Stela Moraru-Pavel, Mihaela-Victoria Munteanu, Olivia-Maria Marcov iunie 2009, USH, Drept

Stela Moraru-Pavel, Mihaela-Victoria Munteanu, Olivia-Maria Marcov iunie 2009, USH, Drept

Petrutu Crãciunas anii 1976 la Marea Mediterana Algeria

Petrutu Crãciunas anii 1976 la Marea Mediterana Algeria

Clasa 9-12 V 1982-1986 in 7 iulie 2006 liceul N Balcescu Bucuresti, Romania

Clasa 9-12 V 1982-1986 in 7 iulie 2006 liceul N Balcescu Bucuresti, Romania

Clasa 12 V Colegiul National Sf Sava promotia 1986

Clasa 12 V Colegiul National Sf Sava promotia 1986

Jésus-Christ, Jezu Ufam Tobie, Isuse mã încred in tine

Jésus-Christ, Jezu Ufam Tobie, Isuse mã încred in tine

Iulia Motoc Bucharest Romania CEDO

Iulia Motoc Bucharest Romania CEDO

Iulia Motoc Patriarhie, Turnul Clopotnita din 1698, 8 septembrie 2013

Iulia Motoc Patriarhie, Turnul Clopotnita din 1698, 8 septembrie 2013

Petrutu, prietenul meu din copilaria, Aurora si Tutzu (Petru) Craciunas parintii lui (Algeria)

Petrutu, prietenul meu din copilaria, Aurora si Tutzu (Petru) Craciunas parintii lui (Algeria)

Sr Dominique, Renée, Olivia, Corina R., Anca, Victoria si Iudit (Ungaria), Ruxandra, Monica ...

Sr Dominique, Renée, Olivia, Corina R., Anca, Victoria si Iudit (Ungaria), Ruxandra, Monica ...

Petrutu Crãciunas si Stephanie White Mountain

Petrutu Crãciunas si Stephanie White Mountain

Sr. Georges, Renée, Marie-Lucie, Suzanne, Octavie, Dominique, RDC Constantine

Sr. Georges, Renée, Marie-Lucie, Suzanne, Octavie, Dominique, RDC Constantine

Olivia Maria Marcov si Corina Resl Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine

Olivia Maria Marcov si Corina Resl Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine

Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine Algeria 1972 1976

Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine Algeria 1972 1976

Mihai Miriunis, Laura Simion, Mihai-Ionut Taciu colegii mei de facultate

Mihai Miriunis, Laura Simion, Mihai-Ionut Taciu colegii mei de facultate

Peter-Jacob Hehn Petrutu's friend Canada

Peter-Jacob Hehn Petrutu's friend Canada

Prof.dr.Dorel Zugravescu, ing.J.-B.Deloly, Olivia Maria Marcov, prof.dr.Ieronim Mihaila

Prof.dr.Dorel Zugravescu, ing.J.-B.Deloly, Olivia Maria Marcov, prof.dr.Ieronim Mihaila

Iulia Motoc 15 august 2013

Iulia Motoc 15 august 2013

Laura Simion, colega mea de la Drept, USH, Bucharest

Laura Simion, colega mea de la Drept, USH, Bucharest

Prof.dr.NIcolae Marcov ( father ) si prof.Udriste

Prof.dr.NIcolae Marcov ( father ) si prof.Udriste

Prof.dr.Florin Munteanu si Leon Zagrean

Prof.dr.Florin Munteanu si Leon Zagrean

Prof.dr.Ieronim Mihaila, ing.J.-B.Deloly AIRAMA, Olivia Marcov

Prof.dr.Ieronim Mihaila, ing.J.-B.Deloly AIRAMA, Olivia Marcov

Jesus-Christ

Jesus-Christ

Tatal meu Nicolae Marcov, Revedere colegi liceu Gh.Sincai, promotia 1959, in 31/oct./2013

Tatal meu Nicolae Marcov, Revedere colegi liceu Gh.Sincai, promotia 1959, in 31/oct./2013

Olivia Maria N. Marcov, august 2006, Bucuresti

Olivia Maria N. Marcov, august 2006, Bucuresti

Sorin Tilie, Silviu Marcov, Olivia Maria Marcov, septembrie 2003 Bucuresti

Sorin Tilie, Silviu Marcov, Olivia Maria Marcov, septembrie 2003 Bucuresti

Olivia Maria Marcov, Alexandra Georgescu, Adrian Pafa, Bianca Eftimie, aug.2009, Bucharest

Olivia Maria Marcov, Alexandra Georgescu, Adrian Pafa, Bianca Eftimie, aug.2009, Bucharest

Stéphanie Crãciunas Peter Hehn and Stéphanie's cousin, Canada

Stéphanie Crãciunas Peter Hehn and Stéphanie's cousin, Canada

Maica Domnului cu pruncul, Rugaciune la aprinderea candelei

Maica Domnului cu pruncul, Rugaciune la aprinderea candelei

Mission to Magadan Sister Miriam praying the rosary June 24 2014

Mission to Magadan Sister Miriam praying the rosary June 24 2014

The Catholic Parish of the Sacred Heart of Jesus, Constantine Algeria 1972 1976

The Catholic Parish of the Sacred Heart of Jesus, Constantine Algeria 1972 1976

Laura Adriana Bucharest Romania July 2009

Laura Adriana Bucharest Romania July  2009

Olivia Maria Marcov December 2007 Bucharest Romania Cristi s Birthday

Olivia Maria Marcov December 2007 Bucharest Romania Cristi s Birthday

Olivia Maria Marcov si Laura Gabriela Cristea in Aparatorii Patriei anul IV 2008 2009

Olivia Maria Marcov si Laura Gabriela Cristea in Aparatorii Patriei anul IV 2008 2009

