Stela Moraru-Pavel, Mihaela-Victoria Munteanu, Olivia-Maria Marcov iunie 2009, USH, Drept

Stela Moraru-Pavel, Mihaela-Victoria Munteanu, Olivia-Maria Marcov iunie 2009, USH, Drept

Petrutu Crãciunas anii 1976 la Marea Mediterana Algeria

Petrutu Crãciunas anii 1976 la Marea Mediterana Algeria

Clasa 9-12 V 1982-1986 in 7 iulie 2006 liceul N Balcescu Bucuresti, Romania

Clasa 9-12 V 1982-1986 in 7 iulie 2006 liceul N Balcescu Bucuresti, Romania

Clasa 12 V Colegiul National Sf Sava promotia 1986

Clasa 12 V Colegiul National Sf Sava promotia 1986

Jésus-Christ, Jezu Ufam Tobie, Isuse mã încred in tine

Jésus-Christ, Jezu Ufam Tobie, Isuse mã încred in tine

Iulia Motoc Bucharest Romania CEDO

Iulia Motoc Bucharest Romania CEDO

Iulia Motoc Patriarhie, Turnul Clopotnita din 1698, 8 septembrie 2013

Iulia Motoc Patriarhie, Turnul Clopotnita din 1698, 8 septembrie 2013

Petrutu, prietenul meu din copilaria, Aurora si Tutzu (Petru) Craciunas parintii lui (Algeria)

Petrutu, prietenul meu din copilaria, Aurora si Tutzu (Petru) Craciunas parintii lui (Algeria)

Sr Dominique, Renée, Olivia, Corina R., Anca, Victoria si Iudit (Ungaria), Ruxandra, Monica ...

Sr Dominique, Renée, Olivia, Corina R., Anca, Victoria si Iudit (Ungaria), Ruxandra, Monica ...

Petrutu Crãciunas si Stephanie White Mountain

Petrutu Crãciunas si Stephanie White Mountain

Sr. Georges, Renée, Marie-Lucie, Suzanne, Octavie, Dominique, RDC Constantine

Sr. Georges, Renée, Marie-Lucie, Suzanne, Octavie, Dominique, RDC Constantine

Olivia Maria Marcov si Corina Resl Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine

Olivia Maria Marcov si Corina Resl Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine

Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine Algeria 1972 1976

Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine Algeria 1972 1976

Mihai Miriunis, Laura Simion, Mihai-Ionut Taciu colegii mei de facultate

Mihai Miriunis, Laura Simion, Mihai-Ionut Taciu colegii mei de facultate

Peter-Jacob Hehn Petrutu's friend Canada

Peter-Jacob Hehn Petrutu's friend Canada

Prof.dr.Dorel Zugravescu, ing.J.-B.Deloly, Olivia Maria Marcov, prof.dr.Ieronim Mihaila

Prof.dr.Dorel Zugravescu, ing.J.-B.Deloly, Olivia Maria Marcov, prof.dr.Ieronim Mihaila

Iulia Motoc 15 august 2013

Iulia Motoc 15 august 2013

Laura Simion, colega mea de la Drept, USH, Bucharest

Laura Simion, colega mea de la Drept, USH, Bucharest

Prof.dr.NIcolae Marcov ( father ) si prof.Udriste

Prof.dr.NIcolae Marcov ( father ) si prof.Udriste

Prof.dr.Florin Munteanu si Leon Zagrean

Prof.dr.Florin Munteanu si Leon Zagrean

Prof.dr.Ieronim Mihaila, ing.J.-B.Deloly AIRAMA, Olivia Marcov

Prof.dr.Ieronim Mihaila, ing.J.-B.Deloly AIRAMA, Olivia Marcov

Jesus-Christ

Jesus-Christ

Tatal meu Nicolae Marcov, Revedere colegi liceu Gh.Sincai, promotia 1959, in 31/oct./2013

Tatal meu Nicolae Marcov, Revedere colegi liceu Gh.Sincai, promotia 1959, in 31/oct./2013

Olivia Maria N. Marcov, august 2006, Bucuresti

Olivia Maria N. Marcov, august 2006, Bucuresti

Sorin Tilie, Silviu Marcov, Olivia Maria Marcov, septembrie 2003 Bucuresti

Sorin Tilie, Silviu Marcov, Olivia Maria Marcov, septembrie 2003 Bucuresti

Olivia Maria Marcov, Alexandra Georgescu, Adrian Pafa, Bianca Eftimie, aug.2009, Bucharest

Olivia Maria Marcov, Alexandra Georgescu, Adrian Pafa, Bianca Eftimie, aug.2009, Bucharest

Stéphanie Crãciunas Peter Hehn and Stéphanie's cousin, Canada

Stéphanie Crãciunas Peter Hehn and Stéphanie's cousin, Canada

Maica Domnului cu pruncul, Rugaciune la aprinderea candelei

Maica Domnului cu pruncul, Rugaciune la aprinderea candelei

Mission to Magadan Sister Miriam praying the rosary June 24 2014

Mission to Magadan Sister Miriam praying the rosary June 24 2014

The Catholic Parish of the Sacred Heart of Jesus, Constantine Algeria 1972 1976

The Catholic Parish of the Sacred Heart of Jesus, Constantine Algeria 1972 1976

Laura Adriana Bucharest Romania July 2009

Laura Adriana Bucharest Romania July  2009

Olivia Maria Marcov December 2007 Bucharest Romania Cristi s Birthday

Olivia Maria Marcov December 2007 Bucharest Romania Cristi s Birthday

Olivia Maria Marcov si Laura Gabriela Cristea in Aparatorii Patriei anul IV 2008 2009

Olivia Maria Marcov si Laura Gabriela Cristea in Aparatorii Patriei anul IV 2008 2009

Fr Michael Shields Bronislava s gulag number Anchorage USA 2014

Fr Michael Shields Bronislava s gulag number Anchorage USA 2014

Liliana Iacob Barna 8 martie 2014 Bucuresti Romania

Liliana Iacob Barna 8 martie 2014 Bucuresti Romania

Olivia Marcov Liliana Iacob Gratiela Andreescu 20 August 1979 Bucharest Romania

Olivia Marcov Liliana Iacob Gratiela Andreescu 20 August 1979 Bucharest Romania

Liliana Iacob and Gratiela Andreescu Italy Bucharest Romania

Liliana Iacob and Gratiela Andreescu Italy Bucharest Romania

Peter Jacob Hehn Petrutu's friend CANADA

Peter Jacob Hehn Petrutu's friend CANADA

Mission to Magadan Fr Michael Shields Children Saturday Club April 29 2014

Mission to Magadan Fr Michael Shields Children Saturday Club April 29 2014

Professor Nicolae Marcov at the Faculty of Matehmatics str Academiei 14 Bucharest Spiru Haret amph

Professor Nicolae Marcov at the Faculty of Matehmatics str Academiei 14 Bucharest Spiru Haret amph

