Stela Moraru-Pavel, Mihaela-Victoria Munteanu, Olivia-Maria Marcov iunie 2009, USH, Drept

Stela Moraru-Pavel, Mihaela-Victoria Munteanu, Olivia-Maria Marcov iunie 2009, USH, Drept

Petrutu Crãciunas anii 1976 la Marea Mediterana Algeria

Petrutu Crãciunas anii 1976 la Marea Mediterana Algeria

Clasa 9-12 V 1982-1986 in 7 iulie 2006 liceul N Balcescu Bucuresti, Romania

Clasa 9-12 V 1982-1986 in 7 iulie 2006 liceul N Balcescu Bucuresti, Romania

Clasa 12 V Colegiul National Sf Sava promotia 1986

Clasa 12 V Colegiul National Sf Sava promotia 1986

Jésus-Christ, Jezu Ufam Tobie, Isuse mã încred in tine

Jésus-Christ, Jezu Ufam Tobie, Isuse mã încred in tine

Iulia Motoc Bucharest Romania CEDO

Iulia Motoc Bucharest Romania CEDO

Iulia Motoc Patriarhie, Turnul Clopotnita din 1698, 8 septembrie 2013

Iulia Motoc Patriarhie, Turnul Clopotnita din 1698, 8 septembrie 2013

Petrutu, prietenul meu din copilaria, Aurora si Tutzu (Petru) Craciunas parintii lui (Algeria)

Petrutu, prietenul meu din copilaria, Aurora si Tutzu (Petru) Craciunas parintii lui (Algeria)

Sr Dominique, Renée, Olivia, Corina R., Anca, Victoria si Iudit (Ungaria), Ruxandra, Monica ...

Sr Dominique, Renée, Olivia, Corina R., Anca, Victoria si Iudit (Ungaria), Ruxandra, Monica ...

Petrutu Crãciunas si Stephanie White Mountain

Petrutu Crãciunas si Stephanie White Mountain

Sr. Georges, Renée, Marie-Lucie, Suzanne, Octavie, Dominique, RDC Constantine

Sr. Georges, Renée, Marie-Lucie, Suzanne, Octavie, Dominique, RDC Constantine

Olivia Maria Marcov si Corina Resl Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine

Olivia Maria Marcov si Corina Resl Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine

Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine Algeria 1972 1976

Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine Algeria 1972 1976

Mihai Miriunis, Laura Simion, Mihai-Ionut Taciu colegii mei de facultate

Mihai Miriunis, Laura Simion, Mihai-Ionut Taciu colegii mei de facultate

Peter-Jacob Hehn Petrutu's friend Canada

Peter-Jacob Hehn Petrutu's friend Canada

Prof.dr.Dorel Zugravescu, ing.J.-B.Deloly, Olivia Maria Marcov, prof.dr.Ieronim Mihaila

Prof.dr.Dorel Zugravescu, ing.J.-B.Deloly, Olivia Maria Marcov, prof.dr.Ieronim Mihaila

Iulia Motoc 15 august 2013

Iulia Motoc 15 august 2013

Laura Simion, colega mea de la Drept, USH, Bucharest

Laura Simion, colega mea de la Drept, USH, Bucharest

Prof.dr.NIcolae Marcov ( father ) si prof.Udriste

Prof.dr.NIcolae Marcov ( father ) si prof.Udriste

Prof.dr.Florin Munteanu si Leon Zagrean

Prof.dr.Florin Munteanu si Leon Zagrean

Prof.dr.Ieronim Mihaila, ing.J.-B.Deloly AIRAMA, Olivia Marcov

Prof.dr.Ieronim Mihaila, ing.J.-B.Deloly AIRAMA, Olivia Marcov

Jesus-Christ

Jesus-Christ

Tatal meu Nicolae Marcov, Revedere colegi liceu Gh.Sincai, promotia 1959, in 31/oct./2013

Tatal meu Nicolae Marcov, Revedere colegi liceu Gh.Sincai, promotia 1959, in 31/oct./2013

Olivia Maria N. Marcov, august 2006, Bucuresti

Olivia Maria N. Marcov, august 2006, Bucuresti

Sorin Tilie, Silviu Marcov, Olivia Maria Marcov, septembrie 2003 Bucuresti

Sorin Tilie, Silviu Marcov, Olivia Maria Marcov, septembrie 2003 Bucuresti

Olivia Maria Marcov, Alexandra Georgescu, Adrian Pafa, Bianca Eftimie, aug.2009, Bucharest

Olivia Maria Marcov, Alexandra Georgescu, Adrian Pafa, Bianca Eftimie, aug.2009, Bucharest