Fr Michael Shields Bronislava s gulag number Anchorage USA 2014

Fr Michael Shields Bronislava s gulag number Anchorage USA 2014

Liliana Iacob Barna 8 martie 2014 Bucuresti Romania

Liliana Iacob Barna 8 martie 2014 Bucuresti Romania

Olivia Marcov Liliana Iacob Gratiela Andreescu 20 August 1979 Bucharest Romania

Olivia Marcov Liliana Iacob Gratiela Andreescu 20 August 1979 Bucharest Romania

Liliana Iacob and Gratiela Andreescu Italy Bucharest Romania

Liliana Iacob and Gratiela Andreescu Italy Bucharest Romania

Peter Jacob Hehn Petrutu's friend CANADA

Peter Jacob Hehn Petrutu's friend CANADA

Mission to Magadan Fr Michael Shields Children Saturday Club April 29 2014

Mission to Magadan Fr Michael Shields Children Saturday Club April 29 2014

Professor Nicolae Marcov at the Faculty of Matehmatics str Academiei 14 Bucharest Spiru Haret amph

Professor Nicolae Marcov at the Faculty of Matehmatics str Academiei 14 Bucharest Spiru Haret amph

Professor Nicolae Marcov Faculty of Mathematics 14 str Academiei sector 3 Bucharest

Professor Nicolae Marcov Faculty of Mathematics 14 str Academiei sector 3 Bucharest

Iulia Motoc ORTA ITALY September October 5 2014 Romania

Iulia Motoc ORTA ITALY September October 5 2014 Romania

Iulia Motoc Clasa I 1973 Romania

Iulia Motoc Clasa I 1973 Romania

Professor Ieronim Mihaila Faculty of Mathematics Str Academiei 14 3rd floor Bucharest 2007

Professor Ieronim Mihaila Faculty of Mathematics Str Academiei 14 3rd floor Bucharest 2007

Olivia Maria Marcov Andrei Dobrescu 12 V 30 Martie 2007 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov Andrei Dobrescu 12 V 30 Martie 2007 Bucharest Romania

Iulia Motoc Isla Bella September October 5 2014 Romania

Iulia Motoc Isla Bella September October 5 2014 Romania

Olivia Maria Marcov 1968 1969 in Str Sebastian Bucharest Romania la bunica mea Jeana Mardale

Olivia Maria Marcov 1968 1969 in Str Sebastian Bucharest Romania la bunica mea Jeana Mardale

Olivia Maria Marcov JB Deloly AIRAMA July 20 2012 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov JB Deloly AIRAMA July 20 2012 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 School Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 School Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 Bucharest Romania

Olivia Maria, Nicolae, Magdalena, Silviu Marcov, Maria, Irina Craciunas in 1980 Bucharest sector 6

Olivia Maria, Nicolae, Magdalena, Silviu Marcov, Maria, Irina Craciunas in 1980 Bucharest sector 6

Magdalena Marcov my mother and aunt Stefania Sestocenco Bucharest '60

Magdalena Marcov my mother and aunt Stefania Sestocenco Bucharest '60

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciunas' Birthday May 17 1982 Bucharest Romania

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciunas' Birthday May 17 1982 Bucharest Romania

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciuns'Birthday May 17, 1982, 2 years old, Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciuns'Birthday May 17, 1982, 2 years old, Bucharest

Olivia Maria Marcov Irina Craciunas Silviu Marcov January 1, 1983 Bucharest

Olivia Maria Marcov Irina Craciunas Silviu Marcov January 1, 1983 Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr.Craciunas, Irina's Birthday, May 17, 1985 Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr.Craciunas, Irina's Birthday, May 17, 1985 Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr., Irina Craciunas' Birthday, May 17, 1985, Bucharest Romania

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr., Irina Craciunas' Birthday, May 17, 1985, Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov in 1969 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov in 1969 Bucharest Romania

Mission to Magadan October 29 2014

Mission to Magadan October 29 2014

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus June 4 2014 Magadan Russia USA

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus June 4 2014 Magadan Russia USA

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus Mission to Magadan E News Oct 2014

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus Mission to Magadan E News Oct 2014

The Holy Virgin Mary and the Kremlin Russia December 2014

The Holy Virgin Mary and the Kremlin Russia December 2014

Vladimir Vladimirovich Putin FB page Kremlin Ru En Jan 7 2015

Vladimir Vladimirovich Putin FB page Kremlin Ru En Jan 7 2015

MOSCOW THE CATHEDRAL OF THE IMMACULATE HEART OF MARY ANNA BELOVA

MOSCOW THE CATHEDRAL OF THE IMMACULATE HEART OF MARY ANNA BELOVA

Jesus, The Holy Mother of God Kazanskia by Irina VESELKINA RUSSIA versta-K.ru

Jesus, The Holy Mother of God Kazanskia by Irina VESELKINA RUSSIA versta-K.ru

Vladimir Putin et les enfants orphelins Russie Noel 2014

Vladimir Putin et les enfants orphelins Russie Noel 2014

God and Baby Jesus Ekaterina and Anton Daineko Belarus

God and Baby Jesus Ekaterina and Anton Daineko Belarus

Liliana Iacob Gratiela Andreescu September 2014 Bucharest Romania

Liliana Iacob Gratiela Andreescu September 2014 Bucharest Romania

Gratiela Andreescu Romania Italia

Gratiela Andreescu Romania Italia

Liliana Iacob Barna si Carina Barna 5 iulie 2015 Bucharest Romania

Liliana Iacob Barna si Carina Barna 5 iulie 2015 Bucharest Romania

Vladimir Putin Moscow Russia 2015

Vladimir Putin Moscow Russia 2015

Sr Barbara Hojda Polonia Iunie 2015

Sr Barbara Hojda Polonia Iunie 2015

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015 Pologne

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015 Pologne

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus April 26 2015 Magadan Russia

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus April 26 2015 Magadan Russia

