Stela Moraru-Pavel, Mihaela-Victoria Munteanu, Olivia-Maria Marcov iunie 2009, USH, Drept

Stela Moraru-Pavel, Mihaela-Victoria Munteanu, Olivia-Maria Marcov iunie 2009, USH, Drept

Petrutu Crãciunas anii 1976 la Marea Mediterana Algeria

Petrutu Crãciunas anii 1976 la Marea Mediterana Algeria

Clasa 9-12 V 1982-1986 in 7 iulie 2006 liceul N Balcescu Bucuresti, Romania

Clasa 9-12 V 1982-1986 in 7 iulie 2006 liceul N Balcescu Bucuresti, Romania

Clasa 12 V Colegiul National Sf Sava promotia 1986

Clasa 12 V Colegiul National Sf Sava promotia 1986

Jésus-Christ, Jezu Ufam Tobie, Isuse mã încred in tine

Jésus-Christ, Jezu Ufam Tobie, Isuse mã încred in tine

Iulia Motoc Bucharest Romania CEDO

Iulia Motoc Bucharest Romania CEDO

Iulia Motoc Patriarhie, Turnul Clopotnita din 1698, 8 septembrie 2013

Iulia Motoc Patriarhie, Turnul Clopotnita din 1698, 8 septembrie 2013

Petrutu, prietenul meu din copilaria, Aurora si Tutzu (Petru) Craciunas parintii lui (Algeria)

Petrutu, prietenul meu din copilaria, Aurora si Tutzu (Petru) Craciunas parintii lui (Algeria)

Sr Dominique, Renée, Olivia, Corina R., Anca, Victoria si Iudit (Ungaria), Ruxandra, Monica ...

Sr Dominique, Renée, Olivia, Corina R., Anca, Victoria si Iudit (Ungaria), Ruxandra, Monica ...

Petrutu Crãciunas si Stephanie White Mountain

Petrutu Crãciunas si Stephanie White Mountain

Sr. Georges, Renée, Marie-Lucie, Suzanne, Octavie, Dominique, RDC Constantine

Sr. Georges, Renée, Marie-Lucie, Suzanne, Octavie, Dominique, RDC Constantine

Olivia Maria Marcov si Corina Resl Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine

Olivia Maria Marcov si Corina Resl Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine

Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine Algeria 1972 1976

Scoala Catolica Doctrina Crestina Constantine Algeria 1972 1976

Mihai Miriunis, Laura Simion, Mihai-Ionut Taciu colegii mei de facultate

Mihai Miriunis, Laura Simion, Mihai-Ionut Taciu colegii mei de facultate

Peter-Jacob Hehn Petrutu's friend Canada

Peter-Jacob Hehn Petrutu's friend Canada

Prof.dr.Dorel Zugravescu, ing.J.-B.Deloly, Olivia Maria Marcov, prof.dr.Ieronim Mihaila

Prof.dr.Dorel Zugravescu, ing.J.-B.Deloly, Olivia Maria Marcov, prof.dr.Ieronim Mihaila

Iulia Motoc 15 august 2013

Iulia Motoc 15 august 2013

Laura Simion, colega mea de la Drept, USH, Bucharest

Laura Simion, colega mea de la Drept, USH, Bucharest

Prof.dr.NIcolae Marcov ( father ) si prof.Udriste

Prof.dr.NIcolae Marcov ( father ) si prof.Udriste

Prof.dr.Florin Munteanu si Leon Zagrean

Prof.dr.Florin Munteanu si Leon Zagrean

Prof.dr.Ieronim Mihaila, ing.J.-B.Deloly AIRAMA, Olivia Marcov

Prof.dr.Ieronim Mihaila, ing.J.-B.Deloly AIRAMA, Olivia Marcov

Jesus-Christ

Jesus-Christ

Tatal meu Nicolae Marcov, Revedere colegi liceu Gh.Sincai, promotia 1959, in 31/oct./2013

Tatal meu Nicolae Marcov, Revedere colegi liceu Gh.Sincai, promotia 1959, in 31/oct./2013

Olivia Maria N. Marcov, august 2006, Bucuresti

Olivia Maria N. Marcov, august 2006, Bucuresti

Sorin Tilie, Silviu Marcov, Olivia Maria Marcov, septembrie 2003 Bucuresti

Sorin Tilie, Silviu Marcov, Olivia Maria Marcov, septembrie 2003 Bucuresti

Olivia Maria Marcov, Alexandra Georgescu, Adrian Pafa, Bianca Eftimie, aug.2009, Bucharest

Olivia Maria Marcov, Alexandra Georgescu, Adrian Pafa, Bianca Eftimie, aug.2009, Bucharest

Stéphanie Crãciunas Peter Hehn and Stéphanie's cousin, Canada

Stéphanie Crãciunas Peter Hehn and Stéphanie's cousin, Canada

Maica Domnului cu pruncul, Rugaciune la aprinderea candelei

Maica Domnului cu pruncul, Rugaciune la aprinderea candelei

Mission to Magadan Sister Miriam praying the rosary June 24 2014

Mission to Magadan Sister Miriam praying the rosary June 24 2014

The Catholic Parish of the Sacred Heart of Jesus, Constantine Algeria 1972 1976

The Catholic Parish of the Sacred Heart of Jesus, Constantine Algeria 1972 1976

Laura Adriana Bucharest Romania July 2009

Laura Adriana Bucharest Romania July  2009

Olivia Maria Marcov December 2007 Bucharest Romania Cristi s Birthday

Olivia Maria Marcov December 2007 Bucharest Romania Cristi s Birthday

Olivia Maria Marcov si Laura Gabriela Cristea in Aparatorii Patriei anul IV 2008 2009