Stéphanie Crãciunas Peter Hehn and Stéphanie's cousin, Canada

Stéphanie Crãciunas Peter Hehn and Stéphanie's cousin, Canada

Maica Domnului cu pruncul, Rugaciune la aprinderea candelei

Maica Domnului cu pruncul, Rugaciune la aprinderea candelei

Mission to Magadan Sister Miriam praying the rosary June 24 2014

Mission to Magadan Sister Miriam praying the rosary June 24 2014

The Catholic Parish of the Sacred Heart of Jesus, Constantine Algeria 1972 1976

The Catholic Parish of the Sacred Heart of Jesus, Constantine Algeria 1972 1976

Laura Adriana Bucharest Romania July 2009

Laura Adriana Bucharest Romania July  2009

Olivia Maria Marcov December 2007 Bucharest Romania Cristi s Birthday

Olivia Maria Marcov December 2007 Bucharest Romania Cristi s Birthday

Olivia Maria Marcov si Laura Gabriela Cristea in Aparatorii Patriei anul IV 2008 2009

Olivia Maria Marcov si Laura Gabriela Cristea in Aparatorii Patriei anul IV 2008 2009

Fr Michael Shields Bronislava s gulag number Anchorage USA 2014

Fr Michael Shields Bronislava s gulag number Anchorage USA 2014

Liliana Iacob Barna 8 martie 2014 Bucuresti Romania

Liliana Iacob Barna 8 martie 2014 Bucuresti Romania

Olivia Marcov Liliana Iacob Gratiela Andreescu 20 August 1979 Bucharest Romania

Olivia Marcov Liliana Iacob Gratiela Andreescu 20 August 1979 Bucharest Romania

Liliana Iacob and Gratiela Andreescu Italy Bucharest Romania

Liliana Iacob and Gratiela Andreescu Italy Bucharest Romania

Peter Jacob Hehn Petrutu's friend CANADA

Peter Jacob Hehn Petrutu's friend CANADA

Mission to Magadan Fr Michael Shields Children Saturday Club April 29 2014

Mission to Magadan Fr Michael Shields Children Saturday Club April 29 2014

Professor Nicolae Marcov at the Faculty of Matehmatics str Academiei 14 Bucharest Spiru Haret amph

Professor Nicolae Marcov at the Faculty of Matehmatics str Academiei 14 Bucharest Spiru Haret amph

Professor Nicolae Marcov Faculty of Mathematics 14 str Academiei sector 3 Bucharest

Professor Nicolae Marcov Faculty of Mathematics 14 str Academiei sector 3 Bucharest

Iulia Motoc ORTA ITALY September October 5 2014 Romania

Iulia Motoc ORTA ITALY September October 5 2014 Romania

Iulia Motoc Clasa I 1973 Romania

Iulia Motoc Clasa I 1973 Romania

Professor Ieronim Mihaila Faculty of Mathematics Str Academiei 14 3rd floor Bucharest 2007

Professor Ieronim Mihaila Faculty of Mathematics Str Academiei 14 3rd floor Bucharest 2007

Olivia Maria Marcov Andrei Dobrescu 12 V 30 Martie 2007 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov Andrei Dobrescu 12 V 30 Martie 2007 Bucharest Romania

Iulia Motoc Isla Bella September October 5 2014 Romania

Iulia Motoc Isla Bella September October 5 2014 Romania

Olivia Maria Marcov 1968 1969 in Str Sebastian Bucharest Romania la bunica mea Jeana Mardale

Olivia Maria Marcov 1968 1969 in Str Sebastian Bucharest Romania la bunica mea Jeana Mardale

Olivia Maria Marcov JB Deloly AIRAMA July 20 2012 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov JB Deloly AIRAMA July 20 2012 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 School Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 School Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 Bucharest Romania

Olivia Maria, Nicolae, Magdalena, Silviu Marcov, Maria, Irina Craciunas in 1980 Bucharest sector 6

Olivia Maria, Nicolae, Magdalena, Silviu Marcov, Maria, Irina Craciunas in 1980 Bucharest sector 6

Magdalena Marcov my mother and aunt Stefania Sestocenco Bucharest '60

Magdalena Marcov my mother and aunt Stefania Sestocenco Bucharest '60

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciunas' Birthday May 17 1982 Bucharest Romania

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciunas' Birthday May 17 1982 Bucharest Romania

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciuns'Birthday May 17, 1982, 2 years old, Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciuns'Birthday May 17, 1982, 2 years old, Bucharest

Olivia Maria Marcov Irina Craciunas Silviu Marcov January 1, 1983 Bucharest

Olivia Maria Marcov Irina Craciunas Silviu Marcov January 1, 1983 Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr.Craciunas, Irina's Birthday, May 17, 1985 Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr.Craciunas, Irina's Birthday, May 17, 1985 Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr., Irina Craciunas' Birthday, May 17, 1985, Bucharest Romania

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr., Irina Craciunas' Birthday, May 17, 1985, Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov in 1969 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov in 1969 Bucharest Romania

Mission to Magadan October 29 2014

Mission to Magadan October 29 2014

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus June 4 2014 Magadan Russia USA

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus June 4 2014 Magadan Russia USA