Professor Nicolae Marcov Faculty of Mathematics 14 str Academiei sector 3 Bucharest

Professor Nicolae Marcov Faculty of Mathematics 14 str Academiei sector 3 Bucharest

Iulia Motoc ORTA ITALY September October 5 2014 Romania

Iulia Motoc ORTA ITALY September October 5 2014 Romania

Iulia Motoc Clasa I 1973 Romania

Iulia Motoc Clasa I 1973 Romania

Professor Ieronim Mihaila Faculty of Mathematics Str Academiei 14 3rd floor Bucharest 2007

Professor Ieronim Mihaila Faculty of Mathematics Str Academiei 14 3rd floor Bucharest 2007

Olivia Maria Marcov Andrei Dobrescu 12 V 30 Martie 2007 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov Andrei Dobrescu 12 V 30 Martie 2007 Bucharest Romania

Iulia Motoc Isla Bella September October 5 2014 Romania

Iulia Motoc Isla Bella September October 5 2014 Romania

Olivia Maria Marcov 1968 1969 in Str Sebastian Bucharest Romania la bunica mea Jeana Mardale

Olivia Maria Marcov 1968 1969 in Str Sebastian Bucharest Romania la bunica mea Jeana Mardale

Olivia Maria Marcov JB Deloly AIRAMA July 20 2012 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov JB Deloly AIRAMA July 20 2012 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 School Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 School Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 Bucharest Romania

Olivia Maria, Nicolae, Magdalena, Silviu Marcov, Maria, Irina Craciunas in 1980 Bucharest sector 6

Olivia Maria, Nicolae, Magdalena, Silviu Marcov, Maria, Irina Craciunas in 1980 Bucharest sector 6

Magdalena Marcov my mother and aunt Stefania Sestocenco Bucharest '60

Magdalena Marcov my mother and aunt Stefania Sestocenco Bucharest '60

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciunas' Birthday May 17 1982 Bucharest Romania

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciunas' Birthday May 17 1982 Bucharest Romania

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciuns'Birthday May 17, 1982, 2 years old, Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciuns'Birthday May 17, 1982, 2 years old, Bucharest

Olivia Maria Marcov Irina Craciunas Silviu Marcov January 1, 1983 Bucharest

Olivia Maria Marcov Irina Craciunas Silviu Marcov January 1, 1983 Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr.Craciunas, Irina's Birthday, May 17, 1985 Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr.Craciunas, Irina's Birthday, May 17, 1985 Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr., Irina Craciunas' Birthday, May 17, 1985, Bucharest Romania

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr., Irina Craciunas' Birthday, May 17, 1985, Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov in 1969 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov in 1969 Bucharest Romania

Mission to Magadan October 29 2014

Mission to Magadan October 29 2014

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus June 4 2014 Magadan Russia USA

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus June 4 2014 Magadan Russia USA

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus Mission to Magadan E News Oct 2014

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus Mission to Magadan E News Oct 2014

The Holy Virgin Mary and the Kremlin Russia December 2014

The Holy Virgin Mary and the Kremlin Russia December 2014

Vladimir Vladimirovich Putin FB page Kremlin Ru En Jan 7 2015

Vladimir Vladimirovich Putin FB page Kremlin Ru En Jan 7 2015

MOSCOW THE CATHEDRAL OF THE IMMACULATE HEART OF MARY ANNA BELOVA

MOSCOW THE CATHEDRAL OF THE IMMACULATE HEART OF MARY ANNA BELOVA

Jesus, The Holy Mother of God Kazanskia by Irina VESELKINA RUSSIA versta-K.ru

Jesus, The Holy Mother of God Kazanskia by Irina VESELKINA RUSSIA versta-K.ru

Vladimir Putin et les enfants orphelins Russie Noel 2014

Vladimir Putin et les enfants orphelins Russie Noel 2014

God and Baby Jesus Ekaterina and Anton Daineko Belarus

God and Baby Jesus Ekaterina and Anton Daineko Belarus

Liliana Iacob Gratiela Andreescu September 2014 Bucharest Romania

Liliana Iacob Gratiela Andreescu September 2014 Bucharest Romania

Gratiela Andreescu Romania Italia

Gratiela Andreescu Romania Italia

Liliana Iacob Barna si Carina Barna 5 iulie 2015 Bucharest Romania

Liliana Iacob Barna si Carina Barna 5 iulie 2015 Bucharest Romania

Vladimir Putin Moscow Russia 2015

Vladimir Putin Moscow Russia 2015

Sr Barbara Hojda Polonia Iunie 2015

Sr Barbara Hojda Polonia Iunie 2015

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015 Pologne

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015 Pologne

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus April 26 2015 Magadan Russia

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus April 26 2015 Magadan Russia

Father Michael Shields of The Heart of Jesus May 21 2015 The Poor Claire Sisters Ireland

Father Michael Shields of The Heart of Jesus  May 21 2015 The Poor Claire Sisters Ireland

Luminita Marina Raileanu psiholog Bucharest Romania July 4 2015

Luminita Marina Raileanu psiholog Bucharest Romania July 4 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13Iulie 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13Iulie 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13 Iulie 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13 Iulie 2015

Vie de Prieres JESUS CHRIST

Vie de Prieres JESUS CHRIST

Olivia Maria Nicolae MARCOV 3 decembrie 2015

Olivia Maria Nicolae MARCOV 3 decembrie 2015

Vladimir Putin, Moscou, Russie, octobre-décembre 2015

Vladimir Putin, Moscou, Russie, octobre-décembre 2015

Irina Vatava Moscalenco la fille de Boris Vatav Ma cousine Chisinau Moldova

Irina Vatava Moscalenco la fille de Boris Vatav Ma cousine  Chisinau Moldova

Tania Trahman la petite fille de Boris Vatav Chisinau Moldova

Tania Trahman la petite fille de Boris Vatav Chisinau Moldova

Natasa la fille aînée de Boris Vatav son mari et Tania Trahman leur fille Chisinau Moldova

Natasa la fille aînée de Boris Vatav son mari et Tania Trahman leur fille Chisinau Moldova

Irina Vatav la fille de Boris Vatav le cousin de mon père de Chisinau Moldova

Irina Vatav la fille de Boris Vatav le cousin de mon père de Chisinau Moldova

Valentina et Boris et Irina Vatav Chisinau Moldova

Valentina et Boris et Irina Vatav Chisinau Moldova

Valentina et Boris Vatav le cousin de mon père Chisinau Moldova 2015

Valentina et Boris Vatav le cousin de mon père Chisinau Moldova 2015

Jesus Christ Iisus Hristos

Jesus Christ Iisus Hristos

NOTRE DAME DE LOURDES PRIEZ POUR NOUS

NOTRE DAME DE LOURDES PRIEZ POUR NOUS

Olivia Maria Marcov 1 Octombrie 2014 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov 1 Octombrie 2014 Bucharest Romania