Father Michael Shields of The Heart of Jesus May 21 2015 The Poor Claire Sisters Ireland

Father Michael Shields of The Heart of Jesus  May 21 2015 The Poor Claire Sisters Ireland

Luminita Marina Raileanu psiholog Bucharest Romania July 4 2015

Luminita Marina Raileanu psiholog Bucharest Romania July 4 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13Iulie 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13Iulie 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13 Iulie 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13 Iulie 2015

Vie de Prieres JESUS CHRIST

Vie de Prieres JESUS CHRIST

Olivia Maria Nicolae MARCOV 3 decembrie 2015

Olivia Maria Nicolae MARCOV 3 decembrie 2015

Vladimir Putin, Moscou, Russie, octobre-décembre 2015

Vladimir Putin, Moscou, Russie, octobre-décembre 2015

Irina Vatava Moscalenco la fille de Boris Vatav Ma cousine Chisinau Moldova

Irina Vatava Moscalenco la fille de Boris Vatav Ma cousine  Chisinau Moldova

Tania Trahman la petite fille de Boris Vatav Chisinau Moldova

Tania Trahman la petite fille de Boris Vatav Chisinau Moldova

Natasa la fille aînée de Boris Vatav son mari et Tania Trahman leur fille Chisinau Moldova

Natasa la fille aînée de Boris Vatav son mari et Tania Trahman leur fille Chisinau Moldova

Irina Vatav la fille de Boris Vatav le cousin de mon père de Chisinau Moldova

Irina Vatav la fille de Boris Vatav le cousin de mon père de Chisinau Moldova

Valentina et Boris et Irina Vatav Chisinau Moldova

Valentina et Boris et Irina Vatav Chisinau Moldova

Valentina et Boris Vatav le cousin de mon père Chisinau Moldova 2015

Valentina et Boris Vatav le cousin de mon père Chisinau Moldova 2015

Jesus Christ Iisus Hristos

Jesus Christ Iisus Hristos

NOTRE DAME DE LOURDES PRIEZ POUR NOUS

NOTRE DAME DE LOURDES PRIEZ POUR NOUS

Olivia Maria Marcov 1 Octombrie 2014 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov 1 Octombrie 2014 Bucharest Romania

DUMNEZEU TATAL CERESC SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC ATOTTIITORUL

DUMNEZEU TATAL CERESC SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC ATOTTIITORUL

Olivia Maria MARCOV 5 Ianuarie Janvier 2016 Bucharest Romania

Olivia Maria MARCOV 5 Ianuarie Janvier 2016 Bucharest Romania

Le mot de Jesus Christ Le Verbe Dieu Sfinte Dumnezeule Sfinte Tare Sfinte Fara de Moarte

Le mot de Jesus Christ Le Verbe Dieu Sfinte Dumnezeule Sfinte Tare Sfinte Fara de Moarte

SFANTUL ARHANGHEL MIHAIL CINE E CA DUMNEZEU NIMENI NU E CA DUMNEZEU SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC

SFANTUL ARHANGHEL MIHAIL CINE E CA DUMNEZEU NIMENI NU E CA DUMNEZEU SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC

Jesus Misericordia ISUS CRISTOS SI COROANA DE SPINI PATIMILE

Jesus Misericordia ISUS CRISTOS SI COROANA DE SPINI PATIMILE

Olivia Marcov Bogdan Buzoianu 31 janvier 1976 CONSTANTINE ALGERIE

Olivia Marcov Bogdan Buzoianu 31 janvier 1976 CONSTANTINE ALGERIE

Maica Domnului icoana Sf Ap Luca aici MD Vladimir

Maica Domnului icoana Sf Ap Luca aici MD Vladimir

Saint Padre Pio NOS LARMES AU CIEL

Saint Padre Pio NOS LARMES AU CIEL

Profesor fizica Ion MANEA Olivia Marcov cl 12 V 1986 Liceul N Balcescu Colegiul Sf SAVA Bucuresti

Profesor fizica Ion MANEA Olivia Marcov cl 12 V 1986 Liceul N Balcescu Colegiul Sf SAVA Bucuresti

Olivia Maria Marcov Icône de la Mère de Dieu Salvatrice et Secours des Affligés Bucarest Romania

Olivia Maria Marcov Icône de la Mère de Dieu Salvatrice et Secours des Affligés  Bucarest Romania

Silviu Marcov mon frère fratele meu Bucarest Romania

Silviu Marcov mon frère fratele meu Bucarest Romania

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 la classe 12 V Bucarest Roumanie 2016

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 la classe 12 V Bucarest Roumanie 2016

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 Bucarest Roumanie 2016

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 Bucarest Roumanie 2016

Notification blogspot.com 17 novembre 2016

Notification blogspot.com 17 novembre 2016

Nasterea Domnului La Naissance du Petit Jésus

Nasterea Domnului La Naissance du Petit Jésus

Jésus-Christ

Jésus-Christ

marți, 9 februarie 2016

À la rencontre d’une belle, et forte âme : Mère Yvonne-Aimée de Malestroit ( 1 )

À la rencontre d’une belle, et forte âme : Mère Yvonne-Aimée de Malestroit ( 1 )