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus Mission to Magadan E News Oct 2014

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus Mission to Magadan E News Oct 2014

The Holy Virgin Mary and the Kremlin Russia December 2014

The Holy Virgin Mary and the Kremlin Russia December 2014

Vladimir Vladimirovich Putin FB page Kremlin Ru En Jan 7 2015

Vladimir Vladimirovich Putin FB page Kremlin Ru En Jan 7 2015

MOSCOW THE CATHEDRAL OF THE IMMACULATE HEART OF MARY ANNA BELOVA

MOSCOW THE CATHEDRAL OF THE IMMACULATE HEART OF MARY ANNA BELOVA

Jesus, The Holy Mother of God Kazanskia by Irina VESELKINA RUSSIA versta-K.ru

Jesus, The Holy Mother of God Kazanskia by Irina VESELKINA RUSSIA versta-K.ru

Vladimir Putin et les enfants orphelins Russie Noel 2014

Vladimir Putin et les enfants orphelins Russie Noel 2014

God and Baby Jesus Ekaterina and Anton Daineko Belarus

God and Baby Jesus Ekaterina and Anton Daineko Belarus

Liliana Iacob Gratiela Andreescu September 2014 Bucharest Romania

Liliana Iacob Gratiela Andreescu September 2014 Bucharest Romania

Gratiela Andreescu Romania Italia

Gratiela Andreescu Romania Italia

Liliana Iacob Barna si Carina Barna 5 iulie 2015 Bucharest Romania

Liliana Iacob Barna si Carina Barna 5 iulie 2015 Bucharest Romania

Vladimir Putin Moscow Russia 2015

Vladimir Putin Moscow Russia 2015

Sr Barbara Hojda Polonia Iunie 2015

Sr Barbara Hojda Polonia Iunie 2015

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015 Pologne

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015 Pologne

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus April 26 2015 Magadan Russia

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus April 26 2015 Magadan Russia

Father Michael Shields of The Heart of Jesus May 21 2015 The Poor Claire Sisters Ireland

Father Michael Shields of The Heart of Jesus  May 21 2015 The Poor Claire Sisters Ireland

Luminita Marina Raileanu psiholog Bucharest Romania July 4 2015

Luminita Marina Raileanu psiholog Bucharest Romania July 4 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13Iulie 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13Iulie 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13 Iulie 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13 Iulie 2015

Vie de Prieres JESUS CHRIST

Vie de Prieres JESUS CHRIST

Olivia Maria Nicolae MARCOV 3 decembrie 2015

Olivia Maria Nicolae MARCOV 3 decembrie 2015

Vladimir Putin, Moscou, Russie, octobre-décembre 2015

Vladimir Putin, Moscou, Russie, octobre-décembre 2015

Irina Vatava Moscalenco la fille de Boris Vatav Ma cousine Chisinau Moldova

Irina Vatava Moscalenco la fille de Boris Vatav Ma cousine  Chisinau Moldova

Tania Trahman la petite fille de Boris Vatav Chisinau Moldova

Tania Trahman la petite fille de Boris Vatav Chisinau Moldova

Natasa la fille aînée de Boris Vatav son mari et Tania Trahman leur fille Chisinau Moldova

Natasa la fille aînée de Boris Vatav son mari et Tania Trahman leur fille Chisinau Moldova

Irina Vatav la fille de Boris Vatav le cousin de mon père de Chisinau Moldova

Irina Vatav la fille de Boris Vatav le cousin de mon père de Chisinau Moldova

Valentina et Boris et Irina Vatav Chisinau Moldova

Valentina et Boris et Irina Vatav Chisinau Moldova

Valentina et Boris Vatav le cousin de mon père Chisinau Moldova 2015

Valentina et Boris Vatav le cousin de mon père Chisinau Moldova 2015

Jesus Christ Iisus Hristos

Jesus Christ Iisus Hristos

NOTRE DAME DE LOURDES PRIEZ POUR NOUS

NOTRE DAME DE LOURDES PRIEZ POUR NOUS

Olivia Maria Marcov 1 Octombrie 2014 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov 1 Octombrie 2014 Bucharest Romania

DUMNEZEU TATAL CERESC SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC ATOTTIITORUL

DUMNEZEU TATAL CERESC SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC ATOTTIITORUL

Olivia Maria MARCOV 5 Ianuarie Janvier 2016 Bucharest Romania

Olivia Maria MARCOV 5 Ianuarie Janvier 2016 Bucharest Romania

Le mot de Jesus Christ Le Verbe Dieu Sfinte Dumnezeule Sfinte Tare Sfinte Fara de Moarte

Le mot de Jesus Christ Le Verbe Dieu Sfinte Dumnezeule Sfinte Tare Sfinte Fara de Moarte

SFANTUL ARHANGHEL MIHAIL CINE E CA DUMNEZEU NIMENI NU E CA DUMNEZEU SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC

SFANTUL ARHANGHEL MIHAIL CINE E CA DUMNEZEU NIMENI NU E CA DUMNEZEU SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC

Jesus Misericordia ISUS CRISTOS SI COROANA DE SPINI PATIMILE

Jesus Misericordia ISUS CRISTOS SI COROANA DE SPINI PATIMILE

Olivia Marcov Bogdan Buzoianu 31 janvier 1976 CONSTANTINE ALGERIE

Olivia Marcov Bogdan Buzoianu 31 janvier 1976 CONSTANTINE ALGERIE

Maica Domnului icoana Sf Ap Luca aici MD Vladimir

Maica Domnului icoana Sf Ap Luca aici MD Vladimir

Saint Padre Pio NOS LARMES AU CIEL

Saint Padre Pio NOS LARMES AU CIEL

Profesor fizica Ion MANEA Olivia Marcov cl 12 V 1986 Liceul N Balcescu Colegiul Sf SAVA Bucuresti

Profesor fizica Ion MANEA Olivia Marcov cl 12 V 1986 Liceul N Balcescu Colegiul Sf SAVA Bucuresti

Olivia Maria Marcov Icône de la Mère de Dieu Salvatrice et Secours des Affligés Bucarest Romania

Olivia Maria Marcov Icône de la Mère de Dieu Salvatrice et Secours des Affligés  Bucarest Romania

Silviu Marcov mon frère fratele meu Bucarest Romania

Silviu Marcov mon frère fratele meu Bucarest Romania

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 la classe 12 V Bucarest Roumanie 2016

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 la classe 12 V Bucarest Roumanie 2016

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 Bucarest Roumanie 2016

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 Bucarest Roumanie 2016

Notification blogspot.com 17 novembre 2016

Notification blogspot.com 17 novembre 2016

Nasterea Domnului La Naissance du Petit Jésus

Nasterea Domnului La Naissance du Petit Jésus

Jésus-Christ

Jésus-Christ

marți, 10 mai 2016

La Vie Chrétienne chez les Daco-Romains, IIe-VIe siècles, page 5-14, L’Eglise Orthodoxe Roumaine, Monographie-Album, Bucarest, 1987

La Vie Chrétienne chez les Daco-Romains, IIe-VIe siècles, page 5-14, L’Eglise Orthodoxe Roumaine, Monographie-Album, Bucarest, 1987

Aperçu Historique

« Le Saint Apôtre André a prêché l’Evangile du Christ en Scythie Mineure ( la Dobroudja actuelle ) »


Après la descente du Saint-Esprit et la fondation de l’Eglise chrétienne, à la Pentecôte, les Saints Apôtres commencèrent, et leurs disciples continuèrent, l’œuvre de propagation du nouvel enseignement chrétien, suivant que le Sauveur l’avait ordonné avant Son Ascension aux Cieux ( Matthieu, 28, 19 ).
Selon certains témoignages historiques – parmi lesquels une relation due au premier historien ecclésiastique, Eusèbe de Césarée en Palestine ( 340 ) – de même que selon la tradition locale, sur le territoire de la Dobroudja actuelle, qui à l’époque relevait de la province romaine de Mésie, prêcha l’un des apôtres du Christ, à savoir Saint André.
Des toponymes de la Dobroudja et de la rive gauche du Pruth, certaines créations folkloriques locales rendent compte eux aussi de la présence et de la prédication de Saint André dans ces parages.
A la même période, dans la péninsule des Balkans déployèrent leur activité le saint Apôtre Paul et quelques-uns de ses disciples ( cf. Rom.15, 19 ; Tite 3, 2 ; Tim. 4, 10 ).
A partir de la Dobroudja et des territoires sud-danubiens voisins, l’enseignement chrétien a pu être sporadiquement diffusé aussi au Nord du Danube.
Comme on le sait, suite à la conquête de la Dacie de Décébale, en 106, par l’armée romaine de l’empereur Trajan, la plus grande partie du territoire de l’ancien Etat dace fut transformée en province romaine.
D’importantes troupes ( environ 30.000 à 40.000 hommes, soit un dixième du total des troupes romaines ), ainsi qu’un nombre considérable de colons ( « des multitudes infinies de gens », d’après le mot de l’historien Eutrope ) furent amenés dans la nouvelle province, de toutes les parties de l’Empire ( « ex toto orbe romano » - selon le même historien ), mais surtout des provinces romaines sud-danubiennes voisines et du Proche Orient, c’est-à-dire des territoires romanisés et convertis au christianisme depuis déjà quelque temps.
La colonisation devait contribuer à l’affermissement de la domination romaine en Dacie.
En effet, le caractère organisé et massif de la colonisation fit que la population dace autochtone subît puissamment l’influence romaine.
Relativement dans peu de temps, les Daces se romanisèrent en s’appropriant la culture, les us et les coutumes, certaines croyances religieuses et la langue des conquérants.
C’est ainsi qu’à l’époque où les légions et l’administration romaines se retirèrent au Sud du Danube, aux années 271-275, le territoire Nord-Danubien était habité par une population dacique romanisée, ou daco-romaine, parlant une langue latine « populaire ».
Durant la domination romaine en Dacie, 106-271, la religion chrétienne gagna de nouveaux adeptes grâce au contact direct de la population autochtone avec les porteurs de la nouvelle croyance : colons, militaires, marchands, dont un bon nombre étaient venus du Sud du Danube ou du Proche Orient où avaient prêché les Saints Apôtres Paul et Pierre ou d’autres encore, ainsi que leurs disciples.
Le christianisme se heurta cependant à des difficultés nées de sa condition de « religion illicite », jusqu’en 313, lorsque l’empereur Constantin le Grand, par le bien connu « Edit de Mediolanum » ( Milan ), proclama la liberté des cultes.
Après l’évacuation de l’administration et des légions romaines de Dacie ( 271-275 ), des conditions favorables pour la diffusion du christianisme dans l’espace carpato-danubien furent créées.
Le fait que la partie méridionale de la Roumanie actuelle connut de nouveau la domination de l’Empire Romain y contribua lui aussi.
En effet, les liaisons permanentes entre les habitants parlant la même langue sur les deux rives du Danube contribuèrent amplement à la diffusion de l’enseignement chrétien.
Cette assertion est confirmée par les pièces d’archéologie paléochrétienne découvertes jusqu’à ce jour dans les territoires ayant appartenu à l’ancienne province de la Dacie Trajane :
  1. la plaque votive ( donarium ) de Biertan ( département de Sibiu ), portant l’inscription latine « Ego Zenovius votum posui »* ;
  2. la gemme de Potaissa** ( actuellement Turda ), marquée d’une série de symboles chrétiens ;
  3. un fragment de disque découvert à Moigrad ( l’ancien Porolissum, dans le département de Sãlaj ) ;
  4. deux gemmes de Romula ( aujourd’hui Resca ) département de l’Olt ), portant le signe de la croix ;
  5. plusieurs lampes de la même période, etc.,
estimés datant du IVe siècle.

