEZ POUR NOUS

NOTRE DAME DE LOURDES PRIEZ POUR NOUS

Olivia Maria Marcov 1 Octombrie 2014 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov 1 Octombrie 2014 Bucharest Romania

DUMNEZEU TATAL CERESC SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC ATOTTIITORUL

DUMNEZEU TATAL CERESC SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC ATOTTIITORUL

Olivia Maria MARCOV 5 Ianuarie Janvier 2016 Bucharest Romania

Olivia Maria MARCOV 5 Ianuarie Janvier 2016 Bucharest Romania

Le mot de Jesus Christ Le Verbe Dieu Sfinte Dumnezeule Sfinte Tare Sfinte Fara de Moarte

Le mot de Jesus Christ Le Verbe Dieu Sfinte Dumnezeule Sfinte Tare Sfinte Fara de Moarte

SFANTUL ARHANGHEL MIHAIL CINE E CA DUMNEZEU NIMENI NU E CA DUMNEZEU SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC

SFANTUL ARHANGHEL MIHAIL CINE E CA DUMNEZEU NIMENI NU E CA DUMNEZEU SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC

Jesus Misericordia ISUS CRISTOS SI COROANA DE SPINI PATIMILE

Jesus Misericordia ISUS CRISTOS SI COROANA DE SPINI PATIMILE

Olivia Marcov Bogdan Buzoianu 31 janvier 1976 CONSTANTINE ALGERIE

Olivia Marcov Bogdan Buzoianu 31 janvier 1976 CONSTANTINE ALGERIE

Maica Domnului icoana Sf Ap Luca aici MD Vladimir

Maica Domnului icoana Sf Ap Luca aici MD Vladimir

Saint Padre Pio NOS LARMES AU CIEL

Saint Padre Pio NOS LARMES AU CIEL

Profesor fizica Ion MANEA Olivia Marcov cl 12 V 1986 Liceul N Balcescu Colegiul Sf SAVA Bucuresti

Profesor fizica Ion MANEA Olivia Marcov cl 12 V 1986 Liceul N Balcescu Colegiul Sf SAVA Bucuresti

Olivia Maria Marcov Icône de la Mère de Dieu Salvatrice et Secours des Affligés Bucarest Romania

Olivia Maria Marcov Icône de la Mère de Dieu Salvatrice et Secours des Affligés  Bucarest Romania

Silviu Marcov mon frère fratele meu Bucarest Romania

Silviu Marcov mon frère fratele meu Bucarest Romania

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 la classe 12 V Bucarest Roumanie 2016

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 la classe 12 V Bucarest Roumanie 2016

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 Bucarest Roumanie 2016

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 Bucarest Roumanie 2016

Notification blogspot.com 17 novembre 2016

Notification blogspot.com 17 novembre 2016

Nasterea Domnului La Naissance du Petit Jésus

Nasterea Domnului La Naissance du Petit Jésus

Jésus-Christ

Jésus-Christ

marți, 31 martie 2015

Historique de la Congrégation, Histoire de la Congrégation des Soeurs de la Doctrine Chrétienne, Nancy, France ( surlesroutesdeladoc.fr )

Historique de la Congrégation, Histoire de la Congrégation des Soeurs de la Doctrine Chrétienne, Nancy, France ( surlesroutesdeladoc.fr )


En Lorraine.
Nous sommes à la fin du dix-septième siècle, en Lorraine.
Ce duché, que Louis XIV lui même n’a pas pu annexer à la France, a vécu des années très difficiles : guerres, dont celle de Trente Ans, occupations, brigandages, incendies, famines et épidémies de peste.
De façon prémonitoire, le graveur Jacques Callot a illustré ces “Misères et malheurs de la guerre”.
La nature s’en est mêlée avec des hivers très rudes, voire terribles.
Les puits gelaient, la nourriture placée près du feu et le pain devaient être débités à la hache.
Dans la forêt, les chênes se fendaient de bas en haut sous l’attaque du gel, tandis que les loups s’approchaient des villages...
Quand on put recenser la population, à la fin du siècle, elle était réduite de moitié par rapport à celle de 1630.


Fondateur ou non ? Jean Baptiste Vatelot (1688-1748)
Une fois le calme revenu, les écoles de villages, pour les garçons, fonctionnent régulièrement.
Depuis le Concile de Trente, l’instruction est l’une des principales préoccupations de l’Eglise.
Ils sont plusieurs prêtres à s’en soucier dans les villages des environs de Toul.
Le “bon père Varnerot”, curé de Lucey, ne se résoud pas à voir les jeunes épouses signer leur nom d’une croix au bas du registre des mariages, car elles n’ont pas “l’usage d’écrire”.
 Avec ses nièces, il crée la première école pour les filles en 1686.
Or, celui qui est considéré comme le fondateur de l’Institut, Jean Baptiste Vatelot est né en 1688, à Bruley.
Devenu prêtre, sans doute en 1710, il est nommé sacristain de la Cathédrale de Toul où siège l’Evêque.
Plus tard, il sera chanoine.
Il se lance à son tour dans l’aventure scolaire avec ses collègues et sa nomination officielle d’administrateur des Ecoles par Mgr Bégon, en 1721, ne fait que rendre légale la fonction qu’il remplissait déjà.
Il place les maîtresses d’école en demandant aux Assemblées de villages de leur fournir le nécessaire : logement, céréales, bois de chauffage, salaire...
S’il n’obtient pas cette “modeste aisance” , il n’y place personne.
Ces jeunes femmes qui soignent aussi les malades et qui accueillent les mamans dans des ouvroirs sont considérées par lui comme des “diaconesses” des temps anciens.
En dépit des tribulations provoquées par des soucis d’ordre financier, il achète, à Toul, une maison qui servira à la fois d’école, de noviciat, d’hospice et de lieu de retraite spirituelle, une fois l’an, ainsi que de lieu de formation.
On lui doit aussi des ouvrages pédagogiques et religieux.
A sa mort en 1748, l’Institut compte deux cents personnes.