Yvonne Beauvais, fille d’Alfred Beauvais, propriétaire de 90 hectares de fermes à Cossé-en-Champagne, au Sudest de la Mayenne, et de Lucie Beauvais,
est née le 16 Juillet 1901, en la fête de
Notre-Dame du Mont-Carmel dans la
vieille demeure des Beauvais.
Elle était souriante, ouverte, spontanée, drôle. Yvonne dit d’elle-même : «Je suis née avec une quantité de défauts
mais je crois que, de tous, la colère était le dominant.
Pour un rien, je trépignais et me roulais à terre.
A 16 mois, je promettais «de donner du fil à retordre».
Yvonne et Suzanne, sa soeur aînée, sont inséparables.
Son père mourut le 17 octobre 1904,
il laissa une veuve ruinée de 29 ans et
deux fillettes. Mme Alfred Beauvais,
laissant Yvonne à la garde des grandsparents,
partit pour Boulogne-sur-Mer, où
l’attendait un poste d’adjointe dans un pensionnat libre. Elle emmenait avec elle Suzanne, sa fille aînée. La jeune veuve, de quasi châtelaine, devenait salariée à
l’essai pour vingt francs par mois.
C’est alors que Dieu donna à Yvonne
une compagne douce et voilée : la souffrance
! L’éloignement de sa chère
maman était son plus grand chagrin.
Chaque soir, elle la réclamait et sa bonne grand-mère avait beaucoup de mal à la consoler de son absence.
● Yvonne affronte ses défauts
Yvonne n’arrêtait pas de poser des
questions et était coquette et orgueilleuse.
«J’étais aussi très gourmande.
Lorsque ma grand-mère ou mes tantes
me donnaient de l’argent, je leur demandais
combien cela représentait de choux à
la crème... J’avais en moi le germe d’à peu près tous les défauts et je voulais devenir une sainte !
Il n’y avait pas de temps à
perdre... Quel travail pour y parvenir ! »
Ces tendances mauvaises, «ces
suites du péché originel», Yvonne les
combattait dès son plus jeune âge. Elle
avait compris, sans connaître le mot, la nécessité d’une ascèse, afin que la charité, qui est l’amour de Dieu et du prochain, pénétrât tout en elle.
Départ pour Argentan
Depuis deux ans, Mme Beauvais
enseignait à Boulogne-sur-Mer. En 1907 ;
elle put prendre ses deux filles avec elle.
C’est là que les grandes souffrances
d’Yvonne allaient commencer : discipline rigide du pensionnat et devoirs au-dessus de son âge qui la feront passer pour paresseuse...!
Cependant, Argentan demeurait
pour Yvonne le lieu d’une grande grâce.
C’est là qu’elle reçut pour la première fois, selon l’expression qu’elle emploiera plus
tard, « le magnifique sacrement de Pénitence qui pourrait faire de nous, si nous le voulions, des saints !... »
Elle l’avait voulu. Préparée
avec foi par une
jeune religieuse, c’est le
16 Juillet 1908, pour ses
sept ans, qu’elle se
confessa à l’abbé Moîteaux.
Elle franchit, ce jour-là, une nouvelle
étape : «Je fis beaucoup plus d’efforts sur moi-même. Je me privais souvent d’une friandise et je me contenais lorsque j’avais envie de pleurer ou de me mettre en colère, je tâchais aussi d’accepter toutes les observations et de m’excuser. J’étais sujette aux engelures et, pour les soigner,
Grand-mère m’avait envoyé une crème
quelconque qui calmait bien la douleur.
Pour souffrir un peu, je ne mettais pas de crème mais les engelures s’enflammèrent, crevèrent et il se forma des abcès.
Tout d’abord, je voulais les supporter sans rien dire mais la souffrance devint trop forte et maman me les fit soigner. Si je n’ai pas plus de courage, me disais-je, je ne deviendrai jamais une sainte...»
Yvonne va saisir que la meilleure
ascèse est d’observer le grand commandement
de l’amour de Dieu et du prochain
! « Pendant les vacances, je faisais
attention à ne pas me disputer avec ma
soeur ; j’avais du mal à lui céder car j’étais très volontaire ; je parvins cependant, petit à petit, à être plus douce envers ma grande soeur qui m’aimait bien et qui était gentille
pour moi. »
Le petit mouton blanc
- A Villaines-la-Juhel, il y avait la tante Doitteau qui avait, en dehors de Villaines, un grand jardin rempli
de bosquets faits de
jolis arbustes. Tout
poussait là : fleurs de
toutes sortes, arbres
d’essences variées,
et il y avait aussi un
petit étang où nous
pêchions poissons et grenouilles.
Un jour que je m’étais éloignée du
groupe de famille pour partir à la découverte,
j’entrai dans un rond-point de lilas.
Je me sentais infiniment heureuse et,
dans ma solitude embaumée, je parlais à Dieu. Je Le remerciais d’avoir fait d’aussi belles choses pour nous. Je ne sais trop ce que je lui disais mais ce devait être des tendresses. Un bruit léger dans les hautes herbes me fit me retourner : un petit mouton
blanc, très blanc, s’approchait de moi.
Je n’avais jamais vu de près un mouton et je trouvais celui-ci si joli ! Il se coucha près de moi, je lui caressais la tête qu’il avait posée sur mes genoux. Il me léchait la
main, puis bondissait pour s’approcher de
ma figure. Les yeux avaient une expression
douce et câline.
Je m’entendis appeler. On s’inquiétait
de mon absence : «Yvonne, où es-tu ?
Vonnette ! Vonnette ! » Je me levais aussitôt
et répondis : « Ici, je suis là ! - Où ? -
Dans les lilas » Un ah ! de soulagement
me répondit. Je voulus donner une dernière
caresse au mouton : il était parti... On
m’avait cru tombée dans l’étang. Ma tante et maman me demandèrent ce que j’avais fait et si, pendant tout ce temps, je ne m’étais pas ennuyée :
- Oh non, j’ai joué avec un joli petit mouton.
Il n’y a pas de mouton ici et pas dans