  • *(dessin ) plaque votive ( donarium ) en bronze, formée d’une tabella ansata à l’inscription ajourée : Ego Zenovius votum posui ( Moi, Zenovius, j’ai tenu promesse ) et d’un disque portant le monogramme du Christ ; Biertan, département de Sibiu ( IVe s.) ;
  • ** (dessin ) gemme ( intaglio ) en onyx, à l’inscription IXQYC, trouvée à Potaissa ( IIIe-IVe s.).

C’est là l’indice que des groupes de chrétiens existaient dans les localités respectives dès la fin du IIIe siècle ou le début du siècle suivant.
Un puissant argument parlant de l’ancienneté du christianisme chez les Roumains nous est fourni par les nombreux mots à sens religieux appartenant au fond lexical essentiel de la langue roumaine et étant d’origine latine ( Dumnezeu = Dieu, crestin = chrétien, bisericé = église, sãrbãtoare = fête, pãresimi = quadragésime, duminicã = dimanche, Crãciun = Noël, Florii = Pâques fleuries, Rusalii = Pentecôte, înger = ange, altar = autel, cruce = croix, a boteza = baptiser, a cununa = marier, a cumineca = communier, a se închina = se signer, lege = loi, pãcat = péché, pãrinte = prêtre, pãgân = païen, etc. ).
Ainsi, par exemple, 90 pour cent ( 90% ) des mots de la prière « Notre Père » sont d’origine latine, ce qui signifie qu’elle était déjà connue dès l’époque de la domination romaine en Dacie.
Il en est de même du Symbole de Nicée-Constantinople.
On peut donc conclure que le processus de romanisation était indissolublement lié à celui de christianisation de la population autochtone et des colons romains.
La langue latine et la foi chrétienne, ce sont là les facteurs ayant contribué à l’unification des autochtones et des nouveaux venus en Dacie, ressortissant d’ethnies et de croyances diverses.
Les Martyrologes font état, pour la Dobroudja actuelle ( et surtout aux années 293 et 303-304 ), d’un nombre significatif de victimes tombées durant la persécution déclenchée par l’empereur Dioclétien ( 284-305 ) contre le christianisme qui devait tenir tête à la religion officielle.
En voilà :
  1. à Durostorum, les soldats Pasicrat, Valentin, Marcian et Nicandre, le vétéran Iulius ; il s’y ajoute le militaire Emilianus, martyrisé au temps de Julien l’Apostat, en 362 ;
  2. dans le village d’Ozobia - Quintilien, Maximus et Dadas ;
  3. à Halmyris – le prêtre Epictète et Astion ;
  4. à Tomis – les évêques Ephrem et Tite, ainsi que quelques 60 autres martyrs.
Les fouilles archéologiques de 1971 à Niculitel ( dans le département de Tulcea ), non loin de l’ancien Noviodunum ( Isaccea actuelle ), ont livré une crypte renfermant les reliques de deux autres martyrs dont les noms restent inconnus.
Leur martyre à tous est supposé avoir eu lieu en 303 ou 304.
De la seconde moitié du IVe siècle on connaît le nom de quelques chrétiens ( Nichita, Sava et autres ) martyrisés au Nord du Danube, sur l’ordre de chefs goths.
Le processus d’organisation ecclésiastique des communautés chrétiennes commence comme une conséquence de la multiplication du nombre des adeptes et de l’accroissement de l’influence exercée par la nouvelle croyance dans les rangs des masses.
C’est un phénomène qui peut être saisi aussi sur le territoire de la Roumanie d’aujourd’hui.
Les actes des premiers Conciles œcuméniques, d’autres sources encore nous font voir qu’au début du IVe siècle – peut-être même plus avant cela – dans les provinces romaines sud-danubiennes il y avait plus de quarante sièges diocésains.
Quinze environ de ceux-ci se trouvaient sur la rive droite du Danube, dans la Yougoslavie et la Bulgarie actuelles, à savoir :
  1. Sirmium ( aujourd’hui Mitrovitsa ),
  2. Sigidunum ( Belgrade ),
  3. Viminacium ( Costolats ),
  4. Aquae ( Negotin ),
  5. Ratiaria ( Arcer ),
  6. Œscus ( Gigen ),
  7. Novæ ( Svistov ) ;
  8. Sexanta Prista ( Russe ),
  9. Appiaria ( Riahovo ),
  10. Durostorum ( Silistra ),
  11. Abrittus ( Razgrad ),
  12. Nicopolis ( Nikiup ),
  13. Marcianopolis ( Devnja ),
  14. Odessos ( Varna ).
Il est à supposer que les évêques respectifs organisaient des « missions » au Nord du Danube aussi, en contribuant à la propagation de l’enseignement chrétien par les prêtres, mais surtout par les ainsi nommés « horévêques ».

