Stela Moraru-Pavel, Mihaela-Victoria Munteanu, Olivia-Maria Marcov iunie 2009, USH, Drept

Stela Moraru-Pavel, Mihaela-Victoria Munteanu, Olivia-Maria Marcov iunie 2009, USH, Drept

Petrutu Crãciunas anii 1976 la Marea Mediterana Algeria

Petrutu Crãciunas anii 1976 la Marea Mediterana Algeria

Clasa 9-12 V 1982-1986 in 7 iulie 2006 liceul N Balcescu Bucuresti, Romania

Clasa 9-12 V 1982-1986 in 7 iulie 2006 liceul N Balcescu Bucuresti, Romania

Clasa 12 V Colegiul National Sf Sava promotia 1986

Clasa 12 V Colegiul National Sf Sava promotia 1986

Jésus-Christ, Jezu Ufam Tobie, Isuse mã încred in tine

Jésus-Christ, Jezu Ufam Tobie, Isuse mã încred in tine

Iulia Motoc Bucharest Romania CEDO

Iulia Motoc Bucharest Romania CEDO

Iulia Motoc Patriarhie, Turnul Clopotnita din 1698, 8 septembrie 2013

Iulia Motoc Patriarhie, Turnul Clopotnita din 1698, 8 septembrie 2013

Petrutu, prietenul meu din copilaria, Aurora si Tutzu (Petru) Craciunas parintii lui (Algeria)

Petrutu, prietenul meu din copilaria, Aurora si Tutzu (Petru) Craciunas parintii lui (Algeria)

Sr Dominique, Renée, Olivia, Corina R., Anca, Victoria si Iudit (Ungaria), Ruxandra, Monica ...

Sr Dominique, Renée, Olivia, Corina R., Anca, Victoria si Iudit (Ungaria), Ruxandra, Monica ...

Petrutu Crãciunas si Stephanie White Mountain

Petrutu Crãciunas si Stephanie White Mountain

Sr. Georges, Renée, Marie-Lucie, Suzanne, Octavie, Dominique, RDC Constantine

Sr. Georges, Renée, Marie-Lucie, Suzanne, Octavie, Dominique, RDC Constantine

Olivia Maria Marcov si Corina Resl Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine

Olivia Maria Marcov si Corina Resl Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine

Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine Algeria 1972 1976

Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine Algeria 1972 1976

Mihai Miriunis, Laura Simion, Mihai-Ionut Taciu colegii mei de facultate

Mihai Miriunis, Laura Simion, Mihai-Ionut Taciu colegii mei de facultate

Peter-Jacob Hehn Petrutu's friend Canada

Peter-Jacob Hehn Petrutu's friend Canada

Prof.dr.Dorel Zugravescu, ing.J.-B.Deloly, Olivia Maria Marcov, prof.dr.Ieronim Mihaila

Prof.dr.Dorel Zugravescu, ing.J.-B.Deloly, Olivia Maria Marcov, prof.dr.Ieronim Mihaila

Iulia Motoc 15 august 2013

Iulia Motoc 15 august 2013

Laura Simion, colega mea de la Drept, USH, Bucharest

Laura Simion, colega mea de la Drept, USH, Bucharest

Prof.dr.NIcolae Marcov ( father ) si prof.Udriste

Prof.dr.NIcolae Marcov ( father ) si prof.Udriste

Prof.dr.Florin Munteanu si Leon Zagrean

Prof.dr.Florin Munteanu si Leon Zagrean

Prof.dr.Ieronim Mihaila, ing.J.-B.Deloly AIRAMA, Olivia Marcov

Prof.dr.Ieronim Mihaila, ing.J.-B.Deloly AIRAMA, Olivia Marcov

Jesus-Christ

Jesus-Christ

Tatal meu Nicolae Marcov, Revedere colegi liceu Gh.Sincai, promotia 1959, in 31/oct./2013

Tatal meu Nicolae Marcov, Revedere colegi liceu Gh.Sincai, promotia 1959, in 31/oct./2013

Olivia Maria N. Marcov, august 2006, Bucuresti

Olivia Maria N. Marcov, august 2006, Bucuresti

Sorin Tilie, Silviu Marcov, Olivia Maria Marcov, septembrie 2003 Bucuresti

Sorin Tilie, Silviu Marcov, Olivia Maria Marcov, septembrie 2003 Bucuresti

Olivia Maria Marcov, Alexandra Georgescu, Adrian Pafa, Bianca Eftimie, aug.2009, Bucharest

Olivia Maria Marcov, Alexandra Georgescu, Adrian Pafa, Bianca Eftimie, aug.2009, Bucharest

Stéphanie Crãciunas Peter Hehn and Stéphanie's cousin, Canada

Stéphanie Crãciunas Peter Hehn and Stéphanie's cousin, Canada

Maica Domnului cu pruncul, Rugaciune la aprinderea candelei

Maica Domnului cu pruncul, Rugaciune la aprinderea candelei

Mission to Magadan Sister Miriam praying the rosary June 24 2014

Mission to Magadan Sister Miriam praying the rosary June 24 2014

The Catholic Parish of the Sacred Heart of Jesus, Constantine Algeria 1972 1976

The Catholic Parish of the Sacred Heart of Jesus, Constantine Algeria 1972 1976

Laura Adriana Bucharest Romania July 2009

Laura Adriana Bucharest Romania July  2009

Olivia Maria Marcov December 2007 Bucharest Romania Cristi s Birthday

Olivia Maria Marcov December 2007 Bucharest Romania Cristi s Birthday

Olivia Maria Marcov si Laura Gabriela Cristea in Aparatorii Patriei anul IV 2008 2009

Olivia Maria Marcov si Laura Gabriela Cristea in Aparatorii Patriei anul IV 2008 2009