Olivia Maria Marcov si Laura Gabriela Cristea in Aparatorii Patriei anul IV 2008 2009

Fr Michael Shields Bronislava s gulag number Anchorage USA 2014

Fr Michael Shields Bronislava s gulag number Anchorage USA 2014

Liliana Iacob Barna 8 martie 2014 Bucuresti Romania

Liliana Iacob Barna 8 martie 2014 Bucuresti Romania

Olivia Marcov Liliana Iacob Gratiela Andreescu 20 August 1979 Bucharest Romania

Olivia Marcov Liliana Iacob Gratiela Andreescu 20 August 1979 Bucharest Romania

Liliana Iacob and Gratiela Andreescu Italy Bucharest Romania

Liliana Iacob and Gratiela Andreescu Italy Bucharest Romania

Peter Jacob Hehn Petrutu's friend CANADA

Peter Jacob Hehn Petrutu's friend CANADA

Mission to Magadan Fr Michael Shields Children Saturday Club April 29 2014

Mission to Magadan Fr Michael Shields Children Saturday Club April 29 2014

Professor Nicolae Marcov at the Faculty of Matehmatics str Academiei 14 Bucharest Spiru Haret amph

Professor Nicolae Marcov at the Faculty of Matehmatics str Academiei 14 Bucharest Spiru Haret amph

Professor Nicolae Marcov Faculty of Mathematics 14 str Academiei sector 3 Bucharest

Professor Nicolae Marcov Faculty of Mathematics 14 str Academiei sector 3 Bucharest

Iulia Motoc ORTA ITALY September October 5 2014 Romania

Iulia Motoc ORTA ITALY September October 5 2014 Romania

Iulia Motoc Clasa I 1973 Romania

Iulia Motoc Clasa I 1973 Romania

Professor Ieronim Mihaila Faculty of Mathematics Str Academiei 14 3rd floor Bucharest 2007

Professor Ieronim Mihaila Faculty of Mathematics Str Academiei 14 3rd floor Bucharest 2007

Olivia Maria Marcov Andrei Dobrescu 12 V 30 Martie 2007 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov Andrei Dobrescu 12 V 30 Martie 2007 Bucharest Romania

Iulia Motoc Isla Bella September October 5 2014 Romania

Iulia Motoc Isla Bella September October 5 2014 Romania

Olivia Maria Marcov 1968 1969 in Str Sebastian Bucharest Romania la bunica mea Jeana Mardale

Olivia Maria Marcov 1968 1969 in Str Sebastian Bucharest Romania la bunica mea Jeana Mardale

Olivia Maria Marcov JB Deloly AIRAMA July 20 2012 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov JB Deloly AIRAMA July 20 2012 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 School Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 School Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov December 1970 Bucharest Romania

Olivia Maria, Nicolae, Magdalena, Silviu Marcov, Maria, Irina Craciunas in 1980 Bucharest sector 6

Olivia Maria, Nicolae, Magdalena, Silviu Marcov, Maria, Irina Craciunas in 1980 Bucharest sector 6

Magdalena Marcov my mother and aunt Stefania Sestocenco Bucharest '60

Magdalena Marcov my mother and aunt Stefania Sestocenco Bucharest '60

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciunas' Birthday May 17 1982 Bucharest Romania

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciunas' Birthday May 17 1982 Bucharest Romania

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciuns'Birthday May 17, 1982, 2 years old, Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Irina Craciuns'Birthday May 17, 1982, 2 years old, Bucharest

Olivia Maria Marcov Irina Craciunas Silviu Marcov January 1, 1983 Bucharest

Olivia Maria Marcov Irina Craciunas Silviu Marcov January 1, 1983 Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr.Craciunas, Irina's Birthday, May 17, 1985 Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr.Craciunas, Irina's Birthday, May 17, 1985 Bucharest

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr., Irina Craciunas' Birthday, May 17, 1985, Bucharest Romania

Olivia Maria, Silviu Marcov, Silviu Jr., Irina Craciunas' Birthday, May 17, 1985, Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov in 1969 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov in 1969 Bucharest Romania

Mission to Magadan October 29 2014

Mission to Magadan October 29 2014

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus June 4 2014 Magadan Russia USA

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus June 4 2014 Magadan Russia USA

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus Mission to Magadan E News Oct 2014

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus Mission to Magadan E News Oct 2014