  • (dessin ) : Inscription funéraire chrétienne, Dobroudja, IVe-VIe.
  • (dessin ) : Le cercueil avec les reliques des quatre martyrs et l’inscription de leurs noms : Zoticos, Attalos, Kamasis et Filippos, découverts à Niculitel, département de Tulcea, IVe-Ve s.
Dans la Scythie Mineure – la Dobroudja de nos jours, province créée à la suite de la réforme administrative de l’empereur Dioclétien ( 297 ), il y avait un siège diocésain à Tomis ( Constanta ).
Les actes martyrologiques font état ici des évêques Evangelicus, Ephrem et Tite, au début du IV siècle.
Un évêque de Tomis aurait probablement pris part au premier Concile œcuménique de Nicée , en 325.
Le premier évêque attesté de façon certaine à Tomis est Vetranion ou Bretanion à l’année 369.
Les successeurs de celui-ci connus par leur noms sont :
  1. Gherontie ( Terentius ), participant au second Concile œcuménique de 381,
  2. Teotim Ier ( 392, 403 ),
  3. Timothée, participant au IIIe Concile œcuménique de 431,
  4. Jean, Alexandre ( 449, 451 ),
  5. Teotim II ( 458 ),
  6. Paternus appelé « episcopus metropolitanus » ( début du VIe siècle ),
  7. Valentinien ( 549, 553 ).
Ceux-ci tous, hommes très cultivés, auteurs d’écrits théologiques, ont pris part aux disputes dogmatiques de l’époque ou aux travaux des cinq premiers Conciles œcuméniques, ou bien des Conciles locaux, à Constantinople.
Au VI siècle, la Scythie Mineure était une « province métropolitaine », son titulaire était devenu métropolite, ayant sous sa juridiction 14 évêchés suffragants dans les villes principales de la province :
  1. Axiopolis,
  2. Capidava,
  3. Carsium,
  4. Troesmis,
  5. Noviodunum,
  6. Ægysus,
  7. Salsovia,
  8. Halmyris,
  9. Tropæum Traiani,
  10. Zaldapa,
  11. Dyonisopolis,
  12. Callatis,
  13. Histria, et
  14. Constantiana.
Ceux-ci, ainsi que Tomis et les évêchés de la rive droite du Danube, étaient tous en liaison directe avec le patriarche de Constantinople ( c’était là la nouvelle capitale de l’Empire ) conformément au principe établi par un Arrêté du quatrième Concile œcuménique de Chalcédoine ( 451 ).
Parmi les quelques théologiens de prestige originaires de la Scythie Mineure nous citons :
  1. Saint Jean Cassien ( env. 360 – env. 435 ), auteur de certains ouvrages, fondateur de deux couvents à Massilia, aujourd’hui Marseille – France, et
  2. Denys le Petit ( env.460 – 545 ) lequel jeta les bases du système chronologique actuel, où les années sont comptées à partir de la naissance du Christ ( « l’ère chrétienne » ou « notre ère » ).
La diffusion massive du christianisme dans le territoire compris entre le Danube et la Mer Noire est également confirmée par les quelque 30 basiliques des IVe-VIe siècles découvertes ici, dont quatre à Tomis, cinq à Tropæum Traiani ( Adamclisi ), cinq à Histria, d’autres à Beroe ( aujourd’hui Piatra Frecãtei ), Trœsmis ( actuellement Iglita-Turcoaia ), Dinogetia ( Garvãn ), Axiopolis ( Hinog, près de Cernavodã ), Constantiana ( aujourd’hui Capul Dolojman ), Callatis ( Mangalia ), Ulmetum ( Pantelimon ), Ibida ( Slava Rusã ), Niculitel, etc.
A ces églises viennent s’ajouter environ 100 inscriptions et de nombreux objets à caractère chrétien ( IVe-VIe siècles ), dont le plus important est le disque en argent doré de l’évêque Paternus de Tomis, refait au début du VIe siècle ( à présent au Musée de l’Ermitage à Leningrad ).
Quant au reste du territoire de la Roumanie, on a découvert les traces d’une église paléochrétienne érigée sur les ruines de l’ancien castrum romain de Slãveni dans le département de l’Olt ( IVe siècle ), les fondations d’une église paléochrétienne bâtie au-dessus des constructions de l’ancien municipium Porolissum ( aujourd’hui Moigrad, dép. de Sãlaj ), ainsi que les fondations de deux basiliques, l’une à Sucidava ( aujourd’hui Celei-Corabia ), présentant nombre d’objets chrétiens et d’inscriptions, et l’autre à Morisena ( actuellement Cenad, dép. de Timis ), les deux datant des IVe-VIe siècle.
Bien que l’on ne dispose pas d’informations quant à l’existence d’évêques au Nord du Danube, c’est-à-dire dans la Dacie Carpatique, on ne saurait toutefois exclure la possibilité d’une telle existence, peut-être à Sucidava ou à Morisena, importants centres chrétiens des IVe-VIe siècles où – comme on l’a vu – ont été mis au jour des fondations de basiliques et des objets paléochrétiens.
Cependant, au Nord du Danube ont pu d’ailleurs déployer leur activité des horévêques ou évêques de village ( hcwra-aV = village ), qui se trouvent attestés aux IIIe-XIe siècles.
Ils habitaient dans des villages et