A travers le feu.
Du vivant du Père Vatelot, les maîtresse d’école sont passées de l’état laïc à l’état religieux en prononçant le voeu de chasteté à titre privé.
L’institut est reconnu par les lettres patentes du duc - le roi Stanislas, puis de Louis XV.
Quand la Révolution française éclate en 1789, la supérieure générale demande aux soeurs de rentrer dans leurs familles respectives.
Elle mérite une mention spéciale pour son courage : Jeanne Pierson tient tête aux citoyens de la municipalité de Toul pour récupérer ses rentes et ses livres...
Elle sauve sa classe en leur rappelant qu’elle est communale, donc d’utilité publique.
Mais elle ne verra pas le renouveau.
Elle décède en 1800.
Les soeurs se regroupent dans l’ancien couvent des capucins, rue saint Dizier, à Nancy.
La plupart sont présentes.
Très vite, elles ouvrent une école, et prennent l’habit religieux en 1804.


Une novice qui fera parler d’elle.
En 1807, venant de Saint Mihiel (Meuse) Françoise de Faillonnet arrive au noviciat. C’est une âme bien trempée.
Elle a vingt neuf ans.
Chez elle, elle a vu ses parents cacher des prêtres réfractaires à la Constitution civile du clergé qui aurait fait d’eux des fonctionnaires, coupés de Rome (1790).
Elle devient supérieure générale de la Congrégation en 1821 et le restera jusqu’en 1855.
Un record !
Il est difficile de résumer une oeuvre aussi imposante.
Bâtisseuse, elle fait ériger la chapelle et le bâtiment du noviciat.
Elle rédige des ouvrages et des lettres sur la spiritualité de la religeuse enseignante, aidée, en partie, par le père Mougenot, supérieur ecclésiastique de l’Institut.
Elle réforme le noviciat.
Elle facilite l’expansion de la Congrégation vers la Belgique, le Luxembourg et même l’Algérie : Constantine, en 1841.
Décédée en 1856, mère Pauline de Faillonnet est légitimement considérée comme la deuxième fondatrice de la Doctrine Chrétienne.


Menaces sur la foi.
Après la vague romantique, où les sentiments tiennent la première place, le scientisme et le rationalisme progressent.
Tout peut s’expliquer, se démontrer.
L’anticléricalisme - souvent très dur- gagne du terrain.
Malgré cela, la Congrégation s’affirme.
A la suite de Mère Pauline, les supérieures successives n’hésitent pas à envoyer les soeurs au-delà des frontières et des mers.
Ecoles professionnelles, orphelinats, services intérieurs, accueils pour les indigents, soins aux malades et, en milieu rural, collaboration à l’oeuvre des prêtres, la mission devient multiforme.
De Virton (Belgique) à San Remo (Italie), de Constantine (Algérie) à Eich (Luxembourg), de Oujda (Maroc) à l’île de Malte, les soeurs sont à l’oeuvre.
C’est à Mère Lucie Bastien qu’il reviendra de faire face aux “Lois célérates” (1905) et d’obtenir notre reconnaissance par Rome, avec l’approbation de nos “Constitutions”, rénovées (1912).


L’aujourd’hui de Dieu.
“Pour qu’en tous grandisse l’homme, jusqu’à sa pleine dimension de fils de  Dieu” 
(Constitutions 1982)

La guerre de 1870 et les deux guerres mondiales ont laissé des traces profondes dans l’évolution de la Congrégation, comme dans la vie personnelle des soeurs.
Elles ont connu, elles aussi, les départs précipités et l’évacuation, le refuge incertain des caves, sous les bombardements, le manque de nourriture - et la perte obscure d’êtres chers.
Cependant, quand les choses se stabilisent, elles partent au Congo (1948).
En 1966, celles qui seront pionnières en Corée du Sud étudient la langue pour pouvoir s’y implanter.
L’année suivante, ce sera le Chili et la Côte d’Ivoire.
Puis, beaucoup plus près de nous, la Roumanie, en 1993, le Cambodge en 2O10. Période d’expansion intense, on le voit, qui gagne tous les continents sauf l’Océanie.
Aujourd’hui, trois noviciats existent : en Corée, en Afrique noire et au Chili.
Le Concile Vatican II (1962-1965) a demandé aux religieux d’accomplir un renouveau - ou aggiormamento - dont les conséquences trouvent leurs prolongement aujourd’hui encore.
Que disait donc Jean Baptiste Vatelot dans son testament (1746) ? “Je n’ay accepté la charge de promoteur que malgré moy et les larmes aux yeux, par obéissance...”
En novembre 1964, sept soeurs de la Doctrine Chrétienne furent massacrées au Congo en rébellion.
Ici et maintenant, nous ne savons pas de quoi demain sera fait.
Sœur Thérèe OLRY

Costume

Source : Sur les routes de la doc.fr
http://www.surlesroutesdeladoc.fr/page-3891790.html
http://a54.idata.over-blog.com/4/06/86/45/divers/Au-fil-des-decouvertes/costume.jpg


Eating in the monastery, Manger au monastère ( Archives du Carmel de Lisieux ), French and English Version

Eating in the monastery, Manger au monastère ( Archives du Carmel de Lisieux ), French and English Version


English Version : http://www.archives-carmel-lisieux.fr/english/carmel/index.php/le-r%C3%A9fectoire/eat-in-a-monastery


Que pouvait-on bien manger au carmel, au temps de Thérèse ?
La réponse implique à la fois le contenu de l'assiette et de fort complexes manières de table.

Qu'est-ce qu'on mange :

Le petit déjeûner :


Une soupe aux poireaux et pommes de terre, comme c'était la norme à l'époque. Aux Buissonnets, on prenait ainsi le matin une soupe aux oignons.
En carême : du pain et simplement du bouillon clair.
Au petit déjeuner du dimanche, après la messe, soit vers 9 h, on servait dans de grosses soupières jaunes du riz à l'oseille très chaud (d'après une tradition orale).



 Du pain à chaque bouchée
Il ne fallait pas manger une seule bouchée, soit de poisson, de légumes ou de dessert, sans pain, qui constituait la base de toute nourriture.
Sans pain à chaque bouchée, on aurait traité les soeurs de gourmandes!