DUMNEZEU TATAL CERESC SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC ATOTTIITORUL

DUMNEZEU TATAL CERESC SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC ATOTTIITORUL

Olivia Maria MARCOV 5 Ianuarie Janvier 2016 Bucharest Romania

Olivia Maria MARCOV 5 Ianuarie Janvier 2016 Bucharest Romania

Le mot de Jesus Christ Le Verbe Dieu Sfinte Dumnezeule Sfinte Tare Sfinte Fara de Moarte

Le mot de Jesus Christ Le Verbe Dieu Sfinte Dumnezeule Sfinte Tare Sfinte Fara de Moarte

SFANTUL ARHANGHEL MIHAIL CINE E CA DUMNEZEU NIMENI NU E CA DUMNEZEU SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC

SFANTUL ARHANGHEL MIHAIL CINE E CA DUMNEZEU NIMENI NU E CA DUMNEZEU SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC

Jesus Misericordia ISUS CRISTOS SI COROANA DE SPINI PATIMILE

Jesus Misericordia ISUS CRISTOS SI COROANA DE SPINI PATIMILE

Olivia Marcov Bogdan Buzoianu 31 janvier 1976 CONSTANTINE ALGERIE

Olivia Marcov Bogdan Buzoianu 31 janvier 1976 CONSTANTINE ALGERIE

Maica Domnului icoana Sf Ap Luca aici MD Vladimir

Maica Domnului icoana Sf Ap Luca aici MD Vladimir

Saint Padre Pio NOS LARMES AU CIEL

Saint Padre Pio NOS LARMES AU CIEL

Profesor fizica Ion MANEA Olivia Marcov cl 12 V 1986 Liceul N Balcescu Colegiul Sf SAVA Bucuresti

Profesor fizica Ion MANEA Olivia Marcov cl 12 V 1986 Liceul N Balcescu Colegiul Sf SAVA Bucuresti

Olivia Maria Marcov Icône de la Mère de Dieu Salvatrice et Secours des Affligés Bucarest Romania

Olivia Maria Marcov Icône de la Mère de Dieu Salvatrice et Secours des Affligés  Bucarest Romania

Silviu Marcov mon frère fratele meu Bucarest Romania

Silviu Marcov mon frère fratele meu Bucarest Romania

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 la classe 12 V Bucarest Roumanie 2016

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 la classe 12 V Bucarest Roumanie 2016

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 Bucarest Roumanie 2016

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 Bucarest Roumanie 2016

Notification blogspot.com 17 novembre 2016

Notification blogspot.com 17 novembre 2016

Nasterea Domnului La Naissance du Petit Jésus

Nasterea Domnului La Naissance du Petit Jésus

Jésus-Christ

Jésus-Christ

sâmbătă, 4 iunie 2016

Enseignements de Jésus et Marie..à Sainte Brigitte *L’Annonciation…Les Souffrances Inexprimables De JÉSUS…Sa Miséricorde Ainsi Que Sa Justice !!, Myriamir à la source le 23 mai 2016

Enseignements de Jésus et Marie..à Sainte Brigitte *L’Annonciation…Les Souffrances Inexprimables De JÉSUS…Sa Miséricorde Ainsi Que Sa Justice !!, Myriamir à la source le 23 mai 2016


Note Myriamir : Bien lire afin de retenir, tout ce qui est écrit sur cette page, car cela s’adresse à nous tous!