The Holy Virgin Mary and the Kremlin Russia December 2014

The Holy Virgin Mary and the Kremlin Russia December 2014

Vladimir Vladimirovich Putin FB page Kremlin Ru En Jan 7 2015

Vladimir Vladimirovich Putin FB page Kremlin Ru En Jan 7 2015

MOSCOW THE CATHEDRAL OF THE IMMACULATE HEART OF MARY ANNA BELOVA

MOSCOW THE CATHEDRAL OF THE IMMACULATE HEART OF MARY ANNA BELOVA

Jesus, The Holy Mother of God Kazanskia by Irina VESELKINA RUSSIA versta-K.ru

Jesus, The Holy Mother of God Kazanskia by Irina VESELKINA RUSSIA versta-K.ru

Vladimir Putin et les enfants orphelins Russie Noel 2014

Vladimir Putin et les enfants orphelins Russie Noel 2014

God and Baby Jesus Ekaterina and Anton Daineko Belarus

God and Baby Jesus Ekaterina and Anton Daineko Belarus

Liliana Iacob Gratiela Andreescu September 2014 Bucharest Romania

Liliana Iacob Gratiela Andreescu September 2014 Bucharest Romania

Gratiela Andreescu Romania Italia

Gratiela Andreescu Romania Italia

Liliana Iacob Barna si Carina Barna 5 iulie 2015 Bucharest Romania

Liliana Iacob Barna si Carina Barna 5 iulie 2015 Bucharest Romania

Vladimir Putin Moscow Russia 2015

Vladimir Putin Moscow Russia 2015

Sr Barbara Hojda Polonia Iunie 2015

Sr Barbara Hojda Polonia Iunie 2015

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015 Pologne

Sr Barbara Hojda Les Filles de la Charité Magadan Russia 2015 Pologne

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus April 26 2015 Magadan Russia

Fr Michael Shields of The Heart of Jesus April 26 2015 Magadan Russia

Father Michael Shields of The Heart of Jesus May 21 2015 The Poor Claire Sisters Ireland

Father Michael Shields of The Heart of Jesus  May 21 2015 The Poor Claire Sisters Ireland

Luminita Marina Raileanu psiholog Bucharest Romania July 4 2015

Luminita Marina Raileanu psiholog Bucharest Romania July 4 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13Iulie 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13Iulie 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13 Iulie 2015

Sr Barbara Hojda Magadan Russia 13 Iulie 2015

Vie de Prieres JESUS CHRIST

Vie de Prieres JESUS CHRIST

Olivia Maria Nicolae MARCOV 3 decembrie 2015

Olivia Maria Nicolae MARCOV 3 decembrie 2015

Vladimir Putin, Moscou, Russie, octobre-décembre 2015

Vladimir Putin, Moscou, Russie, octobre-décembre 2015

Irina Vatava Moscalenco la fille de Boris Vatav Ma cousine Chisinau Moldova

Irina Vatava Moscalenco la fille de Boris Vatav Ma cousine  Chisinau Moldova

Tania Trahman la petite fille de Boris Vatav Chisinau Moldova

Tania Trahman la petite fille de Boris Vatav Chisinau Moldova

Natasa la fille aînée de Boris Vatav son mari et Tania Trahman leur fille Chisinau Moldova

Natasa la fille aînée de Boris Vatav son mari et Tania Trahman leur fille Chisinau Moldova

Irina Vatav la fille de Boris Vatav le cousin de mon père de Chisinau Moldova

Irina Vatav la fille de Boris Vatav le cousin de mon père de Chisinau Moldova

Valentina et Boris et Irina Vatav Chisinau Moldova

Valentina et Boris et Irina Vatav Chisinau Moldova

Valentina et Boris Vatav le cousin de mon père Chisinau Moldova 2015

Valentina et Boris Vatav le cousin de mon père Chisinau Moldova 2015

Jesus Christ Iisus Hristos

Jesus Christ Iisus Hristos

NOTRE DAME DE LOURDES PRIEZ POUR NOUS

NOTRE DAME DE LOURDES PRIEZ POUR NOUS

Olivia Maria Marcov 1 Octombrie 2014 Bucharest Romania

Olivia Maria Marcov 1 Octombrie 2014 Bucharest Romania

DUMNEZEU TATAL CERESC SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC ATOTTIITORUL

DUMNEZEU TATAL CERESC SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC ATOTTIITORUL

Olivia Maria MARCOV 5 Ianuarie Janvier 2016 Bucharest Romania

Olivia Maria MARCOV 5 Ianuarie Janvier 2016 Bucharest Romania

Le mot de Jesus Christ Le Verbe Dieu Sfinte Dumnezeule Sfinte Tare Sfinte Fara de Moarte

Le mot de Jesus Christ Le Verbe Dieu Sfinte Dumnezeule Sfinte Tare Sfinte Fara de Moarte

SFANTUL ARHANGHEL MIHAIL CINE E CA DUMNEZEU NIMENI NU E CA DUMNEZEU SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC

SFANTUL ARHANGHEL MIHAIL CINE E CA DUMNEZEU NIMENI NU E CA DUMNEZEU SFANT VESNIC VIU ATOTPUTERNIC

Jesus Misericordia ISUS CRISTOS SI COROANA DE SPINI PATIMILE

Jesus Misericordia ISUS CRISTOS SI COROANA DE SPINI PATIMILE

Olivia Marcov Bogdan Buzoianu 31 janvier 1976 CONSTANTINE ALGERIE

Olivia Marcov Bogdan Buzoianu 31 janvier 1976 CONSTANTINE ALGERIE

Maica Domnului icoana Sf Ap Luca aici MD Vladimir

Maica Domnului icoana Sf Ap Luca aici MD Vladimir

Saint Padre Pio NOS LARMES AU CIEL

Saint Padre Pio NOS LARMES AU CIEL

Profesor fizica Ion MANEA Olivia Marcov cl 12 V 1986 Liceul N Balcescu Colegiul Sf SAVA Bucuresti

Profesor fizica Ion MANEA Olivia Marcov cl 12 V 1986 Liceul N Balcescu Colegiul Sf SAVA Bucuresti

Olivia Maria Marcov Icône de la Mère de Dieu Salvatrice et Secours des Affligés Bucarest Romania

Olivia Maria Marcov Icône de la Mère de Dieu Salvatrice et Secours des Affligés  Bucarest Romania