Repas du midi et du soir :


Pas de viande sauf pour les soeurs malades.
Le midi, on mange du poisson ou des œufs (mais pas d’œufs en carême), avec des légumes et des fruits.
Laitages sucrés, midi ou soir.
Un tout petit morceau de fromage à l'occasion.
Le soir, seulement des légumes et des fruits.
Rappelons que légumes et fruits proviennent du jardin à peu près exclusivement.


  
Pour les fêtes :
Le menu était un peu plus élaboré - sans viande.
Lire les lettres de Marie Guérin à son père, par exemple: Merci, merci... des bons plats de crème et des bouteilles de vin blanc (7 sept. 1895); encore un panier de prunes(sept. 1895); galettes de sarrasin, crêpes, beignets, pets de none (28 déc. 1895); etc. Parfois, elle fait une demande directe: Pour la fête de notre Mère ne pourrions-nous pas avoir des truites? (13 juin 1896).
S'il vous plaît, pas de fourchette!

Collation en carême pour le souper :


Un bouillon clair et les fruits qui restent du midi.



Le réfectoire

Cliquer ici pour voir des photos anciennes du réfectoire.

Petites recettes du temps :
Soupe mitonnée :



Le mot mitonné signifié "mijoté", en patois normand. C'est aussi, ce qu'au siècle dernier, on appelait la panade, qui servait de bouillie aux bébés sevrés.
Chaque soir au Carmel de Lisieux, les soeurs converses arrivaient de la cuisine au chauffoir pour la récréation avec des corbeilles soigneusement tendues de toile blanche, et se mettaient à couper en petits morceaux une bonne quantité de pain.
Le lendemain, on mettait ce pain coupé dans de l'eau bouillante légèrement salée, et on laissait le mélange "mitonner" longtemps, jusqu'à ce qu'on obtienne une soupe crémeuse, d'où l'on ne distingue plus les morceaux .
Cette soupe se mangeait chaque matin, de Pâques au 14 septembre.
On pouvait y ajouter alors un peu de lait et de beurre, ce qu'on ne faisait pas du 14 Septembre à Pâques (jeûne de l'Ordre), car alors on ne prenait rien le matin, mais on avait cette soupe au repas de midi en plus.
Il se trouvait que la soupe était plus ou moins épaisse au grand dam des jeunes ( soucieuses de leur ligne ?), qui se faisaient rabrouer par les anciennes : "De notre temps, la cuillère en bois pouvait y tenir debout !" 
Lors des petites tempêtes intérieures, où il est facile de ressasser ses griefs, on recommandait : "Ne faisons pas de la soupe mitonnée".  



Omelette aux pommes :



Pour les jours de grande fête, Sr Geneviève (Céline, qui était Provisoire) faisait faire de l'omelette avec de la compote de pommes sucrée.
On fait cuire légèrement les pommes pelées et coupées avec un peu d'eau et de sucre, et on les met de côté.
On fait ensuite l'omelette, avec les oeufs battus dans de l'eau et un peu de farine, pour le volume et la tenue.
On plie l'omelette avec les pommes dedans.

Riz à l'oseille :

Les dimanches, on faisait comme soupe du riz à l'oseille, que la petite Thérèse évoque dans ses paroles rapportées dans le Carnet Jaune, à la date du 12 août.
Faire cuire le riz à l'eau comme d'habitude.
Faire revenir de l'oseille dans du beurre jusqu'à ce qu'elle soit cuite.
Ajouter l'oseille au riz cuit.

Comment manger au réfectoire :
Trois textes décrivent les manières carmélitaines


La Communauté vient du chœur au réfectoire, matin et soir… en récitant une ou plusieurs fois, selon la longueur du chemin, le psaume De profundis pour tous les défunts et en particulier pour les bienfai­teurs.
En arrivant au réfectoire, les Sœurs font deux à deux une inclination profonde devant la croix placée au-dessus de la table de la Prieure, se parta­gent en deux chœurs et se rangent près des tables, les plus jeunes au bas du réfectoire et les anciennes près de l’entrée.
Elles s'y tiennent debout, tournées en chœur, jusqu'à ce que toutes soient rangées; alors la semainière dit à sa place le verset A porta inferi, et en même temps les Sœurs se tournent vers la croix jusqu'à la fin du verset.
Après avoir répondu Amen, elles se retour­nent en chœur; alors la Prieure donne le signe de commencer la bénédiction de la table.
A ce signe, la semainière dit le Benedicite, en faisant une demi-inclination à la Communauté, et les Sœurs répètent Benedicite, en faisant aussi une demi-inclination; la semainière commence un des versets marqués au bréviaire, les Sœurs le poursuivent avec le Gloria Patri ; la semainière dit le Pater noster, et les Sœurs continuent à voix basse, profondément inclinées.
Au signe de la Prieure, toutes se relèvent ; chacune fait le signe de la croix.
Après la bénédiction, elles se mettent à table sans bruit et sans confusion, et la lectrice monte en chaire.
Lorsque toutes les Religieuses sont assises, la Prieure sonne la petite clo­chette pour faire commencer la lecture; environ une minute plus tard, elle sonne un second coup pour commencer le repas.
[A certaines fêtes, on modifie un peu ce petit rituel, aux jours saints également.]