Paroles de la Vierge Marie à sa fille, lui enseignant une doctrine utile, comment elle doit vivre, et racontant plusieurs miracles de la Passion de Jésus-Christ.
Je suis la Reine du ciel, Mère de Dieu. Je vous ai dit que vous deviez avoir un collier en votre poitrine ; or, maintenant je vous le dévoilerai mieux. Quand, dès le commencement de mon enfance, j’eus compris que Dieu existait, j’ai toujours été soigneuse et craintive de mon salut et de mon observance. Mais quand je sus que Dieu était mon créateur et le juge de toutes mes actions, je l’ai aimé intimement ; j’ai craint à toute heure de l’offenser par mes paroles, par mes actions.
Après, quand je sus qu’il avait donné la loi et ses commandements au peuple, et avait fait avec eux tant de merveilles, je résolus fermement en mon âme de n’aimer que lui ; et les choses mondaines m’étaient grandement amères.
Après cela, sachant aussi que Dieu rachèterait le monde et qu’il naîtrait d’une Vierge, j’ai été touchée et blessée d’un si grand amour pour lui, que je ne pensais qu’à lui et ne voulais que lui. Je m’éloignai autant que je pus des discours familiers et de la présence de mes parents et de mes amis ; je donnai aux pauvres tout ce que je pouvais avoir, et je ne me réservai que le simple vêtement et quelque peu pour vivre.
Rien ne me plaisait que Dieu. Je désirais incessamment dans mon coeur de vivre jusqu’au jour de sa naissance, afin de mériter d’être faite servante de la Mère de Dieu, quoique je m’en estimasse indigne.
Je fis voeu dans mon coeur de garder la virginité, si Dieu l’avait pour agréable, et de ne rien posséder au monde. Or, si Dieu en voulait déterminer autrement, je désirais que sa volonté fût faite, et non la mienne, car je croyais qu’il ne pouvait ni ne voulait rien qui ne me fût utile, c’est pourquoi je lui commis ma volonté. Or le temps approchant qu’on présentait au temple les vierges selon l’ordonnance de la loi, je fus présentée avec les autres, à cause del’obéissance de mes parents, pensant en moi-même que rien n’était impossible à Dieu ; et parce qu’il savait que je ne désirais rien et ne voulais rien que lui, il pouvait me conserver dans la virginité, si cela lui plaisait; autrement, que sa volonté fût faite.
Or, ayant ouï au temple tout ce qui était commandé, étant retournée à la maison, je brûlais plus qu’auparavant de l’amour de Dieu, et j’étais de jour en jour enflammée de nouveaux feux et de nouveaux désirs amoureux. Partant, je m’éloignais plus que de coutume de tous, et je demeurais seule nuit et jour, craignant grandement que ma bouche ne dît, que mon oreille n’entendît quelque chose qui fût contre l’amour de Dieu, ou que mes yeux ne vissent quelque chose délectable.
Je craignais aussi et j’eus soin que mon silence ne tût ce que je devais dire; et comme j’étais troublée de la sorte en mon coeur et mettais toutes mes espérances en Dieu, il me vint soudain en mémoire de penser à la grande puissance de Dieu ; comment les anges et toutes les choses créées le servent ; combien sa gloire est ineffable et infinie.
Et admirant ceci, je vis trois merveilles : car j’ai vu un astre, mais non pas comme celui qui brille au ciel. J’ai vu une lumière, mais non pas comme celle qui brille dans le monde. J’ai senti une odeur, non pas comme celle des herbes ou de quelque substance aromatique, mais très suave et ineffable, odeur dont je fus remplie ; et je tressaillais d’une grande joie. De là, j’entendis une grande voix, mais non de la bouche des hommes ; et l’ayant entendue, j’ai craint que ce ne fût une illusion. Et soudain m’apparut un angecomme un homme très beau, mais non pas revêtu de chair, qui me dit : Je vous salue, pleine de grâce, etc. Et ayant ouï cela, je cherchais ce que cela signifiait, ou pourquoi il me saluait de la sorte, car j’étais persuadée que j’étais indigne d’une telle chose et de quelque bien que ce fût, et je n’ignorais pas toutefois qu’il n’y avait rien d’impossible à Dieu, qu’il pouvait faire ce qu’il voulait.
Alors l’ange me dit pour la seconde fois : Ce qui naîtra de vous est saint, et s’appellera Fils de Dieu (cf. Lc 2) ; et comme il lui plaît, ainsi il sera fait. Je ne m’en croyais pas digne, et je ne demandais pas à l’ange pourquoi ou quand ce mystère s’accomplirait, mais je m’enquis de la manière dont il se ferait, car je suis indigne d’être Mère de Dieu et je ne connais point d’homme ; et comme je l’ai dit, l’ange me répondit qu’il n’y avait rien d’impossible à Dieu, et que tout ce qu’il veut faire est fait. Ayant ouï la parole de l’ange, j’eus un grand désir et un grand amour d’être Mère de Dieu, et mon âme parlait par un excès d’incomparable amour. Et voici que je prononce ces paroles : que votre volonté soit faite en moi.
A ces mots, le Fils de Dieu fut soudain conçu dans mon sein; mon âme fut dans une joie ineffable, et tous les membres de mon corps tressaillirent. Et l’ayant dans mon sein, je le portais sans douleur, sans pesanteur, sans incommodité ; je m’humiliais en tout, sachant que celui que je portais était tout-puissant.
Or, quand je l’ai enfanté, je l’ai enfanté sans douleur et sans péché, comme je l’avais conçu, mais avec une si grande joie d’esprit et de corps, que mes pieds ne sentaient point la terre où ils étaient. Et comme il est entré en tous mes membres avec la joie universelle de mon âme, de même il est sorti sans lésion de ma virginité, mes membres et mon âme tressaillant d’une joie ineffable. Considérant et regardant sa beauté, mon âme était inondée de joie, sachant que j’étais indigne d’un tel Fils.
Or, quand je considérais sur ses mains et sur ses pieds la place des clous, et que j’avais ouï que, selon les prophètes, on le crucifierait, alors mes yeux fondaient en larmes, et la tristesse déchirait mon coeur. Et quand mon Fils me regardait ainsi éplorée et larmoyante,il s’attristait jusqu’à la mort.
Mais quand je considérais la puissance de la Divinité, j’étais de nouveau consolée, sachant qu’elle le voulait ainsi, et qu’il était expédient que cela arrivât; et alors, je conformais ma volonté à sa volonté, et de cette manière, ma joie était toujours mêlée de douleur.
Le temps de la passion de mon Fils étant proche, ses ennemis le ravirent à tous, le frappant sur ses joues et sur son cou ; et ayant craché sur lui, ils s’en moquèrent. Ayant ensuite été conduit vers la colonne, il se dépouilla lui-même de ses habits, approcha lui-même de la colonne ses mains, que ses ennemis lièrent sans miséricorde. Or, étant lié, il n’avait rien pour se couvrir : mais comme il était né nu, il endurait et souffrait ainsi la honte de sa nudité.
Ses amis, ayant pris la fuite, ses ennemis, les levant ensemble, l’environnaient de toutes parts, flagellaient son corps pur de toute souillure et de tout péché. Donc, au premier coup, moi qui étais la plus rapprochée de lui, je tombai comme morte ; et ayant repris mon esprit, je vis son corps fouetté et déchiré jusqu’aux os, de sorte que ses côtes paraissaient ; et, ce qui était plus amer, quand on retirait les fouets, on sillonnait et on déchirait sa chair.
Et lorsque mon Fils, empourpré de sang et tout déchiré, demeurait ainsi debout, qu’on ne trouvait rien de sain en lui, qu’on ne le flagellait plus, quelqu’un dit alors avec émotion : Eh quoi ! Le ferez-vous mourir ainsi sans être jugé ? Et il coupa soudain ses liens. Après, mon Fils se revêtit de ses habits, et alors je vis la place où étaient ses pieds toute pleine de sang et de vestige de mon Fils ! Je connaissais sa trace, car où il passait, la terre était teinte de sang ; et ses ennemis ne souffraient pas qu’il s’habillât, mais ils le poussaient, et le forçaient d’avancer.
Or, quand on le conduisit comme un larron, mon Fils essuya le sang de ses yeux ; et quand on l’eut jugé, on lui fit porter la croix ; et quand il l’eut portée quelque temps, quelqu’un vint, la prit et la porta. Cependant, mon Fils s’en allant au lieu de sa passion, les uns le frappaient au cou, les autres à la face ; il fut si fortement et si puissamment battu, que, bien que je ne visse pas celui qui le frappait, j’entendais pourtant les coups. Et étant arrivé au lieu de sa passion, je vis là tous les instruments préparés pour le faire mourir ; et mon Fils, venant là, se dépouilla lui-même de ses vêtements, alors même que les ministres disaient entre eux : Ses vêtements sont à nous : il ne les recouvrera pas, il est condamné à mort.
Or, mon Fils étant là, nu comme il était né, alors on accourut, lui apportant un voile qui couvrit sa nudité et lui procura une grande joie intérieure. Après, les bourreaux durs et cruels le prirent et l’étendirent sur la croix, attachant premièrementsa main droite au poteau, qui était percé pour y mettre un clou. Et ils perçaient sa main dans la partie où l’os était plus solide et plus fort ; et puis, tirant avec une corde l’autre main au trou, ils le crucifièrent. On crucifia ensuite le pied droit et le pied gauche avec deux clous, de sorte que tous les nerfs et toutes les veines étaient tendus et rompus. Cela étant fait, ils lui mirent au front une couronne d’épines, qui perça si profondément la tête de mon Fils, que ses yeux étaient pleins de sang, ses oreilles bouchées par le sang, et sa barbe en était toute couverte !
Et étant de la sorte empourpré de son sang et ainsi percé, ayant pitié de moi, qui étais affligée et gémissante, il jeta ses yeux sur saint Jean, fils de ma soeur, et me recommanda à lui. En ce temps-là, j’ouïs les uns qui disaient que mon Fils était un larron, les autres, qu’il était un menteur, et d’autres, qu’il n’y avait aucun homme plus digne de mort que mon Fils. Toutes ces paroles renouvelaient grandement ma douleur. Mais lorsqu’on plantait le premier clou comme j’ai dit, au premier coup je tombai comme morte, les yeux obscurcis, les mains tremblantes, les pieds chancelants, et je ne le regardai point qu’il ne fût entièrement crucifié, ne pouvant supporter l’excès de ma douleur.
Or, me levant, je vis mon Fils misérablement pendu à la croix ; et moi, sa Mère, toute frémissante de crainte, je pouvais à peine demeurer debout, à cause de la douleur. Mon Fils, me voyant, et ses amis pleurant sans consolation, dit d’une voix pleurante et haute : Mon Père, pourquoi m’avez-vous délaissé ? Comme s’il disait : Il n’y a que vous qui ayez pitié de moi, ô mon Père ! Alors je vis ses yeux à demi morts, ses joues trempées, son visage triste, sa bouche ouverte, sa langue empourprée de sang, et son ventre collé au dos, toute l’humeur étant consommée, comme s’il n’avait point d’entrailles. Je vis son corps pâle et languissant, à cause du sang qu’il avait répandu, ses mains et ses pieds roidis et étendus, selon les dimensions de la croix, sa barbe et ses cheveux tout trempés dans son sang.
Mon Fils donc demeurant de la sorte déchiré et livide, seul, son coeur était vivant, attendu qu’il était d’une très bonne et forte nature, car il avait pris de ma chair un corps pur, sain et d’une bonne complexion. Sa peau était si tendre et si délicate que, dès qu’elle était tant soit peu fouettée, le sang en ruisselait. Son sang était si vif qu’on pouvait voir à travers sa peau. Et comme il était d’une bonne nature, la vie combattait avec la mort dans un corps déchiré.
Quand la douleur montait des membres et des nerfs percés du corps, au coeur, ce qu’il y avait en lui de plus sensible et de plus pur, son coeur éprouvait d’incroyables souffrances ; et quand quelquefois la douleur descendait du coeur dans ses membres en lambeaux, alors il prolongeait sa mort avec amertume. Mais quand mon Fils, environné, assailli de douleurs, regardait ses amis larmoyants, qui eussent mieux aimé supporter cette peine avec secours, ou brûler éternellement en enfer, que de le voir ainsi tourmenté, la douleur que lui procurait la douleur de ses amis excédait toute l’amertume, toute l’affliction qu’il avait soufferte, tant dans son corps que dans son esprit, parce qu’il les aimait tendrement.
Alors, dans la trop grande angoisse de son corps, il criait à son Père, disant :O Père ! Je remets mon esprit en vos mains. Donc, quand moi, sa Mère affligée, j’ai entendu ces paroles, tous mes membres ont frémi avec une douleur poignante et trop amère à mon coeur ; et autant de fois que je les méditais, il me semblait les entendre encore et toujours.