les environs. D’ailleurs, il n’aurait pu entrer
puisque la propriété est fermée de partout.
Poliment, je n’insistai pas mais je savais
que le petit mouton si joli et si blanc était
réellement venu près de moi et je fis
quelques pas pour le retrouver. Hélas, le petit mouton blanc avait disparu et mon coeur se serra.
Un autre fait : sur cette route de Villaines-la-Juhel, à Courcité, Yvonne
cueillait des fleurs de coucous pour faire une balle, mais elle n'avait personne à qui la lancer. Soudain, un petit garçon, de huit ans environ, d’une beauté admirable, se
trouva là et joua longtemps avec elle. Puis il disparut, la laissant paisible et heureuse.
Peut-être faut-il voir là une anticipation
mystérieuse des dons préternaturels
dont un jour elle sera comblée ?
Départ pour Toul
Le 26 juillet 1909, s’était achevée la
deuxième année scolaire de l’institution Jeanne-d’Arc. A l’automne suivant, Yvonne,
accompagnant sa mère et sa soeur, se
rendit à Toul (pour quatre ans). Elle
emportait dans son coeur le désir, plus fort que jamais, de devenir une sainte.
Yvonne prit l’habitude de se confesser
régulièrement. Son confesseur fut
frappé de l’attitude attentive et recueillie de sa petite pénitente, de sa volonté résolue, de son bon regard loyal. Dès le début,
il remarqua qu’elle avait une âme très bien préparée.
Première communion
Pendant les vacances de l’été 1910
que MmeBeauvais et ses filles passèrent au Mans, le pape Pie X jugea que la coutume de retarder la première communion, jusqu’à l’âge de 11, 12 ou 14 ans, était abusive.
Alors, par le décret quam singulari, il convia les enfants à communier précocement, dès qu’ils sauraient, par la foi, distinguer
le pain consacré du pain ordinaire.
Le Père Questel, qui prêcha une
retraite, discerna tout de suite que la petite Yvonne Beauvais voulait se donner sans réserve à Jésus-Christ. Alors, il lui proposa de faire une promesse : « Chaque jour
de sa vie, prier et offrir des sacrifices pour les prêtres. »
Une telle intention, suggérée à une
enfant de 9 ans et demi, pouvait paraître inopportune et trop lourde. En fait, le Père Questel venait d’imprimer dans le coeur
d’Yvonne un nouvel élan et de lui révéler l’un des plus hauts motifs de la charité.
Une double promesse
Le Père Questel fit à Yvonne une
recommandation plus concrète encore :
- Demandez aussi à Jésus d’attacher
spécialement à votre âme, le jour de votre première communion, une âme d’enfant appelé à devenir prêtre, sans désirer savoir ici-bas comment il se nomme et quel pays il habite. Chaque jour, vous prierez et vous vous sacrifierez pour sa vocation et son
sacerdoce. Une fois de
plus, le Père Questel
avait touché juste.
Yvonne, dont l’instinct
maternel se sublimait
de plus en plus par la
foi, fit «à Jésus» cette
double promesse.
«Alors, le 30 décembre
1910, dans la chapelle
des Auxiliatrices, où
pénétrait à peine la rumeur de Paris et du monde, le grand jour arriva, mon coeur battait avec violence, j’étais toute émue, mais si complètement heureuse.»«Petit Jésus, saints Innocents, ne permettez pas que je
commette un seul péché mortel : faites-moi plutôt mourir. Je veux rester blanche et pure, je veux être une sainte. »
J’ai cru en mourir
Après avoir reçu Jésus-Hostie, mon
bonheur fut si grand que j’ai cru en mourir.
Je ne pouvais plus parler, je ne savais que dire à l’hôte de mon coeur : « Je T’aime à en mourir, je T’aime avec toutes mes forces, toute mon âme. Je T’appartiens totalement. » J’ai senti qu’Il me prenait tout entière.
Lors d’une autre eucharistie, je lui dis
que je voulais être, comme la petite Thérèse, une martyre d’amour et sauver beaucoup d’âmes. Jésus me parla beaucoup pendant mon action de grâces : « Il me fit comprendre que tous mes défauts provenaient
de ce que j’étais trop contente de
moi : coquetterie, mauvaise humeur, désobéissance, vanité, etc. Tout cela provenait de ce que je trouvais bien tout ce que je faisais et que je tenais à n’en faire qu’à ma tête ? Je préférais ma
volonté à celle des autres,
même à celle de maman, de
mes maîtresses. J’étais
mécontente lorsqu’on m’obligeait
à faire quelque chose,
alors que j’avais décidé d’en
faire une autre. Je me croyais
capable de me diriger moimême.
Quel orgueil ! »
Le pacte d’amour
Le premier janvier 1911, c’était jour
de vacances pour Yvonne ; elle s’isola et devant son grand crucifix, mue par l’Esprit-Saint, elle écrivit avec son sang un pacte d’amour. Ce texte, qui est d’une ferme concision, révèle la vie intérieure, profonde et déjà ancienne, l’incessant dialogue avec Jésus-Christ. Et il confirme la précoce maturité spirituelle. Cette petite, sans le savoir, avec 10 lignes de papier écolier, en utilisant 6 fois la formule : «je
veux», en donne ces équivalents si profonds : «Je veux = je veux aimer = je veux souffrir = je veux Ta volonté »
“ Ô mon Petit Jésus, je me donne à Toi entièrement et pour toujours. Je voudrai toujours ce que Tu voudras. Je ferai tout ce
que Tu me diras de faire. Je ne vivrai que pour Toi, je travaillerai en silence et, si Tu le veux, je souffrirai beaucoup en silence.
Je Te supplie de me faire devenir sainte, une très grande sainte, une martyre. Fais-moi être fidèle toujours.
Je veux sauver beaucoup d’âmes et T’aimer plus que tout le monde mais je veux aussi être toute petite afin de Te donner plus de