Fr Michael Shields Bronislava s gulag number Anchorage USA 2014

Fr Michael Shields Bronislava s gulag number Anchorage USA 2014

Liliana Iacob Barna 8 martie 2014 Bucuresti Romania

Liliana Iacob Barna 8 martie 2014 Bucuresti Romania

Olivia Marcov Liliana Iacob Gratiela Andreescu 20 August 1979 Bucharest Romania

Olivia Marcov Liliana Iacob Gratiela Andreescu 20 August 1979 Bucharest Romania

Liliana Iacob and Gratiela Andreescu Italy Bucharest Romania

Liliana Iacob and Gratiela Andreescu Italy Bucharest Romania

Peter Jacob Hehn Petrutu's friend CANADA

Peter Jacob Hehn Petrutu's friend CANADA

Mission to Magadan Fr Michael Shields Children Saturday Club April 29 2014

Mission to Magadan Fr Michael Shields Children Saturday Club April 29 2014

Professor Nicolae Marcov at the Faculty of Matehmatics str Academiei 14 Bucharest Spiru Haret amph

Professor Nicolae Marcov at the Faculty of Matehmatics str Academiei 14 Bucharest Spiru Haret amph

Professor Nicolae Marcov Faculty of Mathematics 14 str Academiei sector 3 Bucharest

Professor Nicolae Marcov Faculty of Mathematics 14 str Academiei sector 3 Bucharest

Iulia Motoc ORTA ITALY September October 5 2014 Romania

Iulia Motoc ORTA ITALY September October 5 2014 Romania

Iulia Motoc Clasa I 1973 Romania

Iulia Motoc Clasa I 1973 Romania

Professor Ieronim Mihaila Faculty of Mathematics Str Academiei 14 3rd floor Bucharest 2007

Professor Ieronim Mihaila Faculty of Mathematics Str Academiei 14 3rd floor Bucharest 2007

Olivia Maria Marcov Andrei Dobrescu 12 V 30 Martie 2007 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov Andrei Dobrescu 12 V 30 Martie 2007 Bucharest Romania

Iulia Motoc Isla Bella September October 5 2014 Romania

Iulia Motoc Isla Bella September October 5 2014 Romania

Olivia Maria Marcov 1968 1969 in Str Sebastian Bucharest Romania la bunica mea Jeana Mardale

Olivia Maria Marcov 1968 1969 in Str Sebastian Bucharest Romania la bunica mea Jeana Mardale

Olivia Maria Marcov JB Deloly AIRAMA July 20 2012 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov JB Deloly AIRAMA July 20 2012 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 School Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 School Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 Bucharest Romania

Olivia Maria, Nicolae, Magdalena, Silviu Marcov, Maria, Irina Craciunas in 1980 Bucharest sector 6

Olivia Maria, Nicolae, Magdalena, Silviu Marcov, Maria, Irina Craciunas in 1980 Bucharest sector 6

Magdalena Marcov my mother and aunt Stefania Sestocenco Bucharest '60

Magdalena Marcov my mother and aunt Stefania Sestocenco Bucharest '60

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciunas' Birthday May 17 1982 Bucharest Romania

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciunas' Birthday May 17 1982 Bucharest Romania

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciuns'Birthday May 17, 1982, 2 years old, Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciuns'Birthday May 17, 1982, 2 years old, Bucharest

Olivia Maria Marcov Irina Craciunas Silviu Marcov January 1, 1983 Bucharest

Olivia Maria Marcov Irina Craciunas Silviu Marcov January 1, 1983 Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr.Craciunas, Irina's Birthday, May 17, 1985 Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr.Craciunas, Irina's Birthday, May 17, 1985 Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr., Irina Craciunas' Birthday, May 17, 1985, Bucharest Romania

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr., Irina Craciunas' Birthday, May 17, 1985, Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov in 1969 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov in 1969 Bucharest Romania

Mission to Magadan October 29 2014

Mission to Magadan October 29 2014

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus June 4 2014 Magadan Russia USA

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus June 4 2014 Magadan Russia USA

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus Mission to Magadan E News Oct 2014

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus Mission to Magadan E News Oct 2014

The Holy Virgin Mary and the Kremlin Russia December 2014

The Holy Virgin Mary and the Kremlin Russia December 2014

Vladimir Vladimirovich Putin FB page Kremlin Ru En Jan 7 2015

Vladimir Vladimirovich Putin FB page Kremlin Ru En Jan 7 2015

MOSCOW THE CATHEDRAL OF THE IMMACULATE HEART OF MARY ANNA BELOVA

MOSCOW THE CATHEDRAL OF THE IMMACULATE HEART OF MARY ANNA BELOVA

Jesus, The Holy Mother of God Kazanskia by Irina VESELKINA RUSSIA versta-K.ru

Jesus, The Holy Mother of God Kazanskia by Irina VESELKINA RUSSIA versta-K.ru

Vladimir Putin et les enfants orphelins Russie Noel 2014

Vladimir Putin et les enfants orphelins Russie Noel 2014

God and Baby Jesus Ekaterina and Anton Daineko Belarus

God and Baby Jesus Ekaterina and Anton Daineko Belarus

Liliana Iacob Gratiela Andreescu September 2014 Bucharest Romania

Liliana Iacob Gratiela Andreescu September 2014 Bucharest Romania

Gratiela Andreescu Romania Italia

Gratiela Andreescu Romania Italia

Liliana Iacob Barna si Carina Barna 5 iulie 2015 Bucharest Romania

Liliana Iacob Barna si Carina Barna 5 iulie 2015 Bucharest Romania

Vladimir Putin Moscow Russia 2015

Vladimir Putin Moscow Russia 2015

Sr Barbara Hojda Polonia Iunie 2015

Sr Barbara Hojda Polonia Iunie 2015

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015 Pologne

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015 Pologne

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus April 26 2015 Magadan Russia

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus April 26 2015 Magadan Russia

Father Michael Shields of The Heart of Jesus May 21 2015 The Poor Claire Sisters Ireland

Father Michael Shields of The Heart of Jesus  May 21 2015 The Poor Claire Sisters Ireland