Or, la mort approchant, et le coeur de mon Fils se fendant par la violence de la douleur, tous ses membres frémirent, et sa tête s’éleva un peu, puis s’inclina. On voyait sa bouche ouverte et sa langue toute sanglante ; ses mains s’étaient un peu retirées du trou, et les pieds soutenaient d’autant plus la pesanteur du corps ; ses doigts et ses bras ne s’étendaient aucunement, et le dos était fortement serré au tronc.
Alors quelques-uns me dirent : Marie, votre Fils est mort ; quelques autres me dire : Votre Fils est mort, mais il ressuscitera. Tandis qu’on me disait cela, un soldat vint, et enfonça sa lance dans le côté de mon Fils, si avant qu’elle sortait presque de l’autre côté ! Et dès que la lance fut retirée, la poitrine fut toute sanglante. Alors, voyant le coeur de mon cher Fils percé, il me semblait que le mien l’était aussi.
Ensuite, on le descendit de la croix, et je le reçus sur mes genoux comme un lépreux, tout livide et meurtri, car ses yeux étaient morts et tout pleins de sang, sa bouche était froide comme la neige, sa barbe était comme une corde, sa face contractée ; ses mains aussi étaient tellement raides qu’on ne les pouvait mettre sur le nombril ; comme il avait été sur la croix, ainsi l’avais-je sur mes genoux comme un homme roidi en tous ses membres. Tout de suite on l’enveloppa d’un drap propre et blanc ; et moi, je lui nettoyai avec mon linge ses plaies et ses membres ; je lui fermai les yeux et la bouche, qui étaient restés ouverts à sa mort.
Enfin, on le mit dans le sépulcre. Oh ! Que volontiers alors je me fusse ensevelie vivante avec mon Fils, si telle eût été sa volonté ! Ces choses étant accomplies, le bon saint Jean vint et m’amena à la maison. Voilà, ô ma fille ! Quelles choses mon cher Fils a souffertes pour vous.

Chapitre 11
Paroles de Jésus-Christ à son épouse (Ste Brigitte), traitant de la manière qu’il se donna librement à ses ennemis qui le crucifiaient, et comment il faut vivre avec contingence, se privant de tout ce qui est illicite, à l’exemple de sa douce passion.
Le Fils de Dieu parlait à son épouse, disant : Je suis le Créateur du ciel et de la terre, et le corps qui est consacré sur l’autel est mon vrai corps. Aimez-moi de tout votre coeur, car je vous ai aimée. Je me suis librement donné à mes ennemis, et mes amis et ma Mère ont été assaillis d’une douleur trop amère, et ils ont fondu en larmes.
Quand je voyais la lance, les clous, les fouets et autres instruments préparés pour ma passion, je m’en approchais néanmoins avec joie. Et quand, sous la couronne d’épines, ma tête fut toute sanglante, et que mon sang ruisselait partout, et bien que mes ennemis touchassent mon coeur, j’eusse mieux aimé qu’il eût été déchiré en deux que de ne pas vous posséder et ne pas vous aimer. Pourtant, vous seriez trop ingrate, si vous ne m’aimiez, en reconnaissance du grand amour que je vous ai témoigné.
Si ma tête a été percée par les épines et s’est inclinée sur la croix, votre tête doit bien s’incliner à l’humilité ; et parce que mes yeux étaient remplis de sang et de larmes, vous devez vous abstenir de ce qui délecte vos yeux ; et parce que mes oreilles ont été remplies de sang et ont ouï qu’on me détractait, partant, vos oreilles ne doivent pas écouter les paroles moqueuses, niaises et légères ; et parce qu’aussi on a abreuvé ma bouche d’une boisson amère, vous devez aussi fermer la bouche aux paroles mauvaises et l’ouvrir aux bonnes ; et comme mes mains ont été étendues sur le gibet, vos oeuvres, figurées par les mains, doivent être tendues aux pauvres et à mes commandements ; vos pieds, c’est-à-dire vos affections, par lesquelles vous devez venir à moi, doivent être crucifiées à toutes les voluptés ; et comme j’ai souffert en tous mes membres, de même tous vos membres doivent être prêts et disposés à m’obéir, car j’exige plus de service de vous que des autres, parce que je vous ai douée et enrichie d’une grâce plus grande et plus excellente.