La bénédiction étant achevée, on se range à table, et on s'y tient fort modeste, les mains sous le Scapulaire, la vue baissée et l'esprit élevé à Dieu, se figurant qu'on est en la com­pagnie de Notre-Seigneur et des Apôtres, au saint Cénacle, dont le réfectoire est l'image.
Lorsqu'on aura sonné le second coup de la clochette, après avoir fait le signe de la croix et déplié sa serviette, on prend son pain pour le baiser, bénissant Dieu de ce qu'il nous donne de quoi nous sustenter ; ensuite on commence sa réfection, chacune recevant de la serveuse ce qu'elle lui présente, comme une aumône que Dieu lui envoie, et se regar­dant comme vraie pauvre de Jésus-Christ.
Cette considération doit nous porter à ne rien mépriser de ce qui nous est présenté, soit bon ou mauvais ; s'il n'est pas selon notre goût, il faut se souvenir du fiel et du vinaigre que Notre-Seigneur prit en la croix pour notre amour.
Il ne faut pas aussi tellement se laisser aller à satisfaire la nécessité du corps, que l'esprit ne pense qu'à cela ; mais on doit réserver l'oreille et le coeur pour entendre et savourer la lecture, ainsi que firent les Apôtres, écoutant les divines paroles de Jésus-Christ pendant la dernière Cène.
Il faut encore tâcher d'être fort modeste et mortifiée du côté de la vue ; s’abstenant de regarder de côté et d'autre.
En buvant, on tient son godet avec les deux mains ; c'est une ancienne coutume de l'Ordre, et, avant de boire, on fait le signe de la croix dessus.


Proposer de s'abstenir de quelque chose qui sera le plus à leur goût, et de prendre le plus volontiers ce qui le sera le moins, se souvenant du fiel et du vinaigre, dont le même Fils de Dieu fut abreuvé sur la croix.
Se souvenir aussi que Notre Seigneur se plait à communiquer dès cette vie les douceurs de son esprit, aux âmes qui se privent de bon cœur pour l’amour de Lui des satisfactions de leurs sens.
Elles auront toujours les yeux baissés et arrêtés devant elles, sans tourner la tête, et sans regarder les autres, ni ce qu'on leur sert, et lors que la serveuse leur presentera les portions, elles lui ferons une inclination de la tête et du corps, et elles prendront ce qui leur sera le plus à main [proche de leur main] sans aucun choix.
Elles auront soin de se tenir droites, ne s’appuyant point ni à la table ni à la muraille, et que leurs pieds soient retirés sous leurs habits sans les mettre l’un sur l’autre, et leurs mains sous le scapulaire, devant et après le repas.
Elles doivent aussi observer la modestie en leur façon de manger, prenant garde de ne le point faire avec bruit ni trop vite, ni aussi trop lentement, ayant soin d'avoir fait avec les autres.
Il faut prendre garde de ne rien mettre de ne point laisser tomber de miettes de pain à terre.
A la fin du re­pas, il faut ramasser toutes celles qui sont sur sa ser­viette, par hommage à ce que Notre Seigneur ordonna à ses apôtres, après avoir fait les miracles de la multi­plication des pains, de ramasser les restes, afin que rien ne fût perdu. (...) 
Il faut aussi prendre garde de ne pas salir ses doigts et sa serviette que le moins que l'on peut.
Il faut laver sa cuillère et son couteau, et en toutes choses avoir grand soin de la propreté.
Lorsqu'on plie sa serviette, il faut mettre son godet et tout le reste qui est dessus, le plus doucement que l'on peut sur la table, afin de ne faire aucun bruit qui interrompe la lecture, ce qu'il faut aussi observer pen­dant tout le temps du réfectoire. 
Bon appétit !


Source : Les Archives du Carmel de Lisieux


http://www.archives-carmel-lisieux.fr/carmel/index.php/le-r%C3%A9fectoire/manger-au-monastere



Le Travail de Sacristine ( Sainte Thérèse de Lisieux ), Archives du Carmel de Lisieux

Le Travail de Sacristine  ( Sainte Thérèse de Lisieux ), Archives du Carmel de Lisieux



La sacristine est nommée par la prieure pour s'occuper de toutes les choses qui servent à la chapelle et au choeur dans les célébrations de la messe et autres offices liturgiques.

Une première activité est de passer dans la chapelle extérieure tous les objets nécessaires pour les offices liturgiques qui doivent s’y dérouler.
Ornements, ciboire et calice, vin et eau, pain d'autel: la sacristine fait passer tout cela par le tiroir ou par le tour de la sacristie.
Tour et tiroir dessous sont accessibles tant du côté de la sacristie extérieure comme de la sacristie intérieure, mais sans possibilité de se voir.


Quand le prêtre se présente pour la messe, la sacristine [ doit ] préparer et "passer" ce qui est nécessaire pour que le prêtre s’habille et puisse célébrer la messe.
Après la messe, elle doit reprendre ornements et objets et les ranger convenablement.
Les habits du prêtre sont l’amict, l’aube, le cordon, l’étole, le manipule et l’ornement.
On peut voir iciquelques ornements contemporains de Thérèse.
Pour l’autel, il y a la nappe d’autel, la nappe pour la grille de communion.
Les objets de la messe comprennent : le calice, la patène, le ciboire, les burettes, les chandeliers, le missel.
Pour les expositions du Saint Sacrement, elle passe l’ostensoir et le thabor ainsi que les bougies nécessaires ; et pour le prêtre, la chape et l’étole.
La sacristine est chargée d’ouvrir la grille de communion, au chœur, pour permettre la communion des sœurs, les jours de communion.
Le samedi, c’est aussi à la sacristine, d’apporter les cierges du Salve, cierge que les sœurs, en manteau blanc, porteront allumés, pendant le chant du Salve, chanté au chœur avant l’Oraison du soir.
C’est à elle que revient de maintenir tous les linges qui servent aux diverses cérémonies propres et en bon état, d’en confectionner de nouveaux quand c’est nécessaire.
C’est à elle que revient de faire bénir avant la cérémonie, l’habit que recevra une nouvelle novice, de préparer pour elle un grand cierge, ainsi que des cierges pour les autres sœurs de la communauté qu’elles porteront allumés, accompagnant en procession la nouvelle novice pour son entrée au chœur.
Pour la communion des malades, elle prépare sur l’autel de l’infirmerie, un crucifix entre deux chandeliers, un corporal, le livre qui doit servir au prêtre, près de l’autel elle place un bénitier et le goupillon.
La sacristine et 2 autres sœurs accompagnent le prêtre se rendant à l’infirmerie.
Si toute la communauté accompagne le prêtre portant le saint Sacrement, toutes les sœurs ont des cierges.
Pour l’extrême onction, elle prépare l’autel de l’infirmerie comme pour la communion des malades, elle ne met pas le corporal, mais le vase des saintes huiles et 2 petits plateaux contenant des tampons de coton.
Elle prévoit aussi un petit bassin et de l’eau pour que le prêtre puisse se laver les mains après avoir fait les onctions.
Pour les inhumations, elle fait sortir les prie-Dieu couverts de housses noires, elle fait mettre à la chapelle les tentures et les housses noires, à la grille de communion, les rideaux violets.
Elle prépare les cierges pour le clergé, les ornements noir : chasuble, dalmatiques, chape, étoles pastorales, aubes, cordons et amicts.
Pour le chœur, elle prépare la croix de procession et les cierges pour les sœurs, ainsi que les chandeliers qui seront mis autour du cercueil.
Thérèse a été sacristine de février 1891 à février 1893.
En mars 1896 elle fut remise à la sacristie, et retirée peu après son premier crachement de sang.