Luminita Marina Raileanu psiholog Bucharest Romania July 4 2015

Luminita Marina Raileanu psiholog Bucharest Romania July 4 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13Iulie 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13Iulie 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13 Iulie 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13 Iulie 2015

Vie de Prieres JESUS CHRIST

Vie de Prieres JESUS CHRIST

Olivia Maria Nicolae MARCOV 3 decembrie 2015

Olivia Maria Nicolae MARCOV 3 decembrie 2015

Vladimir Putin, Moscou, Russie, octobre-décembre 2015

Vladimir Putin, Moscou, Russie, octobre-décembre 2015

Irina Vatava Moscalenco la fille de Boris Vatav Ma cousine Chisinau Moldova

Irina Vatava Moscalenco la fille de Boris Vatav Ma cousine  Chisinau Moldova

Tania Trahman la petite fille de Boris Vatav Chisinau Moldova

Tania Trahman la petite fille de Boris Vatav Chisinau Moldova

Natasa la fille aînée de Boris Vatav son mari et Tania Trahman leur fille Chisinau Moldova

Natasa la fille aînée de Boris Vatav son mari et Tania Trahman leur fille Chisinau Moldova

Irina Vatav la fille de Boris Vatav le cousin de mon père de Chisinau Moldova

Irina Vatav la fille de Boris Vatav le cousin de mon père de Chisinau Moldova

Valentina et Boris et Irina Vatav Chisinau Moldova

Valentina et Boris et Irina Vatav Chisinau Moldova

Valentina et Boris Vatav le cousin de mon père Chisinau Moldova 2015

Valentina et Boris Vatav le cousin de mon père Chisinau Moldova 2015

Jesus Christ Iisus Hristos

Jesus Christ Iisus Hristos

NOTRE DAME DE LOURDES PRIEZ POUR NOUS

NOTRE DAME DE LOURDES PRIEZ POUR NOUS

Olivia Maria Marcov 1 Octombrie 2014 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov 1 Octombrie 2014 Bucharest Romania

DUMNEZEU TATAL CERESC SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC ATOTTIITORUL

DUMNEZEU TATAL CERESC SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC ATOTTIITORUL

Olivia Maria MARCOV 5 Ianuarie Janvier 2016 Bucharest Romania

Olivia Maria MARCOV 5 Ianuarie Janvier 2016 Bucharest Romania

Le mot de Jesus Christ Le Verbe Dieu Sfinte Dumnezeule Sfinte Tare Sfinte Fara de Moarte

Le mot de Jesus Christ Le Verbe Dieu Sfinte Dumnezeule Sfinte Tare Sfinte Fara de Moarte

SFANTUL ARHANGHEL MIHAIL CINE E CA DUMNEZEU NIMENI NU E CA DUMNEZEU SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC

SFANTUL ARHANGHEL MIHAIL CINE E CA DUMNEZEU NIMENI NU E CA DUMNEZEU SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC

Jesus Misericordia ISUS CRISTOS SI COROANA DE SPINI PATIMILE

Jesus Misericordia ISUS CRISTOS SI COROANA DE SPINI PATIMILE

Olivia Marcov Bogdan Buzoianu 31 janvier 1976 CONSTANTINE ALGERIE

Olivia Marcov Bogdan Buzoianu 31 janvier 1976 CONSTANTINE ALGERIE

Maica Domnului icoana Sf Ap Luca aici MD Vladimir

Maica Domnului icoana Sf Ap Luca aici MD Vladimir

Saint Padre Pio NOS LARMES AU CIEL

Saint Padre Pio NOS LARMES AU CIEL

Profesor fizica Ion MANEA Olivia Marcov cl 12 V 1986 Liceul N Balcescu Colegiul Sf SAVA Bucuresti

Profesor fizica Ion MANEA Olivia Marcov cl 12 V 1986 Liceul N Balcescu Colegiul Sf SAVA Bucuresti

Olivia Maria Marcov Icône de la Mère de Dieu Salvatrice et Secours des Affligés Bucarest Romania

Olivia Maria Marcov Icône de la Mère de Dieu Salvatrice et Secours des Affligés  Bucarest Romania

Silviu Marcov mon frère fratele meu Bucarest Romania

Silviu Marcov mon frère fratele meu Bucarest Romania

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 la classe 12 V Bucarest Roumanie 2016

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 la classe 12 V Bucarest Roumanie 2016

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 Bucarest Roumanie 2016

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 Bucarest Roumanie 2016

Notification blogspot.com 17 novembre 2016

Notification blogspot.com 17 novembre 2016

Nasterea Domnului La Naissance du Petit Jésus

Nasterea Domnului La Naissance du Petit Jésus

Jésus-Christ

Jésus-Christ

sâmbătă, 4 iunie 2016

Révélation de la Vierge de l’Apocalypse (Révélation) faite à Bruno Cornacchiola et à ses trois enfants(Trois Fontaines »Rome-Italie(1947)*Bruno est protestant adventiste communiste., Myriamir 26 mai 2016

Révélation de la Vierge de l’Apocalypse (Révélation) faite à Bruno Cornacchiola et à ses trois enfants(Trois Fontaines »Rome-Italie(1947)*Bruno est protestant adventiste communiste., Myriamir 26 mai 2016


VIERGE DE L’APOCALYPSE
(Santa Maria della Rivelazione)
« TROIS FONTAINES »
ROME – ITALIE (1947)
Révélation à un protestant adventiste communiste.

Plus qu’un sanctuaire, c’est un espace sacré, entre une grotte et un jardin à l’abri de l’Eur… Jusqu’en 1947, le lieu était peu recommandable, et, justement là, la Vierge est apparue à Bruno Cornacchiola et à ses trois enfants. Bruno Cornacchiola était un protestant adventiste, et il avait l’intention de préparer une conférence contre les privilèges de Marie et d’attenter à la vie du pape. Il se convertit.