Chapitre 12
De quelle manière l’ange prie pour l’épouse (Ste Brigitte), et comment Jésus-Christ interroge l’ange sur ce qu’il implore pour elle. Ce qui est expédient à l’épouse.
Le bon ange gardien de l’épouse semblait prier Jésus-Christ pour elle ; Notre-Seigneur lui répondit : Celui qui veut prier pour un autre doit prier pour son salut : car vous, ô anges ! Vous êtes comme le feu qui ne s’éteint jamais, qui brûle incessamment de mon amour. Vous voyez et savez tout, quand vous me voyez ; vous ne voulez rien, si ce n’est ce que je veux. Dites donc, qu’est-ce qui est expédient à cette nouvelle épouse ?
Et l’ange lui répondit : Mon Seigneur, vous savez tout.
Notre-Seigneur lui repartit : Certes, tout ce qui a été fait et sera, est éternellement en moi, et j’ai connu tout ce qui est au ciel et sur la terre, et je le sais, et pourtant, il n’y a point de changement en moi. Néanmoins, afin que cette épouse entende ma volonté, dites maintenant en sa présence ce qui lui est nécessaire.
L’ange lui dit : Elle a le coeur élevé et enflé, partant, il lui faut une verge pour être châtiée.
Et alors Notre-Seigneur lui dit : Qu’est-ce donc que vous demandez pour elle, ô mon ami ?
Et l’ange lui dit : Je demande la miséricorde et la correction.
Notre-Seigneur dit : Pour l’amour de vous, je lui ferai ce que vous demandez, moi qui ne fais jamais justice sans miséricorde. Partant, cette épouse me doit aimer de tout son coeur.

Chapitre 13
Comment l’ennemi de Dieu a trois démons en soi, et du jugement donné contre lui par Jésus-Christ.
Mon ennemi a en soi trois démons : le premier réside dans les parties de la génération, le deuxième dans son coeur, le troisième dans sa bouche.
Le premier est comme un pilote qui fait entrer dans le navire l’eau, qui peu à peu le remplit ; et après, l’eau débordant, le navire est submergé. Ce navire est son corps agité par les tentations du démon, assailli comme par les vents de ses propres cupidités, et dans lequel les eaux de la volupté sont d’abord entrées par le navire, c’est-à-dire, par la délectation qu’il prenait en telles pensées; et parce qu’il n’y résistait pas par la pénitence, qu’il ne le réunissait pas par les clous de l’abstinence, l’eau de la volupté allait toujours croissant et ajoutant le consentement ; et de là, le navire étant rempli de la concupiscence du ventre, l’eau redondait et couvrait de volupté le navire, afin qu’il n’arrivât pas au port de salut.
Le deuxième démon, qui réside dans le coeur, est semblable au vermisseau qui est dans la pomme, qui ronge d’abord le dedans, et qui, ayant laissé là sa fiente, entoure toute la pomme, jusqu’à ce qu’il l’ait toute gâtée. Le diable en agit de même ; en effet, en premier lieu, il gâte la volonté et ses bons désirs, qui sont comme le cerveau, où subsiste toutes la force, tout le bien de l’esprit ; et ayant vidé le coeur de tous ses biens, il y laisse des pensées et des affections du monde de ceux qu’il a aimés le plus.
Maintenant il pousse son corps à ses plaisirs, par lesquels la force divine est diminuée et la connaissance affaiblie; et le dégoût, le dédain de la vie vraie vient de là. Certes, cet homme est une pomme sans cerveau, c’est-à-dire, un homme sans coeur, car sans coeur, il entre dans mon Église, d’autant qu’il n’a aucune charité divine.
Le troisième démon est semblable à un archer qui guette par la fenêtre ceux qui ne s’en donnent garde. Comment est-ce que le démon ne dominera pas celui sans lequel il ne parle jamais ? Car ce qu’on aime le plus, c’est ce dont on parle le plus souvent. Ses paroles amères, avec lesquelles il blesse les autres, sont comme des traits acérés qui sont dardés par autant de fenêtres que le diable est nommé par lui, que l’innocent est déchiré par ses paroles, et que les simples en sont scandalisés. Parant, moi, qui suis la Vérité, je jure que je le condamnerai comme une abominable courtisane au feu de soufre, à avoir les membres coupés, comme un déloyal et un traître, et comme celui qui méprise son salut, à la confusion éternelle; mais toutefois, tant que le corps et l’âme seront ensemble en cette vie, ma miséricorde lui est offerte. Or, voici ce que je demande et exige de lui, savoir, qu’il assiste souvent aux choses divines ; qu’il ne craigne nulle opprobre ; qu’il ne désire aucun honneur, et que le nom sinistre du diable ne soit jamais prononcé en lui.

Chapitre 14
Paroles de Jésus-Christ à son épouse (Ste Brigitte) De la manière de faire l’oraison ; du respect qu’elle doit avoir en la faisant, et de trois sortes d’hommes qui servent Dieu.
Je suis votre Dieu, qui, crucifié sur la croix, vrai Dieu et vrai homme en une personne, suis tous les jours dans les mains des prêtres. Quand vous me faites quelque prière, finissez-la toujours ainsi : Que votre volonté soit faite, et non la mienne. Car quand vous me priez pour les damnés, je ne vous exauce pas. Quelquefois aussi vous désirez ce qui est contre votre salut, partant, il est nécessaire que vous soumettiez votre volonté à la mienne, car je sais tout et je pourvois à tout ce qui vous est utile. Certes, plusieurs me prient, mais non avec une droite intention, et partant, ils ne méritent pas d’être exaucés.
Vraiment, il y a trois sortes de gens qui me servent en ce monde : les premiers sont ceux qui me croient Dieu, auteur de tout bien et puissant sur toutes choses. Ceux-là me servent avec l’intention d’obtenir les honneurs et les choses temporelles, mais les choses célestes leur sont comme rien ; ils les abandonnent avec joie, afin d’obtenir les choses présentes ; à ceux-là la prospérité du siècle leur sourit en tout selon leurs désirs. Et puisqu’ils ont ainsi omis les biens éternels, je récompense tout le bien qu’ils ont fait pour moi, jusqu’à la dernière maille et au dernier point, d’une récompense mondaine et temporelle. Les deuxièmes sont ceux qui me croient tout-puissant et juge sévère.
Ceux-ci me servent par crainte du châtiment, non par amour de la gloire céleste, car s’ils ne craignaient pas, ils ne me serviraient pas. Les troisièmes sont ceux qui me croient créateur de toutes choses, vrai Dieu, miséricordieux et juste. Ceux-ci me servent, non par la crainte de quelque châtiment, mais par dilection, par amour. Ils aimeraient mieux souffrir toutes les peines, s’ils pouvaient, que de provoquer une seule fois ma colère. Les prières de ceux-ci méritent d’être exaucées, car leur volonté est selon ma volonté. Les premiers ne sortiront jamais du supplice et ne verront jamais ma face ; les seconds n’auront pas de si grands supplices, mais ne verront jamais ma face, à moins que la pénitence les corrige de cette crainte trop servile.