Source : Les Archives du Carmel de Lisieux
http://www.archives-carmel-lisieux.fr/carmel/index.php/au-carmel/le-style-de-vie/le-travail/sacristine



Les Sœurs de la Doctrine Chrétienne de Nancy, France, Souvenirs et Anecdotes ( surlesroutesdeladoc.fr )

Les Sœurs de la Doctrine Chrétienne de Nancy, France, Souvenirs et Anecdotes ( surlesroutesdeladoc.fr )

SOUVENIRS et ANECDOTES


Ecole Notre Dame de Saint Mihiel :

-  j'ai fait une partie de ma scolarité (de la maternelle à l'entrée en 6ème) à l'école des Sœurs de St Mihiel et toute ma petite enfance s'est passée dans l'environnement des religieuses. A l'école Notre Dame, notre vie était rythmée par les prières, le catéchisme, les fêtes religieuses... Je me souviens de quelques unes des Soeurs, notamment Soeur Madeleine (qui était adorable), Soeur Saint-Victor (qui m'a administré la première fessée de ma vie, le jour de ma première rentrée, parce que je ne voulais pas quitter ma maman) et de Soeur Jeanne (que tout le monde craignait un peu car en tant que supérieure, elle incarnait l'autorité). Elles sont malheureusement toutes décédées à présent. Odile
- Mes souvenirs sont trés lointains,car mes parents ont quittés St Mihiel en juillet 1956 j'avais 5ans ½
Je me souviens qu'il y avait aussi Soeur Jeanne qui au moment de Noêl faisait une crêche avec les enfantsJe me souviens avoir fait Joseph. Edith

Ecole ménagère d'Epinal :

-  je me rappelle simplement qu'il y avait une soeur qui s'apellait "Soeur Elisabeth" elle n'était pas bien grande et assez forte et la mère supérieure aussi. Il y avait une soeur qui était assez grande et mince et elle faisait des cours de couture avec Soeur Elisabeth et une autre plus petite et mince qui faisait des cours de cuisine. Une fois par semaine on faisait la lessive dans le fond de la cour et tous les matins c'était la messe à la chapelle,et quand on faisait le ménage,j'aimais bien être de corvée à la chapelle..,car ce n'était pas sale. L'Ecole se trouvait dans la Rue de la Préfecture ou habite maintenant l'Evéque de St DIE,en face il y avait le préfe Recevez mes amitiés Annette

Doctrine Chrétienne de Verdun :

- Année 1950. A cette époque, seules les classes de maternelles étaient mixtes. La Doctrine Chrétienne était réservée aux filles, les garçons allaient chez les Frères. On appelait les religieuses : " Madame" 
Je me souviens de la directrice Madame Marguerite, de Madame Saint Gérard et de Madame Donatienne pour les petits, de Madame Françoise qui était très stricte et qui donnait des cours de français en seconde dans les années 60. Josette
J’étais à la "doc"comme on disait entre nous de septembre 67 a juin 75! Je me souviens de Mère Louise-Marie, une des supérieures, soeur Bernadette qui s’ occupait de l’ infirmerie.Cette soeur , jeune (A L EPOQUE ) ETAIT TOUJOURS SOURIANTE ET TRES ACTIVE, je l’ai eu comme catechiste en 6eme, j’ai encore mon cahier! Et puis bien sure soeur Clothilde qui etait deja agee (a nos yeux d adolescente!)
Elle etait tres speciale.Tant de souvenirs.Et puis Monsieur Creplet, mon prof d eco au lycee, le meilleur prof que j aijamais eu.Il a revolutionne la doctrine deVerdun, pour le meilleur bien sur.Et puis Mademoiselle Marie-louise toujours dans sa chambre , nous la connaissions bien car elle avait ete en Algerie avec maman.quelqu un d autresesouvient de tous ces gens.La doctrine de Verdun, cest toute mon adolescence!,, Chantal

Ecole de Gérardmer :

- Des souvenirs on en a c'est sûr !!! Souvenir du cacao qu'ont nous donnait dans le sous-sol de l'ecole???Bernadette
 - Il s' est passé beaucoup de choses pendant ma scolarité chez les Chères Soeurs de Gérardmer, Je suis entrée à l école l' année de mes 3 ans, avec beaucoup d' impatience, mes soeurs aînées y étaient déjà.
Il me reste une impression de beaucoup de joie, les soeurs qui s' occupaient de nous, les petits , soeurs Charles-Marie et je crois Marie-Hélène, étaient très gaies.
J' aimais beaucoup l' école à ce moment là , retrouver les "copines", les jeux, les chants, j' adorais que l'on me raconte les histoires de l' Ancien Testament, telles le passage de la Mer Rouge, Moïse sur les eaux ....
A titre tout à fait exceptionnel, j' ai reçu un premier prix inédit à la fin d'une année scolaire, celui de ...."la bonne humeur". J' avais eu un fou rire en cours, très communicatif.  C' est dire mon état d' esprit.
Les fêtes qui rythmaient l' année me passionnaient également, la St Nicolas bien sûr au début, mais surtout celle de la fin d'année où chaque classe présentait chants, danses, mimes. Au cours d'une de ses fêtes j'ai interprété le personnage de Ste Maria Goretti, avec beaucoup de passion (à mon avis) et peut être du cabotinage (l' avis des autres ?) en tout cas, j''étais très enthousiaste, jusqu'à ce qu'on me supprime ma grande scène de la fin, la mort de la jeune fille. Quelle déception pour moi. J ai chanté également dans un costume d'oiseau, mais sans grande conviction. Il y avait également les sorties en car. Ma mère nous y accompagnait. Mon souvenir le plus précis est l' excursion à Domremy.
Que raconter encore, les cueillettes de jonquilles pour la fête du même nom, les après midis de détente à regarder des épisodes de Sylvain et Sylvette projetés sur le mur du sous-sol, en images fixes. Nous tirions les grands rideaux des fenêtres et l' aventure commençait.
Cette belle époque a duré jusqu'à l' année de mes 8 ans, où toute la famille a déménagé.
Quand je retourne à Gérardmer, je ne manque pas de passer devant "mon" école et recherche dans la cour les images des enfants que nous étions, encadrés des longues robes noires des soeurs, protectrices et rassurantes. Denise