L’apparition demande que les fidèles récitent le rosaire pour la conversion des pécheurs et l’unité des croyants.
Le culte public de la Vierge de la Révélation est autorisé.
Le sanctuaire est gardé par les frères mineurs conventuels
Fête : le 12 avril
Les apparitions de Trois fontaines ont été étudiées avec le plus grand soin par les autorités vaticanes et tout spécialement par Pie XII qui a reçu Bruno Cornacchiola plusieurs fois en audiences privées.

Pie XII a aussi voulu personnellement bénir la statue qui devait être placée dans la grotte. Il faut savoir qu’en 1937 la Sainte Vierge était déjà apparue dans cette grotte à une jeune fille qui avait d’exceptionnels dons charismatiques. La Vierge avait alors dit : «Dans dix ans j’apparaîtrai à nouveau dans cette grotte à un incroyant, un ennemi de l’Église et du pape». Cette fille, connue des milieux catholiques romains et du pape lui-même avait communiqué ce qu’elle avait entendu et vu au cardinal Pacelli, alors Secrétaire d’État.

«Je haïssais l’Église, jusqu’au jour où Marie m’appela»


BIOGRAPHIE


Le voyant principal de Tre Fontane, Bruno Cornacchiola, nait le 9 Mai 1913. Il a 33 ans au moment de l’apparition, le 12 avril 1947.

Il est issu d’une famille pauvre. Avec ses cinq frères et sœurs, il grandit dans des conditions déplorables. Son père Antonio est presque toujours ivre et ne se soucie pas du tout de sa famille. Sa mère Giuseppa doit subvenir à leurs besoins en travaillant en dehors de la maison. Elle ne peut pas donner à ses enfants l’attention et l’amour dont ils ont besoin. Bruno, solidement bâti et doté d’un esprit ouvert, est souvent battu par son père. Un soir, il décide de ne pas rentrer chez lui. Il dort dans la rue.
 

Alors qu’il passe la nuit dans les environs, il est abordé à l’aube par uneparoissienne, qui, à l’insu de ses parents, le prépare à la première Communion. Un prêtre qui s’occupe de jeunes ex-détenus, recueille ses confidences, lui administre la première Communion, la Confirmation, et lui offre le livre «La sagesse éternelle» et un chapelet. Il lui dit aussi de pardonner à sa mère les nombreuses fois où il a été battu et insulté et de lui demander pardon pour la fois où, lui cassant un doigt, elle dû aller à l’hôpital.
En revenant de sa première communion, il lui exprime son pardon. Mais sa mère lui hurle :
– Tu continues de penser à ça ?
Après qu’elle lui ait donné un coup de pied, il jette le livre et le chapelet par la fenêtre et courre à la gare. Sans billet, il part se cacher dans un train sous le siège du conducteur.
Cette histoire marquera symboliquement la façon dont il vivra les prochaines années de sa vie.
Après son service militaire, à l’âge de 23 ans, il épouse Iolanda Lo Gatto, et pour gagner sa vie, il s’engage aux côtés des nationalistes dans la guerre civile espagnole, bien qu’il soit plus proche du communisme.
Une fois en Espagne, il est influencé par un ami protestant allemand qui, empoisonnant son esprit, fit naître en lui une haine satanique à l’encontre de l’Église et du pape et réussit à le convaincre que la papauté est la cause de tous les maux du monde. Bruno en conçoit une haine pour l’Église. Sa vie fut, à partir de cette rencontre, essentiellement marquée par la haine. Il se jure de tuer le pape. Il voulait, disait-il, débarrasser le monde d’un tyran.
Dans ce but, il achète un poignard à Tolède où il fait graver sur le manche :

«Mort au Pape»


A son retour, l’apostat n’a qu’une idée : détruire l’Église, en retournant l’Écriture contre elle-même, et voulant jusqu’à poignarder le Saint-Père. Il met aussitôt son programme en action. Devenu conducteur de bus, un jour, il fait trébucher un prêtre, qui doit être hospitalisé.
Baptiste, puis adventiste, il se fait propagandiste passionné, ouvrant un centre pour les jeunes, et veut convertir de force sa femme au protestantisme. Bien qu’il ait d’elle deux autres enfants, il la menace à cause de sa fidélité à sa foi, et se met à la frapper de plus en plus violemment, sous les yeux éplorés des petits.
Après avoir détruit les images pieuses de la maison, il en arrive à la Madone de Pompéi, qu’il blasphème :
– Non, supplie la pauvre femme, ne fais pas ça, je l’ai tant priée pour que tu reviennes sain et sauf d’Espagne !
– Je fais ce que je veux !, rétorque le mari. Et dans sa haine diabolique, il brûle non seulement l’icône, mais arrache le crucifix de leur chambre, le brise et le jette aux ordures.
Elle fait une dernière tentative : une neuvaine des premiers vendredis du mois, qui échoue — apparemment — et elle suit son époux, par amour, pour ne pas briser le ménage et sauver les enfants, interdits de catéchisme.
De 1939 à 1947, il travaille comme conducteur de tramway à Rome. Pendant cette période, ils ont trois enfants, deux garçons, Carlo, âgé de sept ans, Gianfranco, quatre ans, et une fille, Isola, âgée de dix ans. Malheureusement, sa violence physique contre son épouse continue, la mettant, elle et ses enfants, dans une grande détresse. Pendant cette période, il est un communiste convaincu qui a toujours l’intention de tuer le pape.

DÉTAIL DE L’APPARITION


C’était en 1947, le 12 avril, un samedi. Le soleil de l’après-midi fait des ricochets à travers le feuillage des eucalyptus sur cette place ombreuse qui sert de parvis à l’abbaye des Trappistes, au lieu-dit des «Trois Fontaines», à Rome. La nature tressaille en éclats de bourgeons après cette période hivernale. C’est la veille de Quasimodo.Le paysage avoisinant se présente en une pittoresque et harmonieuse fusion d’aspects divers : vastes étendues réservées aux troupeaux, champs exposés au soleil, zones couvertes de maquis impénétrables, d’où émergent çà et là des terrains découverts et rocheux.
Arrivé avec ses trois enfants, Bruno Cornacchiola s’assied sur un bout de mur à l’orée du petit bois.