En quelle manière il semblait à l’épouse qu’un des saints parlait à Dieu de quelque femme foulée horriblement par le diable, laquelle dut ensuite délivrée par les prières de la glorieuse Vierge.
Il semblait à sainte Brigitte, épouse, qu’un des saints parlait à Dieu, disant :Pourquoi l’âme de cette femme, que vous avez rachetée de votre sang, est de la sorte foulée par le diable ? 
Le diable répondit soudain, disant : Parce que, de droit, elle est à moi.  Et alors, Notre-Seigneur dit : De quel droit est-elle à toi ?
Le démon répondit : Il y a deux voies : l’une conduit aux choses célestes, l’autre aux choses infernales ; or, quand elle les considérait toutes les deux, sa conscience et sa raison erronés lui dictaient de choisir plutôt la mienne. Et d’autant qu’elle avait la pleine et libre volonté de se tourner vers le voie qu’elle aimerait le mieux, il lui a semblé qu’il était plus utile de tourner sa volonté à commettre le péché, et alors, elle a commencé de marcher par ma voie.
Après, je l’ai déçue par trois vices, savoir, par la gourmandise, par la cupidité de gourmandise et par la luxure.  C’est pourquoi je suis maintenant sur son sein, et je la tiens avec cinq mains : avec l’une je tiens ses yeux, afin qu’elle ne voie pas les choses spirituelles ; avec la deuxième, je tiens ses mains, afin qu’elle ne fasse pas de bonnes oeuvres ; avec la troisième, je tiens ses pieds, afin qu’elle n’aille pas vers le bien ; avec la quatrième, je tiens son entendement, afin qu’elle n’ait pas honte de pécher, et avec la cinquième, je tiens son coeur, afin qu’elle ne revienne pas à Dieu par la contrition.
Alors, la Sainte Vierge dit à Notre-Seigneur, son Fils : Mon Fils, contraignez le diable à dire la vérité sur ce que je veux lui demander Et son Fils lui dit : Vous êtes ma très chère Mère ; vous êtes l’incomparable Reine du ciel ; vous êtes Mère de miséricorde ; vous êtes l’indicible consolation de ceux qui sont en purgatoire ; vous êtes la joie de ceux qui sont pèlerins en ce monde ; vous êtes Dame des anges ; vous êtes très excellente avec Dieu ; vous êtes aussi princesse sur le diable : commandez donc à ce démon tout ce que vous voudrez, ô ma Mère ! Et il vous répondra.
Alors la Sainte Vierge commanda à ce diable : Dis, ô diable ! Quelle intention a eu cette femme avant d’entrer dans l’Église ?
Le diable lui répondit : Elle a eu la volonté de s’abstenir du péché.
Et la Sainte Vierge lui dit : Puisque la volonté qu’elle a eue auparavant la conduisait en enfer, dis à quoi tend la volonté qu’elle a maintenant de s’abstenir du péché. 
Le diable lui repartit à regret : Cette volonté de se garder de pécher la conduit au ciel. 
Et la Sainte Vierge répliqua : D’autant que, de droit, pour la première et mauvaise volonté, vous l’avez écartée de la voie méritoire qui conduit à l’Église, la justice et l’équité veulent que, par la volonté présente qu’elle a de ne plus pécher, elle soit ramenée à l’Église. Je te demande aussi, ô diable ! Quelle volonté elle a eu au point où en est maintenant sa conscience. 
Le diable répond : Elle a la contrition dans l’esprit pour les choses qu’elle a faites, et un grand repentir, se proposant de ne les jamais plus commettre ; mais elle veut s’amender autant qu’elle peut
La Sainte Vierge demanda de nouveau au diable : Dis-mois : ces trois péchés : la luxure, la gourmandise et la cupidité, peuvent-ils être dans un même coeur avec ces trois biens, savoir : la contrition, les larmes et le ferme propos de s’amender ?
Le diable lui répondit : Non.
La Sainte Vierge dit alors : Sont-ce ces trois vertus ou ces trois vices qui doivent se retirer de son coeur, car tu dis qu’ils ne peuvent demeurer ensemble ?
Le diable dit : Ce sont les vices. 
Et alors la Vierge dit : Donc, la voie qui la conduisait en enfer lui est fermée, et la voie du ciel lui est ouverte.  Outre cela, la Sainte Vierge demanda au diable : Dis-moi : si le larron demeurait à la porte de l’épouse pour la violer, que lui ferait l’époux ? 

Le diable répondit : Si l’époux est bon et magnanime, il doit la défendre et exposer sa vie pour la sienne. 

Alors la Sainte Vierge repartit : Tu es ce pernicieux larron ; cette âme est l’épouse de mon Fils, car il l’a rachetée de son propre sang.  Tu l’as donc enlevée et corrompue par violence.  Partant, attendu que mon Fils est l’époux de cette âme et seigneur sur toi, il faut que tu fuies loin d’elle.
Il ne faut pas penser que les pécheurs ayant la foi soient hors de l’Église : l’Église est au champ où sont le bon grain et le mauvais grain. 
Cette femme était une courtisane qui ne voulait pas retourner dans le monde ; le diable la molestait jour et nuit, lui enfonçait les yeux, la tirait de son lit.  Sainte Brigitte lui commanda de se retirer ; cette femme fut affranchie, voire même des mauvaises pensées.

Paroles de Dieu le Père devant les troupes célestes, et réponse du Fils et de la Mère au Père, pour obtenir la grâce pour sa fille, c’est-à-dire, pour l’Église.
Le Père éternel parlait, lorsque toute la cour céleste, écoutait, disant :
Devant vous je me plains : j’ai donné ma fille à un homme qui l’afflige trop et la serre misérablement avec un cep de bois, de sorte que toute la moelle sort de ses pieds.  Son Fils répondit : C’est celle-là que j’ai rachetée de mon propre sang et que j’ai épousée par mon amour ; mais maintenant, on me l’a ravie par violence.  Ensuite la Mère de Dieu disait : Vous êtes mon Dieu et mon Seigneur, et en mon corps ont été les membres de votre vrai Fils et mon vrai Fils.  Or, je ne vous ai rien refusé sur la terre : ayez donc pitié de votre fille pour l’amour de mes prières.
Après ceci, les anges parlaient, disant : Vous êtes notre Dieu et notre Seigneur, et nous avons en vous toute sorte de biens, et nous n’avons besoin que de vous.  Quand vous vous choisîtes cette épouse, nous vous en félicitions tous ; mais maintenant, nous pouvons nous en contrister à bon droit, car elle est livrée entre les mains d’un méchant, qui l’avilit misérablement et la charge d’opprobres.   Faites-lui donc miséricorde pour l’amour de votre grande miséricorde, car sa misère est immense, et il n’y a personne qui la console et l’en affranchisse, si ce n’est vous, ô Seigneur, Dieu tout-puissant !
Alors le Père répondit au Fils : Mon Fils, votre plainte est ma plainte, votre parole est ma parole, vos oeuvres sont mes oeuvres. Vous êtes en moi et je suis en vous inséparablement.  Que votre volonté soit faite.  Après, il dit à la Vierge sainte, Mère de Dieu : Comme vous ne m’avez rien refusé sur la terre, je ne veux rien vous refuser dans le ciel. Que votre volonté soit accomplie.  Et il dit aux anges : Vous êtes mes amis, et les flammes de votre amour brûlent dans mon coeur.  Je ferai miséricorde à ma fille pour l’amour de vos prières.