Ecole Notre Dame de Lourdes (Nancy):

- j'ai donc été dès la maternelle à Notre Dame de Lourdes à l'époque c'était soeur Emile Marie la directrice, elle était très sévére, tout le monde la craignait. j'ai eu soeur Marcelline comme maitresse du jardin d'enfant en 1955-1956, ensuite au CP Melle d'Allemagne et en CE1 Melle Monpeur en CE2 Soeur Pauline comme soeur Marcelline elle nous aimait beaucoup. En 1959 j'a perdu mon papa et soeur Pauline m'a bien aidée. En CM2 j'ai eu soeur Camille, qui avait une maladie du dos, elle est restée très longtemps couchée mais nous faisait des petits bonjours de la fenêtre de sa chambre qui donnait sur la cour de récréation remplacée par soeur Aloysia, une alsacienne et ça prononciation nous dérouta un peu, nous faisions beaucoup de fautes d'orthographe,. J'ai eu le plaisir de retrouver Soeur Camille à la maison de retraite St Joseph et elle avait conservé un petit mot qu'on avait toutes signé quand elle était alitée, elle se souvient très bien de nous. J'ai revu et bien connu aussi soeur Hélène qui s'occupait du jardin d'enfant quand j'étais plus grande et qui a bien connu maman et mon frère Jean sur la paroisse NDL, elle aussi va aux messes à la maison de retraite St Joseph. Elle est très discrète et toujours souriante. Je me souviens qu'à NDL, tous les ans à la fin de l'année scolaire on faisait avec les soeurs le "grand ménage" on nettoyait la grande salle de récréation pieds nus dans le savon gras, ça nous amusait follement. On passait les petits bureaux au papier de verre et on encaustiquait les pupitres pour la rentrée prochaine. Dans la cour il y avait une grosse cloche et c'était une récompense de sonner la cloche qui indiquait le début des cours. On avait aussi des bons points et des croix d'honneur en fin de semaine que nous étions fière de porter sur nos gilets. C'est NDL qui m'a laissé le plus de très bons souvenirs et ce fut assez dur pour moi d'aller à la Doctrine plus impersonnelle par rapport à la petite école de quartier. La directrice était soeur Geneviève en 1961. Par contre je me suis bien plu à Ste Elisabeth en première nous avons connu l'arrivée des premiers garçons dans l'école, ils n'étaient que 2 dans notre classe en 1967 l'école s'est agrandie et a racheté les bâtiments d'une ancienne bonneterie à côtésoeur Maxime nous enseignait la couture et ce qui était manuel c'est grâce à  elle si j'ai quelques notions pour la réparation du linge courant. Elle nous enseignait la broderie (points de tige, de croix, de chaînette, de côté, passé empiétant...) A NDL il y avait aussi un jardin et un potager qui nous faisait rêver car c'était un endroit interdit aux élèves. Mais quelle n'était pas notre joie quand une religieuse nous demandait de l'accompagner où quand nous y allions pour la réunion des "croisés" (anciens JTC) A l'époque NDL était une petite structure très familiale, on se connaissait toutes et jouions dans la grande cour (le collège n'éxistait pas encore) Nous avons fait beaucoup de partie de gendarmes et voleurs, il y avait de grands arbres et nous jouions aux quatre coins, à la grande corde à sauter, aux balles (jusqu'à 4 Balles) sur le mur près de la cloche. Fait rare pour l'époque nous avions un professeur de gymnastique Mme Sclosser, nous avons fait du saut en hauteur, du poids, de la course, des montées de corde et nous allions de temps en temps au gymnase de la paroisse.   Bernadette

La Bresse :

- Les sœurs avaient une action très importante à La Bresse 88250 (où j'ai passé mon enfance).
 Les écoles libres étaient tenues par les Marianistes pour les garçons, et par les Soeurs de la Doctrine pour les filles. Cette congrégation avait en plus la charge des maisons de retraite, St-Charles (ancien Hôtel Bellevue) au  coin de la place du Champtel, et St-Blaise, au carrefour de la route des Iranées avec celle qui monte à Gérardmer. Je me souviens qu'on leur disait : "ma Chère Soeur". Jean-Claude RICHARD

Petit Séminaire :

- Une de mes tantes, Marie Louise MUNIER (1910-2000), (Sœur Saint-Paul) était religieuse à La Doctrine Chrétienne. Elle était soeur infirmière et à longtemps exercé au Petit séminaire. Elle disait en plaisantant qu'elle avait piqué les fesses de presque tous les curés du diocèse. François MUNIER

Val et Châtillon :

Un matin,on a appelé la soeur Henriette au chevet de mon arrière grand-mère,qui était mourante. En arrivant,elle a dit: "Levez-vous Louise,ce n'est pas pour aujourd'hui" et "la vieille Louise" a été remise sur pied pour quelques années ! merci à la soeur Henriette qui a ressuscité ma vieille-grand-mère du Val, que je n'aurais pas connue si elle était morte plus tôt!. Babeth

Doctrine Chrétienne (Nancy) :

- A la Doc nous allions entre midi et deux 1 fois par semaine avec le bus à la piscine de Nancy Thermal avec soeur Victoire, qui nous enseignait aussi le chant.
Soeur Victoire allait en habit de religieuse à la piscine et elle nous accompagnait aux Bassins en remontant le bas de sa robe de religieuse. En chant elle commençait toujours la séance par des vocalises : nous étions debout dans l'allée doigt au dessus de la tête et nous devions sortir des la en formant un arc de cercle avec nos mains les descendant jusqu'aux hanches. Nous la trouvions originale mais nous l'aimions beaucoup et c'est grâce à elle que je sais nager.