  • (dessin ) : Lampe en terre cuite – le Christ et les douze apôtres, à l’inscription Pacem meam vo vobis ;
  • (dessin ) : Lampe en bronze découverte à Luciu, département de Ialomita et datant du VIe siècle ;
  • (dessin ) : Encensoir en bronze, Dinogetia, VIe siècle ;
  • (dessin ) : Disque ( plateau ) partiellement doré, découvert par hasard en 1912. Côté intérieur, au centre, un grand chrisme flanqué des lettres A et W, inscrit dans un double cercle incisé qui porte gravée l’inscription latine : È Ex antiquis renovatum est per Paternum, reverendissimum episc(opum) nostrum amen = « (Ce disque) a été refait de (pièces) anciennes, par le soin de Paternus, notre très vénéré évêque, amen ». Le disque est daté des années 491-518 ;
  • Sucidava. Miroir en plomb orné de croix en relief ; première moitié du Ve siècle.

Leur activité se limitait aux missions confiées par des évêques à éparchie, en l’occurence ceux de Tomis ou ceux des villes susmentionnées de la Scythie Mineure.
Dans les territoires nord-danubiens ont pu également œuvrer certains évêques missionnaires connus sous le nom de periodeuti.
Ceux-ci habitaient la cité du siège épiscopal et ne se déplaçaient dans l’éparchie que lorsque leur évêque le leur demandait.
Au VI siècle, les communautés chrétiennes de la rive gauche du Danube entretenaient des rapports avec l’archevêché de Justiniana Prima, créé par l’empereur Justinian ( 527-565 ) en 535 ( sur l’emplacement actuel de la localité Tsaricin Grad en Yougoslavie ).
Comme on le voit, chez les Roumains on ne saurait parler d’une christianisation du peuple à telle ou telle date, d’une conversion en masse, sur l’ordre des dirigeants politiques ou consécutive à l’activité de quelques missionnaires officiels, comme il en fut de certains autres peuples.
Chez les Roumains, le processus de christianisation revêt des traits spécifiques, dans ce sens qu’il a duré quelques siècles, étant le résultat du contact direct de la population autochtone et des colons avec les propagateurs de la nouvelle croyance religieuse, la romanisation et la christianisation allant de pair, en tant que processus parallèles indissolublement liés.
Il nous faut également retenir le fait que l’Eglise protoroumaine – avec ses éparchies – ne s’est jamais trouvée « sous la juridiction de Rome », tel qu’à tort on l’affirme encore et le font jusqu’à des historiens.
Comme on le sait, au cours des trois premiers siècles chaque Eglise locale avait son propre évêque, était pleinement « autocéphale », ne relevant d’aucun autre hiérarque.
Tel fut le cas, par exemple, de Tomis.
La nouvelle organisation administrative du territoire dans l’Empire romain commencée sous Dioclétien ( 297 ) entraîna des conséquences aussi pour l’organisation de l’Eglise.
L’Empire fut alors divisé en quatre préfectures ( Orient, Illyricum, Italia, Gallia ), placées sous l’autorité des préfets, chaque préfecture en diocèses, 12 au total, à la tête desquels se trouvaient des vicaires ( ou exarques ) et chaque diocèse en provinces ( ou éparchies ) au nombre de 101.
L’empereur Constantin le Grand inaugura, en l’an 330, la nouvelle capitale appelée, selon son propre nom, Constantinople.
A la même occasion, le nombre des diocèses passa à 14 et celui des provinces, à 117.
L’Empire romain, dirigé parfois par deux empereurs, dont l’un en Occident ( à Rome ) et l’autre en Orient ( Constantinople ou Sirmium ), était pour autant considéré comme un Etat unitaire.