Paroles de Notre-Seigneur à son épouse (Ste Brigitte), par lesquelles il lui montre en quelle manière quelqu’un vint devant le tribunal pour être jugé, et de la sentence horribleet formidable que lancèrent contre lui Dieu et tous les saints.
Sainte Brigitte, épouse, voyait Dieu comme courroucé, qui disait : Je suis sans commencement et sans fin ; il n’y a point en moi de changement, ni dans les ans, ni dans les jours, mais tout le temps de ce monde est en moi comme une heure ou comme un moment.  Celui qui me voyait, voyait et entendait en moi tout ce qui y est comme en un point ; mais parce que vous, ô mon épouse ! Êtes encore corporelle, vous ne pouvez le voir ni le connaître comme un esprit.  Partant, pour l’amour de vous, je vous manifesterai tout ce qui s’est passé.
Je suis assis comme au jugement criminel, d’autant que tout jugement m’est donné.  Quelqu’un (1) qui devait être jugé vint devant le tribunal. 
On entendit la voix du Père, qui lui dit : Malheur à vous, de ce que vous êtes né ! Non pas que Dieu se repentît de l’avoir fait, mais il parlait comme celui qui a coutume de souffrir et de compatir à l’affligé. 
Après, la voix du Fils répondit : J’ai versé mon sang pour l’amour de vous, et j’ai souffert pour vous une peine très amère ; vous vous êtes éloigné de tout ce bien, et n’avez rien en vous de tout ceci. 
La voix du Saint-Esprit dit : J’ai cherché dans tous les replis de son coeur, pour savoir si par hasard j’y trouverais un peu de charité et d’affection, mais il est froid comme la glace, dur comme la pierre : je n’ai rien avec lui. 
Les trois voix n’ont pas été ouïes comme s’il y avait trois dieux, mais elles ont été proférées pour l’amour de vous, ô mon épouse ! Car vous ne pouviez autrement entendre ce mystère.

(1) Cet homme était un chanoine noble, sous-diacre. Ayant obtenu une fusse dispense pour épouser une fille fort riche, il mourut de mort subite sans jouir de ce qu’il désirait.

Après, ces trois voix du Père, du Fils et du Saint-Esprit, se sont changées soudain en une voix qui a dit : Le royaume des cieux ne vous est dû aucunement.  La Mère de miséricorde ne dit pas un mot, n’ouvrit pas le sein de sa miséricorde, car celui qui devait être jugé en était indigne, et tous les saints criaient d’une commune voix, disant : Telle est la rigueur, telle est la fureur de la divine justice, qu’il soit banni du royaume et de la joie éternelle.  Et tous ceux qui étaient en purgatoire dirent : Les douleurs que nous endurons, quelques amères qu’elles soient, ne peuvent vous punir de vos péchés, car vous méritez de souffrir de plus grandes peines : Partant, vous serez séparé de nous.
Alors celui qui devait être jugé criait d’une voix horrible, disant : Malheur ! Malheur à la semence dont j’ai été engendré et formé ! Après, il disait : Malheureuse soit l’heure où mon âme a été unie à mon corps ! Maudit soit celui qui m’a donné le corps et l’âme ! En troisième lieu, il criait et disait : Maudite soit l’heure où je suis sorti vivant du ventre de ma mère !
Alors sortirent de l’enfer trois voix qui disaient : Venez à moi, âme maudite, entrez dans la mort éternelle et dans la douleur sans fin.  Ensuite une autre voix horrible, épouvantable, s’entendit, criant: Venez, ô âme vide de bien ! Livrez-vous à notre malice, car il n’y aura aucun de nous qui ne vous replisse de la fureur de sa malice et de sa peine. En troisième lieu, cette voix disait : Venez, ô âme maudite ! Lourde comme une pierre qui s’enfonce toujours et ne trouve jamais le fond où elle puisse reposer : de même, vous descendrez en un lieu plus profond et plus horrible que le nôtre, afin que vous ne puissiez-vous arrêter avant d’arriver à l’abîme profond et épouvantable. 
Et alors Notre-Seigneur lui dit : Je fais comme un homme qui a plusieurs femmes : voyant la chute de l’une, il se tourne vers les autres et se réjouit avec elles : de même, je détourne de lui ma face et ma miséricorde infinie, et je regarde d’un oeil favorable mes serviteurs et me réjouis avec eux Partant, quand vous entendez la chute funeste et la misère déplorable de celui-ci, servez-moi aussi sincèrement que je vous ai fait plus de miséricorde.  Fuyez le monde impur et son insatiable concupiscence. 
N’ai-je pas enduré une passion amère et anéantissante pour la gloire du monde ? Ne pouvais-je pas le racheter avec moins de douleur ?
Oui, vraiment.  Mais la rigueur de la justice l’exigeait de la sorte : car comme l’homme avait péché par tous ses membres, aussi fallait-il satisfaire pour tous.  Pour cela, la Divinité, compatissant à l’homme, brûla d’une si grande charité et d’un si grand amour envers la Vierge sainte, qu’elle prit d’elle la nature humaine en laquelle Notre-Seigneur porta toute la peine que l’homme devait supporter.
Donc, si, pour l’amour de vous, je supporte votre peine, demeurez, comme mes vrais et fidèles serviteurs demeurent, en humilité, afin que vous n’ayez honte de rien ni ne craigniez rien que moi.
Gardez-vous tellement de parler, que, si vous saviez que ce fût ma volonté, vous ne voudriez jamais parler.  Ne vous attristez pas pour les choses temporelles, car elles sont périssables, puisque je puis enrichir et appauvrir celui que je voudrai. 
Partant, ô mon épouse ! Mettez en moi toute votre espérance.

Source : http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/SainteBrigitte/L1ch1a27.htm

https://myriamiralasource.wordpress.com/2016/05/23/enseignements-de-jesus-et-marie-a-sainte-brigitte-lannonciation-les-souffrances-inexprimables-de-jesus-sa-misericorde-ainsi-que-sa-justice/



Niciun comentariu:

Trimiteți un comentariu