Silviu Marcov mon frère fratele meu Bucarest Romania

Silviu Marcov mon frère fratele meu Bucarest Romania

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 la classe 12 V Bucarest Roumanie 2016

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 la classe 12 V Bucarest Roumanie 2016

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 Bucarest Roumanie 2016

Lycée Balcescu Saint Sava 1986 Bucarest Roumanie 2016

Notification blogspot.com 17 novembre 2016

Notification blogspot.com 17 novembre 2016

Nasterea Domnului La Naissance du Petit Jésus

Nasterea Domnului La Naissance du Petit Jésus

Jésus-Christ

Jésus-Christ

luni, 9 mai 2016

Événements juste avant l’Ascension et la Pentecôte…extraits des écrits de Sainte Anne Catherine Emmerich (religieuse-mystique) ; Myriamir, le 9 mai 2016

Événements juste avant l’Ascension et la Pentecôte…extraits des écrits de Sainte Anne Catherine Emmerich (religieuse-mystique) ; Myriamir, le 9 mai 2016



Mai et Juin 1821.
Dans les premiers jours du mois de mai, Anne Catherine, empêchée par une foule de dérangements extérieurs, ne put donner que les brèves indications qui suivent sur les derniers jours que le Seigneur passa sur la terre.

Dans les derniers jours Jésus se montra fréquemment aux apôtres, et ses rapports avec eux furent ceux d’un homme ordinaire. Il a mangé et prié avec eux, et il les a enseignés. Il les a accompagnés sur plusieurs chemins, et il leur a répété toutes les instructions qu’il leur avait déjà données. Ce n’était que la nuit qu’il se montrait, à leur insu dans divers endroits.
Jésus est venu à Béthanie par le côté du levant, en compagnie d’environ cinq disciples. Marie y alla de Jérusalem avec les autres saintes femmes. Ils se rencontrèrent chez Lazare où se trouvaient aussi Marthe et Madeleine. Beaucoup de gens sont rassemblés autour de la maison : ils ont entendu dire que le Seigneur va les quitter, ils veulent le voir encore et prendre congé de lui. Il y a là une grande cour : lorsque le Seigneur fut dans la maison, on laissa entrer les gens et on ferma la cour.

Pourquoi donc Lazare vit-il si retiré ? Depuis sa résurrection, il ne vient jamais à Jérusalem, il ne va pas avec les disciples, il reste chez lui, presque toujours renfermé dans une pièce souterraine, comme dans un caveau, et il ne se montre maintenant que quand toutes les portes Sont fermées. Ils ont pris ensemble un peu de nourriture, mais sans s’asseoir. Comme les disciples pleuraient amèrement :  » Pourquoi pleurez-vous ainsi, chers frères ? Regardez cette femme, elle ne pleure pas  » ! Il adresse ces paroles à ces disciples qui sont si affligés et qui pleurent parce qu’il veut les quitter et il montre sa mère qui ne pleure point. Qu’il est touchant de voir des hommes de cet âge pleurer ainsi : ils pleurent si amèrement ! « 

(….)Ils ne pouvaient pas se persuader qu’il fût au moment de les quitter. Ils se disaient entre eux : « n’a-t-il pas déjà plus d’une fois disparu à nos yeux? »
Voilà qu’il indique du doigt divers points de l’horizon en disant :  » Quand tous ces endroits croiront à la suite de votre enseignement, quand des étrangers en chasseront les habitants et que tout ici sera dévasté, ce sera un temps bien triste ». (Ici elle se tut quelques moments.) Il dit encore : « Vous ne me comprenez pas maintenant : vous comprendrez mieux quand ce soir vous aurez soupé avec moi pour la dernière fois ». Marie se rend à Jérusalem par le chemin direct elle va dans une grande maison qui est en face du mur d’enceinte, à peu de distance du Temple. Nicodème et Joseph d’Arimathie préparent là un repas et elle les aide.

(….)Lors de la consécration du calice, je vis ses paroles y couler sous la forme d’un jet de lumière couleur de sang. Dans les derniers jours déjà, Madeleine, Marthe et Marie de Cléophas avaient reçu aussi la sainte Eucharistie.

Au point du jour ils récitèrent les matines sous la lampe, mais avec plus de solennité qu’à l’ordinaire. Jésus donna encore une fois à Pierre autorité sur les autres, il le revêtit encore une fois du manteau et répéta ce qu’il leur avait dit lors de son apparition près du lac de Tibériade et sur la montagne. Il leur donna aussi des instructions touchant le baptême et la bénédiction de l’eau. Le matin je vis, outre les apôtres, dix-sept des disciples les plus intimes assister à la prière et à l’instruction : ils se tenaient debout dans la salle, derrière la sainte Vierge.

Avant de quitter le cénacle, le Seigneur leur présenta la sainte Vierge comme leur centre et celle qui devait intercéder pour eux : Pierre et les autres s’inclinèrent et elle les bénit.
Au moment où cela as ait [avait ?]  lieu, je vis Marie comme revêtue surnaturellement d’un grand manteau bleu céleste ; une couronne planait au-dessus de sa tête et elle fut comme élevée sur un trône. C’était une image symbolique de sa dignité qui m’était ainsi montrée. Dans des visions antérieures, j’ai vu dans des occasions importantes, par exemple avant le baptême qui eut lieu le premier et le second jour de la Pentecôte, les apôtres recevoir de Marie une bénédiction semblable.
(….)Le matin, au point du jour, Jésus quitta le cénacle avec les onze apôtres. La sainte Vierge marchait derrière eux et la troupe des disciples suivait à peu de distance. Ils passèrent par les rues de Jérusalem où tout était encore dans le silence et livré au sommeil. Il y eut dans les dis cours et dans tous les actes du Seigneur une solennité et en même temps une promptitude qui allaient toujours croissant. La veille au soir il m’avait paru beaucoup plus affectueux dans ses paroles. Je reconnus le chemin qu’ils suivaient : c’était celui du dimanche des Rameaux, et j’eus le sentiment intérieur que Jésus parcourait avec eux tous les lieux témoins de sa Passion, pour vivifier en eux par ses enseignements et ses exhortations l’accomplissement de la promesse.