Notre Dame de Bonsecours (Nancy):

- Je me souviens de sœur Michèle Adrian, petite mais sévère. Elle nous faisait venir près d’elle au bureau pour corriger nos dictées, et comme elle était petite, il fallait que l’on se mette à genoux  pour qu’elle ait plus facile pour nous tirer les oreilles à chaque fautes. Mais quand on sortait en fin d’année de sa classe nous étions sûres, l’année suivante d’être reçues au certificat d’étude.
Les classes du 1er étage (classes des plus grandes) étaient cirées, il fallait prendre des patinettes pour rentrer en classe. Au rez de chaussée se trouvaient les plus petits et la classe de maternelle. Dans la classe à côté de celle-ci il y avait celle de sœur St Jacques Henry qui une année est partie pour le Congo où il a été tuée.
La supérieure de l’époque était soeur Anne Marie Dannaux, mais on ne la voyait pas souvent.
C’est dans cette école que j’ai perdu mes premières lunettes qui sont tombées dans les wc. Ceux-ci étaient au fond de la cour, c’étaient des wc à la “turque”.

Gorcy :

- Je suis allée en classe maternelle à l'Asile qui avait été cré en 1884. Je me souviens de Soeur Edouard que nous aimions beaucoup, douce et gentille. D'autres sœurs étaient infirmières à l'hopital de Gorcy, cela je m'en souvient très bien et longtemps j'ai cru que les infirmières étaient toujours des religieuses. Bernadette  (il s'agit de sœur Edouard Bouillet)
- C'est avec plaisir que je vais essayer de vous rapporter de très vieux souvenirs et tellement lointains, mais ils sont encore très présents. J'avaisi une institutrice en maternelle dans les années 1950 (je suis née en 1951) qui s'appelait Pauline. Par la suite nous avions une soeur qui s'appelait Soeur Jeanne je crois, très dynamique qui s'occupait des enfants au patronage avec notre curé Maurice Roset (je n'ai plus l'orthographe exact) et puis une autre soeur, dont j'ai oublié le prénom. 
Toutes les Soeurs dont je me souviens font partie intégrante de mon enfance, j'en garde un très précieux et très agréable souvenir. Maguy
Je me souviens de sœur Edouard, qui était très gentille. Elle partait en vélo le voile au vent.  Lucie  

Signeulx (Belgique) :

J'ai fait mon école gardienne chez les sœurs de la Doctrine, ensuite jusque l'âge de 12 ans j'ai fait mon école primaire aussi chez les sœurs de la Doctrine. Je me souviens de Sœur Marie de Jésus qui était notre professeur principal. Elle avait plusieurs cours. Elle était très sévère. Un jeudi matin nous avions leçon d'histoire, je ne savais pas répondre, alors j'étais restée seule dans la classe et cela ne me plaisait pas. Une fenêtre était grande ouverte sur la rue. J'ai sauté  par la fenêtre et me suis sentie libre. J'ai pris le chemin le plus long pour ne pas avoir à passer devant les fenêtres des sœurs, mais quand je suis arrivée chez mes parents, sœur Marie de Jésus était arrivée avant moi. La suite vous la devinez...
Les religieuses avaient beaucoup de mal avec deux familles du village l'une communiste et l'autresocialiste.Je me souviens aussi avec plaisir de la fête de St Nicolas. C'était toujours pendant la récréation. Une porte gerbière dominait cette cour. Tout à coup une pluie de gâteau et de bonbons nous tombait dessus. Nous regardions cette porte et une main gantée de blanc nous arrosait de ces délices, nous étions heureuses.
J'ai oublié de parler de certaines religieuses qui vivaient dans l'ombre et pourtant il y a plein de choses à dire sur elles. En général, elles étaient très douces et très dévouées. Elles faisaient vivre la communauté dans le silence. Elles soignaient aussi nos bobos et nos peines.
Quand il m'arrive de repasser dans mon village, et près de l'école je ressens toujours une certaine nostalgie de ces années là.   Simone

Pulligny :

La présence des soeurs était beaucoup appréciée au village, c’était « les chères soeurs » : on allait chez « les chères soeurs », on appelait « la chère soeur », et chaque famille avait à coeur de leur manifester soutien et estime. Leur service était gratuit mais on savait bien qu’elles ne pouvaient vivre de l’air du temps. Et on leur apportait, l’un quelques oeufs, d’autres, un morceau de cochon lorsque la famille tuait le cochon, une poule ou un coq à l’occasion d’une fête familiale ou paroissiale, etc... Le bureau de bienfaisance leur assurait également leur pain de chaque jour. Beaucoup leur réservait aussi le produit de la quête de la mairie lors d’un mariage ou autre. Evidemment, cela ne les enrichissait pas beaucoup, mais cela leur permettait de vivre simplement au milieu d’un peuple simple et reconnaissant. Lorsqu’elles avaient besoin d’une aide plus spécifique, elles pouvaient compter sur la population. Ainsi, par temps de neige, le forgeron du village, leur voisin, dès avant l’heure de la petite messe à 7 heures du matin, leur préparait un passage, de chez elles à l’église pour qu’elles n’aient pas à marcher dans la neige. On en prenait soin, elles faisaient partie du patrimoine du village. 
En souvenir du travail accompli par chacune et par toutes, et de leur disponibilité au service des habitants du village, ayons une petite pensée de reconnaissance.