Il pense :
«C’est justement un endroit qui me va !»
Le but initialement choisi pour sa promenade était, en réalité, la plage d’Ostie, mais au moment où il atteignait la station avec les enfants, le train était déjà parti. Alors, n’ayant aucune envie de rester là plus d’une heure à attendre le prochain train, il s’était dirigé vers ces parages.

Au bout d’un moment, il appelle les enfants qui s’étaient éloignés :
«Gianfranco, Carlo, Isola, vous pouvez jouer à la balle, mais ne vous éloignez pas trop. Moi, je reste ici pour réfléchir et écrire sur le sujet que je me suis donné»
Et voilà les enfants partis avec des cris de joie, se faufilant entre les arbres qui les cachent par instants.

Le sujet que l’homme, devenu protestant, est sur le point de développer, est un article dirigé contre la Vierge Marie. L’article doit être violent et arrogant, tout en restant convaincant pour le public. Il avait emmené un porte-documents et une Bible. La feuille se couvre tout de suite des premiers jets de venin où grouillent surtout des négations, entre autres celles des privilèges que Dieu a voulu accorder à sa Mère.

«Elle n’est pas vierge, elle n’est pas immaculée, elle n’est pas montée au ciel…»
 Dans l’intervalle, des voix l’interpellent. Celle des enfants qui crient :
«Papa, nous avons perdu la balle, aide-nous à la chercher !»
Il se lève, et comme il a rencontré Carlo, l’aîné, il se joint à lui pour explorer le terrain. Isola s’écarte et cueille des fleurs. Gianfranco va s’asseoir à une certaine distance pour lire une brochure.

RÉCIT DE BRUNO CORNACCHIOLA


«Carlo et moi, nous descendîmes le terrain escarpé qui aboutissait à la via Laurentina, espérant y trouver la balle, mais nous ne la vîmes pas. Voulant m’assurer que le cadet ne s’était pas éloigné de l’endroit que je lui avais indiqué, je l’appelai et il me répondit. Mais à un moment donné, je ne l’entendis plus et j’eus beau élever la voix, je n’obtins aucune réponse.
Pris de soucis, je remontai la pente vers les buissons proches de la grotte où j’avais laissé Gianfranco, mais je ne le vis pas. Aussi, criai-je encore plus fort : Gianfranco, où es-tu ? En vain. Avec une préoccupation croissante, je fouillai fébrilement les buissons et les roches et je finis par trouver l’enfant agenouillé à l’entrée d’une grotte, sur la gauche pour qui la regarde. Il avait les mains jointes comme s’il priait, et il regardait vers l’intérieur avec une vive attention, souriant et balbutiant quelque chose. Je m’approchai encore un peu et je l’entendis distinctement :
– Belle Dame!… Belle Dame !…
– Qu’est-ce que tu dis, Gianfranco ? Lui demandai-je.
– Que fais-tu ? …
Je croyais qu’il s’agissait d’un jeu d’enfants, puisque personne chez nous ne lui avait enseigné, à lui qui n’était pas baptisé, cette attitude de prière. Alors j’appelai :
 «Isola, descends, explique-moi quelque chose !»
Elle m’obéit et…
– Qu’y a-t-il là-dedans ? Demandai-je. Et toi, tu ne vois rien ?
 Non papa, répondit-elle, et en même temps, elle aussi tomba à genoux à la droite de son petit frère. Les fleurs lui tombèrent des mains, alors que son regard se fixait sur l’intérieur de la grotte.

Elle aussi balbutiait à mi-voix :
– Belle Dame!… Belle Dame !…
Moi, au comble de l’énervement, continue Bruno Cornacchiola, je me demandais quel pouvait être le motif de cette étrange conduite de mes enfants qui, à genoux, regardaient avec enchantement vers l’intérieur de la caverne, en répétant les mêmes mots.
J’eus l’idée d’appeler Carlo, toujours en train de chercher la balle et…
 Toi aussi, viens ici et explique-moi ce que font tes frères et soeur dans cette étrange position…
C’est peut-être vous qui avez préparé ce jeu ?
– Mais qu’est-ce que tu racontes, me fit-il observer, de quel jeu parles-tu ? …Je ne le connais pas, et je ne sais pas y jouer !

Ces mots à peine dits, Carlo tomba à genoux à son tour, à la droite d’Isola, les mains jointes et les yeux fixés vers un point qui le fascinait à l’intérieur de la grotte, en répétant les mêmes mots :
«Belle Dame!»
– C’en est trop !, m’écriai-je, toi aussi tu te moques de moi !
Je n’en pouvais plus et je lui commandai :
– Carlo, sors de là !
 Et, comme il ne bougeait pas, je cherchai à le soulever, mais je n’y parvins pas. On aurait dit du plomb. Alors, je pris peur. En tremblant, je m’approchai de la petite :
 Isola, l’invitai-je, lève-toi, ne fais pas comme Carlo !
Elle ne répondit pas. J’essayai de la déplacer mais je n’y arrivai pas. Ce que je vis me remplit de terreur : cette dilatation des pupilles de mes enfants en extase et la pâleur de leurs visages. Alors j’embrassai le cadet et lui dis :
 Allons ! Lève-toi ! Est-ce possible que mes bras soient sans forces ? Et à ce moment, je m’exclamai :
– Mais qu’est-ce qui se passe ici ? Y aurait-il dans cette grotte des sorcières ou quelque diable ?
Puis, instinctivement, je criai :
– Qui que tu sois, même un curé, sors d’ici ! Et je pénétrai dans l’antre, bien décidé à cogner sur l’étrange personnage, mais la grotte était vide. Or, c’était, écrit le P. Milana, l’heure de la revanche maternelle de Marie, prise de compassion à l’égard de ce fils si dévoyé.