Ils suivirent toute la voie douloureuse : il s’arrêta quelques instants à chacun des endroits où avait eu lieu quelque incident particulier ; il commenta quelques passages des prophètes dont il leur montra l’accomplissement et il leur expliqua la signification des lieux. Dans certains endroits, comme par exemple ceux où il était tombé sous le poids de la croix, les Juifs avaient tout bouleversé : ils avaient creusé des fossés, amoncelé des pierres et accumulé des obstacles de toute espèce pour empêcher de les visiter et de les honorer. Mais Jésus ordonna au groupe qui le suivait de prendre les devants pour frayer et débarrasser la voie : ce qu’ils firent en peu de temps ; après quoi ils le laissèrent passer devant eux.

Ils arrivèrent à la porte qui conduit au Calvaire. Ils quittèrent là le chemin pour gagner une jolie pelouse qu’ombrageaient des arbres touffus : c’était un endroit où l’on venait se récréer ou prier, comme il s’en trouvait plusieurs autour de Jérusalem. Jésus s’y assit avec eux, les enseigna et les consola.

Pendant ce temps, le jour s’était fait et leurs coeurs étaient un peu allégés : il leur semblait qu’il allait encore rester avec eux.
Toutes les troupes qui la veille s’étaient séparées de lui devant la ville vinrent le rejoindre là. Je vis aussi beaucoup de gens qui venaient d’un autre côté à travers la campagne ; mais il n’y avait pas de femmes parmi eux. Lorsque le soleil fut levé, Jésus reprit le chemin qui mène au Calvaire et au saint Sépulcre. Toutefois il n’alla pas tout à fait jusque-là, mais il se détourna et longea les murs de la ville jusqu’à la montagne des Oliviers. Sur ce chemin aussi, les Juifs avaient dévasté et entouré de barrières divers endroits où Jésus avait coutume de prier et d’enseigner, et ces dégâts furent réparés par les disciples à l’aide d’outils qu’ils trouvèrent dans les jardins d’alentour : je me rappelle entre autres certaines pelles rondes semblables à celles qu’on emploie chez nous pour enfourner le pain.

Le soleil s’élevait déjà : mais je ne sais pas si je dis bien, car dans ce pays le soleil ne me paraît pas s’élever autant qu’ici : il paraît toujours plus rapproché. Je ne le vois pas se lever comme ici sous la forme d’un petit globe : il m’apparaît bien autrement resplendissant, et la plupart du temps ses rayons ne me semblent pas si délies, mais semblables à de larges bandes de lumière. J’ai commis une erreur en me servant du terme  » s’élever  » ; j’aime mieux dire que le soleil partant de l’horizon s’était avancé davantage dans le ciel. Ils s’étaient bien arrêtés ici une heure.

Maintenant aussi le mouvement de la vie avait recommencé à Jérusalem et beaucoup de gens s’étaient rassemblés autour de la montagne des Oliviers et se livraient à des entretiens animés. Plusieurs groupes sortant de la ville se dirigeaient aussi de ce côté. On voyait déjà dans le lointain une certaine agitation tumultueuse et les chemins les plus étroits étaient encombrés: cependant il restait un espace vide autour de Jésus et des siens.
Le Seigneur se dirigea alors vers Gethsémani : il gravit la montagne à l’endroit où se trouve le jardin des Oliviers, sans passer par le chemin où l’on s’était saisi de lui.
(….)

Après le repas, l’Ancien et quelques docteurs allèrent avec Jésus et les siens se promener du côté des aqueducs, lesquels venaient du côté de l’ouest. La ville n’a que de mauvaise eau. C’étaient des constructions surprenantes, semblables à d’immenses ponts avec une quantité de grands réservoirs comme des citernes. Chaque quartier de la ville avait son réservoir et ses abreuvoirs. Il y en avait où il fallait pomper, d’autres où l’on puisait l’eau. Les réservoirs des Juifs étaient à part.

Ils les montrèrent à Jésus, se plaignirent de leur insuffisance et de leur mauvais état, et témoignèrent le désir qu’il remédiât à cela. Il parla d’un nouveau réservoir à établir qui était en préparation et où il voulait faire baptiser : il dit quelque chose des dispositions à prendre.
De là ils revinrent à la synagogue, car le sabbat allait commencer. La salle était très grande et très belle : elle était éclairée avec des lampes et pleine de monde : il y avait à l’extérieur des terrasses et des escaliers, en sorte que d’en haut on pouvait voir et entendre ce qui s’y passait. Tous ces endroits étaient occupés par une foule de païens : il y en avait même qui s’étaient introduits dans l’intérieur et se tenaient pacifiquement parmi les Juifs.