gloire. Je veux Te posséder, mon petit Jésus, et Te rayonner. Je veux n’être qu’à Toi mais je veux surtout Ta Volonté.
Ta petite Yvonne 1er janvier 1911 ”
A la cathédrale de Toul
Dieu va creuser en Yvonne la capacité
de croire et d’aimer. De 11 à 19 ans,
sevrée de grâces sensibles, elle va traverser
dans la foi pure, un désert spirituel fait de mauvaise santé, d’échecs scolaires, d’incompréhensions, de délaissements.
Ces épreuves sont les signes d’une prédestination à une grande sainteté. Yvonne, cependant, garde son sourire
espiègle.
A partir de 1912, c’est-à-dire de la
troisième année passée à Toul, les notes, petit à petit, devinrent moins bonnes.
« On m’accusa de paresse, je voulais
bien le croire. Mais voici au juste ce qu’il en était. Je souffrais souvent dans la tête et le côté droit mais je ne voulais pas me plaindre, je voulais souffrir pour mon Jésus.Quand j’avais trop mal, je le disais à maman. On me mettait au lit, et comme le
lendemain tout allait bien, on crut que
j’étais douillette et que j’aimais mon lit plus que le travail.
A l’étude, je m’appliquais beaucoup
et au bout d’une heure, ma tête devenait lourde et douloureuse, je ne pouvais plus étudier. Mais je ne voulais pas me plaindre ; le résultat ne pouvait être brillant.
Un jour, j’entendis maman dire à une
dame venue en visite : “Ma Vonnette n’est pas travailleuse mais j’espère que cela passera, elle est aussi moins douée que sa soeur. Je crois que nous n’arriverons jamais à lui faire passer un examen quelconque.”
En entendant cela, je me mis à pleurer.
Je voulais bien croire que je n’étais pas douée mais la pensée que l’on me trouvait paresseuse alors qu’au contraire, je faisais tous mes efforts et que mes maux de tête étaient l’unique raison du mauvais résultat de mes études, tout cela me fit de
la peine... »
Souffrante et ignorante
Elle fut instruite, intérieurement, de
l’attitude qu’elle devait prendre : «Jésus  me fit comprendre qu’Il aimait mieux que je souffre en silence, qu’un bon résultat dans les études ne me donnerait que de l’amour-propre et de la trop grande satisfaction
et qu’Il préférait que je reste ignorante
pour Lui que de devenir savante
pour le monde. Je continuai donc ma vie toute pareille, pleine de luttes.
Je voyais que mes maîtresses se
désintéressaient de moi ; plusieurs fois, je les entendais dire entre elles que je ne serais qu’une bonne à rien ! Et j’en entendais bien d’autres. Mais si ces réflexions,d’un certain côté, me faisaient souffrir, je me consolais à la pensée que Jésus ne se désintéressait pas de moi, qu’Il lisait dans
mon coeur et qu’Il y voyait tout... surtout mon désir de disparaître, de me faire petite et sotte même pour Lui plaire. »
La lutte contre ses défauts
En même temps, sans relâche, la
lutte contre ses défauts continuait. Depuis la prime enfance au Mans, l’habitude d’une ascèse incessante, pour laisser place à l’amour de Jésus, se poursuivait :
« J’essayais de Lui être fidèle dans toutes les petites occasions qu’Il mettait sur mon chemin et je travaillais sérieusement à me vaincre et à me corriger de mes défauts.
Jésus, d’ailleurs, multipliait les occasions.
J’avais pris la résolution de me lever au
premier signal du réveil matinal ; cela
m’était très pénible, mais je crois que,
volontairement, je n y ai jamais manqué. »
Sa première prophétie
Un soir de 1912, on vint à parler à
table des grands Ordres religieux. Les
jeunes maîtresses s’amusaient à dire leur préférence pour tel ou tel de ceux-là. MlleRodi, chargée du jardin d’enfants, n’avait encore rien manifesté. Tout à coup, la petite
Yvonne, assise à cette même table,
déclara d’un air assuré :
- Mademoiselle Rodi sera carmélite !
L’intéressée sursauta :
- Qu’en savez-vous ? dit-elle.
Et Mme Beauvais d’ajouter :
- Pourquoi penses-tu cela, Yvonne ?
Mais sans s’expliquer, la petite fille répéta comme quelqu’un qui est sûr et certain de ce qu’il affirme :
- Oui, Mlle Rodi sera carmélite.
Mlle Rodi hésitait alors entre les Clarisses et les Visitandines et n’avait jamais révélé quoi que ce soit à ce sujet. Elle demeura interdite.
En effet, elle entra, en 1915, au Carmel de Domrémy, devint, en 1927, la première Prieure du Carmel français de Rome et résida ensuite au Carmel de Nice et a celui de Lyon-Fourvière.
- Ma petite Vonnette fera une bonne
mère de famille.
Ce soir-là, où la conversation roulait
sur le mariage, les jeunes maîtresses donnaient leur point de vue. Mme Beauvais demanda : - Et toi,Yvonne ?
Sous entendu : «Voudrais-tu te
marier, et avec qui ? » L’enfant répondit doucement : «Avec Jésus. »
Le désert spirituel
Dès la fin de 1911, Yvonne fut sevrée
des consolations et des grâces sensibles
qui jusque-là soutenaient son courage et sa foi. Une nouvelle étape intérieure commençait.
Yvonne aurait sans doute frémi et
défailli si elle avait pu savoir que cette nuit
de l’âme allait se prolonger, de plus en plus épaisse, pendant au moins huit ans : «J’ai toujours eu confiance en Lui... même lorsque je ne le sentais pas (de 11 à 19 ans). A chaque peine et à chaque souffrance, je me rendais à l’église pour qu’Il me console. Je ne voulais que Lui.
Rien ne paraissait au-dehors de ce
combat spirituel : «La plus gaie, la plus charitable, la plus mignonne... la plus vive... »
A 12 ans, elle avait beaucoup grandi