A peu de distance de cet endroit, au pied de la colline s’élève la basilique Saint-Paul. C’est en ce lieu que Paul, le persécuteur des chrétiens sous le nom de Saul, devenu l’apôtre des nations après l’apparition du Christ, fut martyrisé sous Néron. Sa tête tranchée par l’épée et tombée à terre, fit trois rebonds et fit sourdre miraculeusement trois sources d’eau. Voilà pourquoi le lieu-dit fut appelé «Trois sources ou Trois Fontaines».

Bruno Cornacchiola, un autre persécuteur de l’Église, arrivé dans le voisinage de l’endroit où l’apôtre avait été martyrisé, allait être appelé à devenir un défenseur de l’Évangile, par Marie, la Mère qu’il s’apprêtait à insulter, le jour consacré à Elle, le samedi de l’octave de Pâques. Encore un dessein mystérieux de l’Amour divin ! Un jour viendra, et on peut même dire qu’il est venu, où une foule de croyants accourra ici de partout, présentant, par l’ardeur des supplications et la solennité des cantiques, l’image fidèle d’une communauté en route vers le Père.

Agité comme jamais, Bruno Cornacchiola entre dans la grotte, située au niveau du sol, pour découvrir qui pouvait bien exercer cette mystérieuse attraction sur ses enfants. Et à sa grande surprise pourtant, il ne trouve que la roche nue et blanchâtre.
Il sort, en proie au désespoir, et sanglotant, il lève les bras et les yeux vers le ciel et crie : «Mon Dieu, sois notre Sauveur! »
Plus tard, il précise :
«Et voici que je vis inopinément deux mains toutes blanches en mouvement vers moi et les sentis m’effleurer le visage. J’eus la sensation qu’on m’arrachait quelque chose des yeux. J’éprouvai en cet instant une douleur certaine et je restais dans l’obscurité la plus profonde…»
Mais, peu à peu, le noir s’atténua et laissa filtrer une légère lumière qui grandit et s’intensifia au point d’illuminer toute la grotte. Et Bruno Cornacchiola continue :
«A ce moment-là, je ne voyais plus ni la cavité, ni ce qu’elle pouvait contenir, mais je fus saisi d’une joie extraordinaire»
En cet instant de mystérieux désarroi qui le soulève de terre vers les merveilleux parvis de l’éternité, en son point le plus lumineux, il est ravi par la vision d’un visage juvénile de femme, enveloppé dans la splendeur d’une lumière dorée, régulière et doucement statique.

Bruno la fixe avec une soudaine passion, vaincu par la fascination d’une telle beauté, attiré par cette lumière qui, malgré toute l’intensité qu’elle irradie, ne lui fait pas mal aux yeux, mais l’inonde d’une douceur surhumaine. Encore inconscient de tout ce qui se passe, il ignore que ses pupilles de pauvre mortel sont sur le point de voir la Reine du Ciel qui l’avait choisi, précisément lui, pour transmettre aux hommes un message de prière et de pénitence.

Elle est vêtue d’une tunique incomparablement blanche et lumineuse, serrée aux hanches par une ceinture d’étoffe rose dont les deux extrémités descendent à la hauteur des genoux. Elle a des cheveux noirs et ressortant un peu du voile vert-des-prés qui la recouvre des épaules jusqu’aux pieds, avec la noblesse d’un manteau royal.

Au bas de la robe apparaissent les pieds, nus et virginaux, posés sur un bloc de tuf également environné de lumière. Dans sa main droite elle tient contre sa poitrine un livre de couleur grise sur lequel elle pose l’autre main.

La vision a déjà créé un enivrant état d’extase dans l’esprit étonné de Bruno,mais c’est surtout le visage admirable de cette créature qui fascine les yeux et le coeur.
C’est, pourrait-on dire, un visage sur lequel brille en une merveilleuse harmonie la fusion de toutes les beautés de la vie humaine : l’innocente candeur de l’enfance, le charme et la grâce de la virginité, la gravité majestueuse de la sublime maternité.
Et c’est bien ce qu’en dira plus tard Bruno Cornacchiola :
«Celui qui a éprouvé cette exceptionnelle joie de contempler une si céleste beauté ne peut plus qu’aspirer à la mort pour pouvoir jouir à jamais d’un si grand bonheur …»
Ce visage, même sous ses traits humains, semble consister en une lumière rayonnante de sagesse infinie et de vertu sans limites.

Et dans sa description, le voyant continue :
«Je vis que la belle Dame bougeait lentement la main gauche pour montrer quelque chose qui se trouvait à ses pieds. Je regardai et vis, à terre, un drap noir avec une croix brisée»
Bruno Cornacchiola pensa plus tard que ce drap noir, semblable à un vêtement déchiré, et la croix brisée, constituaient un symbole de l’habit religieux souvent abandonné avec tout autre signe distinctif par de nombreux prêtres et religieux.
«Ma première impulsion, observa-t-il encore, fut de lancer un cri, mais ma voix s’éteignit dans ma gorge»
Et voici que l’apparition, faisant le geste d’offrir le livre qu’elle tenait en main, dit d’un ton ineffablement doux :

«Je suis Celle qui est dans la divine Trinité. Je suis la VIERGE DE L’APOCALYPSE. Tu me persécutes ; arrête maintenant ! Entre dans le troupeau élu, cour céleste sur la Terre. La promesse de Dieu est, et reste immuable : les neuf vendredis du Sacré-Cœur que tu as observés pour faire plaisir à ta fidèle épouse avant de suivre le chemin de l’erreur t’ont sauvé !»
 A ces mots, Bruno en a le souffle coupé et, après l’effarouchement du début, il est inondé d’une félicité qui n’est pas d’ici-bas. Entre temps, l’espace ambiant s’inonde d’un parfum mystérieux et indéfinissable qui annihile les odeurs nauséabondes provenant du sol.

Après s’être ainsi présentée, la céleste Dame tient un discours prolongé à ce fils qui va retourner à Dieu, discours dont une partie s’adresse à lui-même et à tous les fidèles tandis que l’autre comporte un secret pour le Saint-Père.