On lut des passages du Lévitique sur les sacrifices et sur diverses prescriptions, et aussi quelque chose du prophète Ézéchiel. Au commencement, des docteurs firent tour à tour la lecture, puis Jésus l’expliqua, et son enseignement fut si Admirable, que l’émotion fut générale. Il parla, en outre, de sa mission et de son accomplissement prochain. Ils le regardaient comme un prophète, mais ils croyaient pourtant qu’il devait être quelque chose de plus, qu’il était sans doute celui qui devait venir avant le Messie. Jésus leur expliqua que le Précurseur avait été Jean : il parla de tous les signes auxquels ils devaient reconnaître le Messie, sans dire pourtant expressément que c’était lui-même. Mais ils le comprirent et ils sortirent de là pleins de vénération et d’une pieuse crainte.
Il alla ensuite de nouveau chez l’Ancien avec ses disciples : ils mangèrent un peu de pain et quelques herbes, après quoi ils retournèrent à leur logis. J’ai oublié en Partie ce qui se passa le soir.

En général. Jésus est accueilli ici avec une sympathie extraordinaire. Tout le monde accourt à lui et veut lui rendre honneur. Il n’y a pas ici de sectes, pas de contestations. Il a guéri plusieurs malades dans les maisons. Juifs et païens vivent ici dans des rapports intimes, quoi que dans des quartiers séparés. Les Juifs occupent deux rues. La maison des fils de Cyrinus est un grand bâtiment carré : ils font le commerce et possèdent des navires. Il y a ici un genre d’architecture particulier.

J’ai vu beaucoup d’édifices surmontés de tourelles et de clochetons, garnis de grillages et de fenêtres grillées, et ornes de têtes de doguins. (Elle appelle ainsi les mascarons, les têtes de lions et autres ornements de ce genre en usage chez les païens.) Les habitants ont apporté à Jésus et à ses disciples, aussitôt après leur arrivée, des présents, des chaussures et des vêtements neufs. Jésus ne les porta que jusqu’à ce que les siens fussent battus et nettoyés, car ensuite il les donna aux pauvres.
3 mai.— Aujourd’hui encore, Anne- Catherine raconta qu’elle s’était trouvée dans l’île de Chypre, à la suite d’un long voyage où elle avait beaucoup travaillé. Elle avait parcouru hier une partie des côtes de l’Italie, aujourd’hui la partie opposée. – De là elle était allée d’abord en Judée, puis à Chypre : elle avait deux fois passé la mer. De ce qu’elle avait fait pendant ce voyage, elle se rappelait seulement qu’elle avait eu de longs entretiens avec des ecclésiastiques en longues robes, avec des ceintures et des bonnets d’une forme particulière. Ils étaient allés dans la campagne en récitant des prières : ils avaient l’air d’inspecter les lieux comme des gens qui cherchent à s’établir quelque part. Elle était chargée de les adresser à diverses personnes considérables, de leur donner des directions, et de leur préparer les voies dans certains coeurs. Elle pense que ce sont peut être des Jésuites.

Jésus se leva au point du jour, suivant sa coutume, et il pria longtemps seul. Les disciples firent de même. Là où cela est possible, Jésus va d’ordinaire en plein air, dans quelque bouquet de bois solitaire, où il se tient un peu appuyé contre un rocher ou un tertre de gazon. Le plus souvent il lève les mains au ciel et s’entretient avec Dieu auquel il adresse de vives et ferventes prières. J’ai vu souvent, par son exemple, combien cette prière matinale est bonne et digne d’être imitée.

J’ai vu de nouveau aujourd’hui l’hôpital dans lequel Jésus a guéri hier. C’est un bâtiment rond qui s’étend autour d’une cour plantée au milieu de laquelle est un réservoir d’eau. On y prend l’eau qui sert pour les bains mais avant de boire cette eau, ou de l’employer à la cuisson des aliments ; on a soin de la purifier en jetant certains fruits dans de grands vases qui la contiennent. Dans le jardin, qui entoure cette fontaine, croissent des plantes médicinales à l’usage de la maison. Un tiers de cette enceinte est occupé par des femmes malades et séparé du reste par deux portes fermées. A l’extérieur, le bâtiment est environné d’un fossé couvert contenant une eau bourbeuse qu’on porte dans les champs comme engrais. Hier,Jésus ne guérit ici que quelques hommes qui se levèrent aussitôt, le suivirent dans la maison et en sortirent avec lui.

Ce matin, Jésus alla à la synagogue : elle était déjà pleine de Juifs et entourée de païens. Il parla si éloquemment du temps de grâce et de l’accomplissement des prophéties, que beaucoup de gens versèrent des larmes. Il exhorta en même temps à la pénitence et au baptême. Il y eut, en outre, lecture et explication de quelques passages du Lévitique et de la Prophétie d’Ézéchiel. L’instruction dura bien trois ou quatre heures.

Après cela, Jésus, accompagné de quelques docteurs, de ses disciples, de Cyrinus et de ses deux fils, se rendit à la maison de Cyrinus, où ils avaient été invités à prendre leur repas. Cette maison est située entre la ville juive et la ville païenne. A l’extrémité de cette dernière, Salamine a huit rues dont deux habitées par les Juifs. Ils ne passèrent pas par celles-ci, mais prirent un chemin qui passa t entre le quartier juif et le quartier paien, sur le derrière des maisons. Devant les grandes portes de la ville. Près de ces portes, beaucoup de païens, hommes, femmes et enfants, se tenaient rassemblés dans une attitude respectueuse.Ils saluèrent timidement de loin Jésus et les siens. Plusieurs d’entre eux l’avaient entendu enseigner dans l’école et ils avaient ensuite amené leurs familles aux portes de la ville.
A l’extrémité de la rue se trouve la maison de Cyrinus, à moitié bâtie dans les murs de la ville païenne : c’est un grand édifice avec des cours et des bâtiments de service.