mais demeurait mince, le teint pâle, le sourire doux, la voix cristalline, les gestes souples et harmonieux, les yeux parfois cernés. Le regard était limpide, droit, profond « avec quelque chose d’extraordinaire » qui frappait les élèves de ce temps-là à la «Miséricorde ».
L’atmosphère de la «Miséricorde» de
Toul était bien propre à l’épanouissement
surnaturel des élèves. C’était la discipline du milieu officier et en même temps la régularité d’un monastère. Mme Beauvais
dirigeait avec une fermeté pleine de tact, un sens du devoir qui ne se relâchait jamais. En tout, elle donnait l’exemple. Il était impossible de trouver une supérieure
plus parfaite que cette jeune veuve, mère de famille, femme du monde...
La Communion solennelle et la Confirmation (1913)
En 1912-1913, ce fut le chanoine
Aubry, archiprêtre de la cathédrale, qui, avec beaucoup de soin, fit le catéchisme de communion solennelle
et prêcha la retraite préparatoire.
Le dimanche de la Pentecôte, 11 mai
1913, les cloches majestueuses de la
cathédrale Saint-Etienne annoncèrent cette fête de la Communion solennelle et de la rénovation des promesses
du Baptême. L’enfant avait franchi
une étape ; elle était déjà entrée profondément dans le domaine
de la foi pure, dégagée du sensible et
dans un jeu mystérieux, dont Dieu est le seul Maître. L’action divine en elle était d’une intensité si aveuglante qu’elle produisait cette «nuit», une «nuit» qui lui éclairait les profondeurs de l’âme.
Le 18 mai, fête de la Sainte-Trinité,
Yvonne, à nouveau vêtue de blanc reçut, en la cathédrale, le sacrement de Confirmation.
Un prélat missionnaire remplaçait
l’évêque de Nancy-Toul, malade. Tandis que retentissait le Veni Creator, Yvonne présenta son front à l’onction du Saint Chrême et à l’effusion nouvelle des dons
de l’Esprit-Saint (si cet archevêque avait pu lire dans l’avenir, sa main, sans doute, aurait tremblé, tandis qu’il disait : «Yvonne,
je te marque du signe de la croix ! »)
La Première Communion et la Confirmation ont été deux temps forts de la grâce, que laissent entrevoir le pacte d’amour et l’entrée dans la foi pure.
En somme, à l’ombre de la vieille
cathédrale de Lorraine, pour Yvonne,
avant l’âge de douze ans, « tout s’est joué. »
Le départ de Toul
Le 5 septembre 1913, au collège Sainte-Marie de Neuilly-sur-
Seine, Yvonne devint
pensionnaire et prit place
en classe de cinquième.
Sa soeur Suzanne, également
pensionnaire, était admise en
troisième ; quant à Mme
Beauvais, elle prit le poste d’économe de l’établissement.
« Mes études n’allaient pas mieux qu’à
Toul, relate-t-elle. J’avais presque
constamment mal à la tête et j’avais mal au coeur après tous les repas. Lorsque parfois je me plaignais, on me disait que c’était de la paresse. Je sentais que ma petite maman elle-même ne me comprenait pas, elle m’aimait tendrement, mais
j’aurais voulu autre chose. »
Les mauvaises notes, les dernières
places, les retenues pleuvaient. Mme
Beauvais, fidèle à ses principes, ne voulait pas user de son influence pour adoucir ces sanctions.
Le 18 juillet 1914 (personne, en
France, ne se doutait de l’imminence de la guerre), Mme Beauvais, au lieu d’emmener Yvonne en vacances dans la Sarthe, l’envoya, séance tenante, en Angleterre.
Peut-être était-ce pour éviter les lamentations des deux grand-mères du Mans qui s’y seraient opposées. Suzanne fut chargée de conduire sa jeune soeur au pensionnat
d’Abbey-Wood, près de Londres,
sans donner d’explication au départ : « Je ne sus cette décision que sur le bateau.J’étais triste mais ne voulais pas le paraître ; ce qui me faisait le plus de peine, c’était que ce voyage était une sorte de punition.» Pourtant, Yvonne était soulagée de quitter Neuilly : « Neuilly m’a désespérée, » dira-t-elle plus tard.
Abbey-Wood : 1914-1916, l’éducation britannique, oasis spirituelle
En 1904, les Filles de Jésus de Kermaria, dépouillées par la loi contre les Congrégations et exilées du Morbihan, avaient trouvé refuge à Abbey-Wood dans la banlieue de Londres. Elles y ouvrirent
une High School qui conquit la faveur des familles anglaises, protestantes et catholiques.
A l’appel de la cloche, les jeunes
élèves regagnaient leur classe sans se
mettre, comme c’était alors la coutume dans toute la France, «en rang et en silence ». Les cours, plus brefs, étaient coupés de gymnastique, de danses rythmiques et de sport. On prenait ensemble le thé... Les
Filles de Jésus, sous leur grande coiffe
bretonne, s’étaient vite adaptées à la
façon de vivre des schools.
Yvonne reçut, à Abbey-Wood, un
accueil qui la mit tout de suite en confiance.
Elle s’attacha aux religieuses. L’une
d’elles, Mère Saint-Ignace, diplômée
d’Oxford, fut encourageante.
Yvonne parut d’abord une élève ordinaire, elle se portait encore mal et ne saisissait pas - à cause de la langue anglaise - la teneur complète des cours. Mais, de jour en jour, elle vit sa santé s’affermir au grand air. Le régime britannique lui convenait
à merveille. Elle grandissait, s’épanouissait, pouvait enfin travailler. Au bout de trois mois, elle parvint à s’exprimer couramment
et correctement. Et de bonnes
places vinrent la récompenser.
Pendant sa seconde année, passée
en Angleterre, Yvonne, en réponse à ses prières, entendit l’appel divin, prit
conscience formelle de sa vocation religieuse et s’en ouvrit aux bonnes Mères qui  s’en réjouirent et y crurent : Yvonne pourrait sans tarder entrer au juvénat des Filles de Jésus. Dès lors, elle prit l’habitude d’aller