Sarrebourg :

Sr Elisabeth était appelée  « la sœur B.N. » parce qu’à  la récréation elle vendait des chocos B.N  
Sr SIimone a été la directrice de l’ établissement et Sœur Bernadette la comptable
Il y avait aussi quand j’ ai commencé à travailler une  sœur allemande, sœur Thérésia que l’ on appelait «  la sœur à oiseaux ». Elle avait 2 canaris dans une cage posée dans la classe de la maternelle ! Elle venait s'en occuper deux fois par jour en classe, mais n'enlevait la séparation dans la cage qu'à la Saint Joseph pour que les oiseaux s'accouplent. Mme Schmedilin

Charmes :

Personnellement, j’ai connu à Charmes (Vosges), où je suis né, un couvent de sœurs de la Doctrine qui géraient une école ménagère pour jeunes filles pourvues du C.E.P. Elles faisaient aussi le catéchisme :j’ai ainsi suivi, pendant la guerre, les cours de Sœur St Laurent et de la supérieure, Mère Geneviève (qui a terminé sa vie à Martigny les Bains). Il y eut aussi les sœurs infirmières qui soignaient au couvent ou à domicile : sœur Marthe et sœur Véronique. Et Sœur Marie, qui s’occupait des soutanelles et surplis des enfants de chœur (nombreux à cette époque). M. Michel Collin
 Je me souviens très bien, par exemple, que le couvent possédait un cheval de trait, avec certainement quelques instruments aratoires et un chariot, et employait, pour utiliser ce matériel et accomplir certains  travaux, notamment de jardinage et d’entretien, M. Alfred Pidolot, un cousin de mon grand-père.
 Un souvenir particulièrement vivace et joyeux, est celui des Fête-Dieu, qui étaient des cérémonies tout à fait grandioses, les processions dans les rues de la ville avec fanfare, chorale, les scouts, une imposante foule de fidèles, et de magnifiques reposoirs dont le moins joli n’était pas celui des religieuses! Les enfants (sauf les enfants de chœur qui avaient des missions autrement dignes et considérables), se réunissaient au couvent où, dans une merveilleuse et bavarde agitation de fourmilière réjouie, les sœurs distribuaient une quantité invraisemblable de petites bannières à tous les garçonnets et aux fillettes qui, pour diverses raisons, n’avaient pas de petit panier rempli de pétales de fleurs à jeter au passage du Saint-Sacrement. Les processions de 1940 à 1944 furent moins spectaculaires : pas de fanfare, ni de scouts, et moins de reposoirs !
 j’ai aussi un souvenir cuisant des soins donnés au dispensaire du couvent ! Beaucoup d’enfants de mon âge, pendant la guerre et dans l’immédiat après-guerre, étaient couverts d’impétigo ou de furoncles ! Je n’ai pas échappé à cette règle, et, chaque jour, à 13 heures, je retrouvais mon meilleur ami dans la salle d’attente. Sœur Véronique, bien que douce et gentille sous des dehors sévères, ne pouvait pas nous empêcher de crier ou gémir au moment de l’arrachage du pansement et surtout de la désinfection à l’alcool, ou de la sortie du « germe »: « Ne pleure pas, tu es un homme… Jésus a souffert plus que çà » Bien sûr, mais cela ne nous consolait pas ! Pour la cicatrisation, elle utilisait la « toile souveraine » (connue également sous le nom de toile du curé de Certilleux), recommandée à l’époque par le médecin (ô tempora, ô mores !). Sœur Véronique remplit ses fonctions d’infirmière, très longtemps. Pour les soins à domicile, elle utilisait une bicyclette avec laquelle elle parcourut un nombre impressionnant de kilomètres. Il faut croire que ses patients l’appréciaient beaucoup et étaient reconnaissants, car un jour ils lui offrirent un cyclomoteur ! (je ne sais plus si c’était un Solex ou une Mobylette !...)  (M. Collin)

Lycée de Saint Dizier :

 Le souvenirs heureux se bousculent pèle mèle dans mon coeur :
- La préparation des repas pour lesquels Sr Louise et Sr Jeanne Louise ne ménagent pas leur peine et qui facilite mon quotidien
- L’hébergement offert avec générosité quand les routes  étaient dangereuses
- Les sorties de fin d’année avec pique nique où rien ne manque de l’apéritif au digestif et auxquelles tous les professeurs et leurs conjoints veulent participer.
- Les fêtes de Noël ou Pâques auxquelles tous apportent leur contribution pour rappeler l’histoire du Christ et se réjouir ensemble.
- Les soirées conviviales qui nous rassemblent autour de la Bible
- Les sorties à Bruley ou à Beauraing
- La semaine passée à La Louvet où le partage a été total et qui pour moi symbolise cette parole du Christ : “Là où vous serez réunis en mon nom, je serai parmi vous.”
- Plus récemment, le soutien apporté dans les épreuves de ma vie privée en particulier lors du décès de ma maman
Oui, j’ai été heureuse auprès des soeurs de la Doctrine Chrétienne et je vous dis merci pour votre chaleur et votre bienveillance. Vous avez conquis ma confiance et mon affection. Odile Peyrol (professeur de physique et chimie)

ROSSIGNOL (Belgique)

Un jour de Saint-Nicolas, le facteur du quartier, dûment costumé, représentait le grand saint dans l'école. Les enfants défilaient devant lui. Son petit garçon était parmi eux. Entendant la voix de saint Nicolas, il s'est écrié: "Papa".  Sœur Anna

CHÄTEL SUR MOSELLE

Les soeurs s'occupaient de la 1ère communion. Pour le catéchiseme et le patronage nous allions dans une grosse maison située derrière la chapelle Bon Secours, il y avait là un terrain pour nos jeux de ballon et des salles aménagées pour le catéchisme et les jeux de société en hiver. Je me souviens il y avait aussi soeur Constance qui s'occupait des plus jeunes. Mme Fabian et sa soeur : soeur Monique de la Providence

Source :
Sur les routes de la doc.fr Présence des Sœurs de la Doctrine Chrétienne de Nancy
Souvenirs et Anecdotes


http://www.surlesroutesdeladoc.fr/page-4339087.html