Puis elle continue :
«Je désire te donner une preuve certaine de la divine réalité de notre rencontre, afin que tu puisses en exclure toute autre motivation, y compris une possible astuce de l’ennemi infernal.
Et ce signe, le voici : quand tu rencontreras un prêtre dans l’église ou en chemin, approche-toi de lui et adresse-lui cette parole :
«Mon Père, j’ai à vous parler !»
S’il te répond : «Ave Maria, que veux-tu, mon fils ?», prie-le de t’écouter, car ce sera celui que j’aurai choisi. Tu lui feras part de ce que ton cœur te dira, et obéis-lui, car il t’indiquera un autre prêtre par ces mots :
«C’est celui qu’il te faut pour ton cas».
Tu te rendras ensuite chez le Saint-Père, le Pasteur suprême de la chrétienté, et tu lui remettras personnellement mon message. Quelqu’un que Je t’indiquerai, te conduira chez le Pape. Parmi ceux qui t’entendront raconter cette vision, il y en aura qui ne te croiront pas, mais ne te laisse pas décourager…»
Puis, sereinement, après avoir montré sa maternelle bienveillance et exprimé son regret de partir, la belle Dame fait demi-tour et, lentement, avec son manteau vert, elle s’éloigne vers Saint-Pierre. Bruno reste là un moment encore, figé dans l’extase…
Le regard miséricordieux de la Vierge s’était abaissé sur sa misère pour devenir son guide, sa force et sa consolation.

Le 12 avril 1947, la Vierge avait confié à Bruno :

«Tu te rendras chez le Saint-Père, le suprême Pasteur de la chrétienté, et tu lui confieras personnellement mon message. Quelqu’un que je t’indiquerai t’y conduira. Il te dira : «Je me sens lié à toi» … »

Ce «quelqu’un» était le deuxième prêtre désigné le 12 avril 1947. C’est lors de la troisième apparition de la Vierge, le 23 mai 1947, que ce consacré désireux de prier à la grotte avec le voyant, et bouleversé par son attitude pendant sa prière et sa vision, lui dit la parole prédite par la Madone :

«Je me sens lié à toi.»
A partir de là, avec l’aide de la sœur du Pape Pie XII, vivement interpellée par les apparitions, Bruno pourra rencontrer le Pontife et lui révéler de la part de Marie la certitude de son Assomption au ciel, dogme que le Pape cherchait à définir devant la chrétienté. En outre, il l’a rencontré le 9 novembre 1949, lors d’une audience accordée aux traminots de Rome. Après la récitation du chapelet dans sa chapelle privée, il voit s’avancer Bruno qui lui dit :
«Très Saint-Père, voici la Bible protestante avec laquelle j’ai «tué» beaucoup d’âmes» ; puis, les larmes dans les yeux : «voilà le poignard, avec l’inscription «mort au Pape», par lequel je projetais de vous tuer! Je viens vous demander pardon

 «En me tuant, tu n’aurais fait que donner un nouveau martyr à l’ »Église, et au Christ une victoire de l’amour ; mon fils, le meilleur pardon est le repentir…»

RETOUR A LA MAISON

Ce retour est le premier aspect du retour total. Il en vaut le récit.
Avant de quitter la grotte, le père inscrit au canif le témoignage de l’apparition :
«Le 12 avril 1947, ici, dans cette grotte, la Vierge de la Révélation est apparue au protestant B. C. et à ses enfants, et il s’est converti.»

La Vierge lui ayant dit que contrairement aux dires des protestants, Jésus est, en conformité avec l’Évangile, réellement présent dans l’Eucharistie -comme l’ange l’a montré à Fatima et le redira plus tard à Akita au Japon, le converti s’arrête à l’église abbatiale voisine et dit aux enfants :
«Prions et adorons le Seigneur».
L’aînée demande :
– Papa, quelle prière faisons-nous ?
– Je ne sais, ma fille
– On dit l’Ave Maria ?
– Mais, je l’ignore !
 Moi je le sais ; je l’ai appris à l’école, en cachette, car tu me défendais d’aller au catéchisme…»
Alors, mot après mot, il réapprend de sa fille l’Ave Maria, en répétant :
«Je vous salue Marie , Pleine de grâce… ».
Il prie et il pleure.
Les enfants ne peuvent garder longtemps le secret et le crient en arrivant à la maison. Yolande est intriguée par le parfum exquis qu’exhale son époux…
«Fais-les manger et coucher, je te raconterai ensuite…»,lui dit-il avec une bonté inaccoutumée. Ceci fait, il la prend par la main avec douceur et lui dit:«Je t’ai appris le refus de l’Eucharistie, etc. Je ne sais ce qui s’est passé, mais je me sens changé.» Ce faisant, il s’agenouille devant elle et lui demande pardon.

La pauvre femme, effarée, lui répond :
«C’est un vrai miracle: tu t’agenouilles devant moi, alors que c’est moi qui le faisais devant toi pour que tu ne me battes plus ?».
Et il lui raconta tout, puis ils restèrent en prière jusqu’à l’aube, remerciant Dieu et Notre-Dame. Grâce à l’amour d’une épouse et à celui de la Mère des foyers, le salut venait d’entrer dans leur maison.
Un théologien dominicain, le Père Cordovani, affirme que le titre de «Vierge de l’Apocalypse» n’est pas seulement nouveau et merveilleux, mais aussi hautement théologique, car il confirme tous les privilèges que l’Église a attribués à Marie depuis des siècles en se fondant sur la Parole révélée. Et d’autre part – c’est Bruno Cornacchiola qui le confirme :
«La Très Sainte Vierge Marie a été pour moi une éducatrice insurpassable qui ne s’est pas contentée de m’installer dans une solide culture catéchistique, mais m’a aidé également à devenir son témoin».
 Ce qui explique pourquoi Elle lui dit, après lui avoir souri doucement en signe de salut : «Tu me persécutes. Arrête maintenant! Entre dans le troupeau élu, cour céleste sur la Terre»
Ce fut donc, pour Bruno, l’indication de l’unique voie de salut, celle dont il s’était écarté : l’Église catholique, apostolique, romaine. Avec l’aide des ministres de cette institution authentique, voulue par le Christ, sa confusion intérieure, de même que tout orgueil et toute obstination devaient tomber et il devait commencer à marcher résolument sur les chemins de la Vérité.