Lorsqu’on l’aperçut à quelque distance, on vit aussi s’avancer la femme, les enfants et les serviteurs de Cyrinus, qui vinrent saluer Jésus et les siens. Il avait cinq filles, des nièces et d’autres parents : tous ces enfants portaient des présents qu’ils déposèrent sur des tapis aux pieds de Jésus, après s’être inclinés profondément devant lui. Il s’y trouvait des raretés de toute espèce : j’y vis des objets de formes diverses : il y avait de l’ambre, un arbrisseau rouge sur un socle, et quelque chose que j’ai vu récemment dans la mer Rouge. Chacun de ces enfants semblait vouloir porter à Jésus ce qu’il avait de plus précieux, et comme tous ne pouvaient pas lui remettre leurs cadeaux en main propre, ils les présentaient à ses compagnons.

La maison de Cyrinus est très spacieuse : elle est bâtie à la mode païenne, avec des vestibules et des escaliers à l’extérieur. Sur le toit se trouve un véritable jardin, où sont rangées dans des pots des plantes de toute espèce. Tout était orné comme pour une fête : la table, plus haute que les tables ordinaires, était recouverte d’un drap rouge, par dessus lequel était une autre couverture à jour : je ne sais si elle était en soie ou en paille très fine. Les lits qui entouraient la table étaient aussi à la mode païenne : ils étaient moins longs que chez les Juifs. Outre les disciples il n’y avait qu’une vingtaine de convives : les femmes mangeaient à part.
Après le repas, on fit la promenade habituelle du jour du sabbat dans la direction des aqueducs. Jésus et ses disciples furent alors conduits par le nouveau disciple Jonas à la maison de son père qui est située au milieu d’un jardin, en dehors du quartier des Juifs. C’est une espèce de grande ferme avec plusieurs séparations qui la font ressembler un peu à un couvent. Le maître de la maison est un vieil Essénien. Plusieurs femmes d’un certain âge occupent une partie séparée de l’habitation : ce sont, à ce qu’il semble, des veuves de ses parentes, ses nièces ou ses filles.

Elles ont un costume qui a quelque chose de particulier : elles sont vêtues tout en blanc et voilées. Le vieillard était très humble ; il témoignait une joie d’enfant et il se fit conduire à la rencontre de Jésus. Il ne savait que lui offrir, car il n’avait pas d’objets précieux ; mais il montrait du doigt tout ce qui l’entourait, lui-même, son fils et ses filles, comme s’il eût dit : « Seigneur, tout ce que nous possédons est à vous ; nous sommes à vous nous-mêmes et ce que j’ai de plus cher, mon fils est à vous  » ! Il invita Jésus et ses disciples à un repas pour le lendemain.
De là Jésus alla de nouveau près des aqueducs et il parla aux préposés de l’établissement d’une fontaine où l’on pourra prendre des bains et qui est déjà préparée : seulement il n’y a rien pour abriter les baigneurs et l’eau n’y vient pas encore. Il faut l’obtenir des païens, soit gratuitement, soit à prix d’argent. Elle vient de l’aqueduc, lequel, ici, dans la plaine, n’est élevé que d’un étage ; il y a des réservoirs des deux côtés. L’eau vient des montagnes qui sont au couchant. Le nouveau bassin, qui servira aussi pour donner le baptême, a plus de quatre angles. On y descend par des marches : il est entouré d’excavations circulaires qui se remplissent d’eau quand on presse ou qu’on met en mouvement une manivelle placée dans la fontaine centrale. Le tout est entouré d’un terrassement et il y a là aussi un emplacement où l’on pourra enseigner, et au-dessus duquel sont tendues des toiles.
Beaucoup de Juifs et de païens s’étaient rassemblés là, et Jésus dit que le lendemain il y instruirait ceux qui voudraient recevoir le baptême. Il fit une courte instruction. Les Juifs qui l’accompagnaient parlaient beaucoup d’Élie et d’Élisée : je crois que ces deux prophètes sont venus ici.
Des femmes juives s’étaient placées sur le chemin avec des troupes d’enfants que Jésus toucha ou qu’il attira à lui et qu’il bénit. Il y avait aussi plusieurs maîtresses d’école ou mères païennes avec des voiles de couleur jaune : elles se tenaient à part avec de belles filles sveltes et des petits garçons : Jésus les bénit de loin en passant devant eux.

Tous se rendirent avec Jésus à la synagogue pour la clôture du sabbat.

Il enseigna encore sur les sacrifices, d’après le Lévitique et Ézéchiel. Son langage eut quelque chose d’extraordinairement doux et pénétrant : il expliqua les lois de Moïse en les rattachant toujours à l’accomplissement actuel de ce qui était signifié par elles. Il parla du sacrifice d’un coeur pur, dit que les sacrifices avec leurs formes innombrables ne pouvaient plus être d’aucune utilité, qu’il fallait purifier son âme et offrir ses passions en sacrifice. Il ne laissa de côté, comme s’il y eût rejeté quelque chose, aucune des prescriptions de la loi ; il résolut toutes les questions, et par les explications qu’il donna du contenu de la loi, il ne fit qu’exciter pour elle plus d’admiration et de respect. En même temps il prépara au baptême et exhorta à la pénitence parce que les temps étaient proches.