Ce n’est qu’en 395, après la mort de Théodose le Grand, que l’Empire fut effectivement partagé :
  1. celui d’Orient, ayant pour capitale Constantinople, dont devait se développer « L’Empire byzantin », et
  2. celui d’Occident, avec la capitale à Rome ou à Ravenne, qui sera conquis en 476 par les Hérules.
De la sorte, les provinces dites de « la romanité danubienne » entrèrent dans la composition de l’Empire d’Orient ( en 427-437 même les provinces Pannonia et Noricum, relevant jusqu’ici de l’Empire d’Occident, passèrent à celui d’Orient ).
Cette division administrative-territoriale de l’Etat ne manqua pas, comme nous l’avons déjà dit, d’influencer l’organisation ecclésiastique.
En effet, les Eglises locales se sont orientées, sous ce rapport, d’après l’organisation politique.
C’est ainsi que les évêchés des provinces se sont groupés autour de l’évêque se trouvant dans la capitale du diocèse et qui devint, de cette façon, métropolite ( de metropolis ).
Avec le temps, les métropolites eux-mêmes se placent sous l’autorité d’un exarque dont le siège était dans la capitale du diocèse administratif.
Une fois créée la nouvelle capitale, Constantinople ( 330 ), il fallut que le dirigeant ecclésiastique de l’endroit reçût lui aussi un titre correspondant.
C’est pourquoi, par le troisième Canon du Concile œcuménique de 381, on accorda à l’évêque de Constantinople le primat d’honneur dans l’Orient.
Toutes les provinces de l’Empire d’Orient entrèrent ainsi sous la juridiction du titulaire au siège de Constantinople.
Un Décret de l’empereur Théodose II, datant de l’an 421, établissait par écrit le fait que toutes les provinces de la préfecture d’Illyricum ( faisant partie de l’Empire d’Orient ) passaient sous la dépendance de Constantinople, ce qui serait consacré aussi par le Code  Théodosien de 438.
Le quatrième Concile œcuménique reconnut officiellement la dignité de patriarche dans l’Eglise et établit en même temps l’ordre canonique ( Rome, Constantinople, Alexandrie, Antioche et Jérusalem ).
Par le Canon 28 du même Concile, le siège de Constantinople, « la nouvelle Rome », obtenait la juridiction sur :
  1. le Pont,
  2. l’Asie,
  3. la Thrace et
  4. « les provinces danubiennes ».
C’est ainsi que l’Eglise de nos ancêtres fut placée sous la juridiction du Patriarcat de Constantinople.
L’Eglise roumaine, avec ses fidèles – qui sont pourtant d’origine latine, a toujours été attachée par les liens canoniques, d’organisation et de culte au Patriarcat de Constantinople, c’est-à-dire autant avant, qu’après 1054, l’année de la scission entre « l’Eglise d’Occident » et « l’Eglise d’Orient ».
De cette façon, les Roumains sont restés jusqu’à ce jour, dans le monde entier, le seul peuple d’origine latine, mais de rite orthodoxe.
Autrement dit, le peuple roumain ne relève de Rome que par son origine et par sa langue, alors que du point de vue de la foi, il a été toujours relié seulement au Sud-Est européen, ce qui revient à dire – à l’Orthodoxie.

Extrait du livre : L’Eglise Orthodoxe Roumaine Monographie-Album, pages 5-14, publié(e) avec la Bénédiction de Sa Béatitude TEOCTIST Le Patriarche de l’Eglise Orthodoxe Roumaine, Editions de l’Institut Biblique et de Mission de l’Eglise Orthodoxe Roumaine, Bucarest- 1987.


Niciun comentariu:

Trimiteți un comentariu