Et, de même que la lumière peut frapper une personne sans la blesser, ou la rosée féconder la terre sans la labourer, cette exceptionnelle apparition lui aura éclairé l’intellect et raffermi la volonté tout en respectant absolument les traits de son propre caractère. Son tempérament si explosif demeurera, mais en se transformant en une fougue avec laquelle il défendra les valeurs de la pastorale évangélique.

Pour achever sa transformation et parvenir à ce stade, il reconnaîtra, avant tout, sa situation de péché, et il s’adressera à Elle, l’Immaculée, qui a vu le terrible visage du mal sur le corps ensanglanté de son Fils au Golgotha, pour obtenir le pardon et la force pour l’avenir.
Voilà pourquoi la Vierge demande avec insistance à tous la prière et invite à la récitation du Saint Rosaire.

«Qu’on prie beaucoup et qu’on récite le Rosaire quotidien pour la conversion des pécheurs, des incrédules et pour l’unité des chrétiens. Les Ave Maria que vous dites avec foi et amour sont autant de flèches d’or qui rejoignent le Cœur de Jésus»

Le Mère de l’Église, espérance et espoir de salut pour le monde entier recommande donc des intentions particulières pour lesquelles il faut prier : la conversion des pécheurs et des incroyants, l’unité des chrétiens.

Il est vrai que toute prière va au Christ, unique Médiateur, mais Marie est fontaine de grâce, parce qu’Elle est la Mère de la grâce divine. Quand un enfant veut embrasser son père, celui-ci peut s’incliner vers lui et le prendre dans ses bras, mais si l’enfant demande à la maman de le soulever jusqu’à la face de son père, l’affection de l’enfant pour son père n’en est pas diminuée pour autant.

Lorsque nous sommes devant Notre-Dame, nous sommes comme des petits auprès de leur mère, et en la priant, nous lui demandons de nous aider à nous approcher de Jésus. Puisque la prière est, dit-on, une arme qui assure toujours la victoire, pourquoi donc ne prierait-on pas pour tous ceux qui sont affligés d’une infirmité spirituelle et pour les frères séparés, afin que l’on arrive un jour à cette unité tant désirée dans une seule et même Église ?

Et voici que, comme récompense pour ceux qui écouteront son message maternel, la Vierge promet des faveurs célestes :

«Avec cette terre de péché, j’opérerai de prodigieux miracles pour la conversion des incroyants»
De même qu’à l’approche des eaux de la piscine de Lourdes, ainsi, au toucher de cette terre, qui a été sanctifiée par la présence de la Mère de Dieu, se produisent des prodiges physiques et moraux.

Mais les plus grands miracles qui ont lieu ici, sont d’ordre spirituel :
«S’il nous était donné, dit le cardinal Gerlier, de fixer sur le papier une partie seulement des sentiments et des résolutions spirituelles que la Sainte Vierge a fait exprimer aux milliers de cœurs qui, en ces quelques années, ont palpité devant la grille de la Grotte du Miracle, nous aurions le mérite d’avoir écrit de belles pages à la gloire de la Mère de Dieu. Mais il est tout aussi bon que les secrets de la grâce restent cachés, enveloppés bien jalousement du silence le plus respectueux»
Dans sa bonté Elle veut aussi révéler son Fils dans les mystères de sa vie intime, liée à l’Auguste Trinité : «Mon corps ne pouvait se décomposer et il ne se décomposa pas. Mon Fils et les anges sont venus me prendre au moment de mon trépas»

Aux Trois Fontaines donc, Notre-Dame fait savourer à l’avance au fils prodigue un message consolant, devançant la promulgation du dogme de son Assomption. Et tandis que le Pape Pie IX reçut de la Grotte de Massabielle, quatre ans après sa proclamation, la plus haute confirmation du dogme de l’Immaculée Conception, c’est quatre ans avant sa définition que le dogme de l’Assomption fut confirmé par la Vierge elle-même à un tramelot romain.
Le corps et l’âme revêtus simultanément de gloire, c’est une plénitude de perfection qu’aucun élu n’a connue sinon Marie.
L’âme sans le corps n’est pas complète dans sa nature humaine. L’élément qui permet à l’être humain d’avoir des rapports normaux avec le monde cosmique et avec les autres êtres humains, c’est le corps.
Par son corps glorieux, Marie, en personne et directement. Est apte à se mettre en contact avec nous et avec le monde. D’où ses fréquentes apparitions et ses nombreuses interventions miraculeuses, extraordinaires certes, mais n’exigeant pas toujours, nécessairement, l’intervention de la puissance créatrice de Dieu pour les réaliser.
En fonction de cette capacité de présence physique, nous reconnaissons que la Vierge est plus proche de nous et qu’en la priant, nous retrouverons aussi en Elle la véracité de ce qu’affirmait Bruno Cornacchiola :

«Qui trouve Marie, trouve Jésus: la Voie, la Vérité, la Vie. Il trouve la vie et la grâce dans l’Église du Salut, le Corps Mystique du Christ, et y trouve aussi la Mère de l’Église»

Source :http://prophetesetmystiques.blogspot.ca/2009/11/ierge-de-lapocalypse-santa-maria-della.html

Sursa :
https://myriamir.wordpress.com/2016/05/26/revelation-de-la-vierge-de-lapocalypse-revelation-faite-a-bruno-cornacchiola-et-a-ses-trois-enfantstrois-fontainesrome-italie1947bruno-est-protestant-adventiste-communiste/


Niciun comentariu:

Trimiteți un comentariu