réciter, avec les religieuses, vêpres et
complies, et souvent matines et laudes.
Tandis qu’en France se poursuivait la
bataille de Verdun, Yvonne achevait sa seconde année en Angleterre. Mme Beauvais rappela sa fille. C’est avec regret que celle-ci dut quitter sa High School car c’est à Abbey-Wood qu’elle avait compris le sacrifice et le don de soi.
1916-1917 : Le Mans
A la rentrée d’octobre 1916, tandis
que Mme Beauvais et Suzanne rejoignaient le collège Sainte-Marie de Neuilly, Yvonne, sur le désir de ses grand-mères, resta au Mans, comme pensionnaire à l’institution Lair-Lamotte, où, dix ans plus tôt, elle avait
appris à lire. En ce milieu fermé, Yvonne fit sensation parce qu’elle débarquait de Londres et parlait couramment l’anglais.
1917-1919 à Neuilly
Suzanne et Yvonne furent ravies de
retrouver un foyer familial après douze années passées de pension en pension.
A la rentrée d’octobre, Mme Beauvais
reprit son poste d’économe chez Mme
Daniélou et Suzanne y prépara une licence ès lettres. Avec l’approbation du Père Trégard, Yvonne entra en première, à l’école Sainte-Geneviève de Neuilly (aujourd’hui, Saint-Dominique). «Ces études-là me plurent beaucoup. J’étais en retard sur les autres qui avaient déjà plusieurs
années d’études secondaires,
aussi me fallait-il travailler ferme pour être dans les premières de ma classe. »
Yvonne continue d’avancer dans la
nuit : « Je me disais que je devais manquer de recueillement et qu’en faisant plus de silence en moi, j’entendrais mieux les paroles divines de Jésus. Pourtant, je faisais
tous mes efforts pour garder mon
âme dans le silence et dans la paix. Je
regardais l’Hostie et je me disais : “Elle est vivante et Elle se tait”, je dois lui ressembler.
» «C’est pendant ces deux années de
Neuilly (1917-1919) et les deux suivantes que je me mis sérieusement à aimer le Bon Dieu et à travailler vraiment par amour pour lui...»
Après les études, les pauvres
A partir de 1918, Yvonne arrête ses
études et se consacre secrètement aux
pauvres.
«Grand-mère Beauvais me venait
heureusement souvent en aide pour “mes charités,” mais tout cela ne suffit bientôt plus. C’est alors que je résolus de travailler et gagner de l’argent, mais je n’étais bonne qu’à faire des ménages et j’en fis.
Je décidai maman à ne plus prendre de
bonne, disant que nous nous en passerions bien. Il fut convenu qu’elle me donnerait le prix qui lui aurait été donné. Et en dehors de cela, je trouvais d’autres moyens de gagner un peu d’argent supplémentaire.
Ma grande chance : maman
ne s’intéressait jamais à mes activités ni à mes sorties ! »
Pendant deux ans, de 1921 à 1922,
elle occupa son emploi de cuisinière et de femme de ménage à la maison. Dans les heures libres, elle partait pour la zone ou s’en allait faire des heures de ménage dans Paris, au profit de ses pauvres.
1921 : Yvonne doit se marier...
C’était vraiment une conspiration :
mère, tantes, cousines, amies : toutes
s’occupaient de marier Yvonne. Le Père Trégard approuvait ! « Elle était faite, disait-on, pour être mère de famille ! »
Yvonne, insinuait, mais en vain, que
l’idée de se marier ne l’avait jamais emballée...
Le 15 décembre, épuisée par ses
activités à la maison et dans les bidonvilles, elle contracta une maladie infectieuse, qualifiée de paratyphoïde sans hémoculture de contrôle. La fièvre était persistante et les maux de tête intenses. Elle eut une syncope, suivie d’une heure de céphalée très vive, avec des poussées de fièvre qui laissaient un état permanent de fièvre.
Etait-ce la cause de son combat intérieur ? En cette période 1920-1921, où elle avait reçu des grâces importantes, la lutte s’intensifiait dans son coeur, entre deux amours grandissants et authentiques,
celui de Robert, son ami d’enfance et celui de Jésus-Christ.
Le médecin parisien prescrit à Yvonne
un changement d’air, un séjour prolongé dans une clinique à la campagne. Mais où aller ?
« Yvonne, allez donc dans mon pays
natal, à Malestroit, au fond de la Bretagne,suggéra Mlle Bato. C’est dans le Morbihan.Il y a là un petit monastère d’Augustines...
Elles ont une clinique... Vous y serez très bien... au calme... dans le silence. Vous pourrez respirer l’air de bois de pins. Et puis, vous serez bien accueillie par ma soeur, Mère Madeleine du Sacré-Coeur, qui est l’une des religieuses... »
Malestroit
1 800 âmes. Ruelles sombres à gros
pavés, jardins clos, logis anciens de granit ou de bois sculpté, halles médiévales à grosses poutres et grand toit. La plupart des jeunes filles, portaient la légère coiffe renaissance. Point de langue bretonne mais un patois. C’était ici la terre des chevaliers de la Table ronde, le pays gallo, avec son rude parler, ses traditions et ses fidélités, il relevait de l’évêché de Vannes.
Le canal de Nantes à Brest, bordé de peupliers, traversait la petite ville. Des
péniches, halées par des chevaux, glissaient silencieusement entre-deux arrêts aux écluses. Au loin, les landes et les collines
boisées. Et au centre, l’église, le couvent, la clinique et l’hospice. Au sortir de Paris, quel calme saisissant !









Extras din Revista/Buletinul  Bulletin ETOILE NOTRE DAME N°232 - JUILLET AOÛT 2014 - mensuel 2€ - 53104 Mayenne, France, www.etoilenotredame.org


Niciun comentariu:

Trimiteți un comentariu