Sa parole et son accent lurent ici, comme toujours, semblables à des rayons vivants, qui réchauffaient et pénétraient profondément. Il parlait toujours avec un calme et une énergie extraordinaires, jamais très vite, excepté dans certaines discussions avec les Pharisiens ; alors ses paroles étaient comme des traits acérés et son accent devenait plus sévère. Il a une voix de ténor très mélodieuse, très pure et à laquelle aucune autre ne peut être comparée. On l’entend distinctement au milieu du bruit par-dessus toutes les autres voix sans que jamais il l’élève.

Les leçons et les prières sont psalmodiées à la synagogue d’une façon qui ressemble au plain-chant de la messe et des offices chez les chrétiens ; les Juifs aussi chantent souvent à deux choeurs. Jésus lut les leçons à leur manière.

Après Jésus un vieux docteur très pieux adressa la parole à l’assemblée. Il avait une longue barbe blanche : il était maigre, mais sa physionomie respirait la bonté et la piété. Il n’était pas de Salamine : c’était un pauvre vieux rabbin errant, qui allait dans l’île d’un lieu à l’autre, visitant les malades, consolant les prisonniers, recueillant des aumônes pour les pauvres, enseignant les ignorants et les enfants, consolant les veuves et parlant en public dans les synagogues. Cet homme fut comme inspire de l’Esprit Saint : il adressa au peuple un discours pour rendre témoignage à Jésus, tel que je n’ai jamais entendu de rabbin en tenir de semblable en public. Il leur énuméra successivement tous les bienfaits du Dieu tout-puissant envers leurs pères et envers eux-mêmes, et il les exhorta à lui rendre grâces de ce qu’il les avait laissés vivre jusqu’à la venue d’un tel prophète et d’un tel docteur, et de ce que celui-ci exerçait la miséricorde envers eux jusqu’à venir les trouver hors de la Terre Sainte.Il rappela les miséricordes de Dieu envers leur tribu (c’était celle d’Issachar), et il les exhorta à se convertir et à faire pénitence.

Je me souviens qu’il dit que Dieu maintenant ne serait pas aussi sévère que lorsqu’il avait frappé de mort les adorateurs et fabricateurs du veau d’or. Je ne sais plus bien à quoi cela se rattachait : peut-être que beaucoup d’hommes de la tribu d’Issachar avaient été du nombre de ces idolâtres. Il parla aussi d’une manière surprenante touchant Jésus : il dit qu’il le regardait comme plus qu’un prophète, qu’il n’osait pas dire qui il était, que l’accomplissement des promesses était proche, il « tous devaient se proclamer bienheureux d’avoir entendu de tels enseignements d’une telle bouche, et d’avoir assez vécu pour voir l’espérance et la consolation d’Israël. Le peuple fut extrêmement touché. Beaucoup pleuraient de joie. Tout cela se passa en présence de Jésus, qui se tenait tranquillement à l’écart avec ses disciples.

Ensuite Jésus alla avec les siens prendre le repas du soir chez l’ancien. La conversation fut très animée. Ils prièrent Jésus de rester avec eux. Ils parlèrent des prédictions de quelques prophètes qu’on appliquait au Messie et où il était parlé de persécutions et de souffrances : toutefois ils espéraient qu’il n’avait rien de semblable à craindre. Ils lui demandèrent s’il était le précurseur du Messie ; mais il leur parla de Jean-Baptiste, il leur dit aussi qu’il ne pouvait pas rester parmi eux. Un des assistants, qui avait voyagé en Palestine, en vint à parler de la haine des Pharisiens pour Jésus et il s’éleva fortement contre ceux-ci. Mais Jésus lui reprocha sa sévérité et il parla pour excuser et atténuer leurs torts.

Je me souviens ici qu’hier, ayant entendu ma Barde dire du mal du prochain, je l’avais reprise avec trop peu de douceur. Je pensai aux discours de Jésus : hélas ! Cela me touche directement. Aujourd’hui encore une fois je me trouvai moi-même faire partie du tableau qui me fut montré. Je vis qu’en certains lieux on commençait à couper le blé ; mais le moment de la moisson n’était pas encore venu et je me dis : Ce sont des coupeurs affamés, comme on appelle chez nous les gens qui coupent avant les autres.

Mais je vis ça et là de belles fleurs de camomille bien plus grosses que celles qui sont dans nos champs et je me dis : Je voudrais bien que ma petite nièce, Marie-Catherinette, pût en cueillir pour mes maux d’yeux avant qu’elles ne soient coupées par ces gens ! Une chose aussi me parut singulière, c’est qu’on fût là au mois de mai, tandis que je pensais être au mois d’octobre, vivant comme je le fais dans ma chambre, à Dulmen. Dans ce pays, le froment est épais et touffu comme le roseau : on ne coupe la paille que deux largeurs de main au-dessous de l’épi.

La Soeur parle aussi d’une plante touffue et grimpante comme les pois, dont elle décrit les longues cosses avec les fèves qu’elle renferme : elle décrit de même plusieurs autres plantes, mais dans le patois de son pays et en termes trop vagues pour pouvoir être reproduits. Les pentes des montagnes sont couvertes de vignes, il y a aussi de longues rangées d’oliviers et de figuiers, des arbustes et des arbres qui donnent du coton et beaucoup d’autres fruits et légumes. Elle décrit encore des herbes tinctoriales et aromatiques et des baies de toute espèce. Je vois dans le lointain, dit-elle, des animaux en grandes troupes : ce sont, je crois, des montons. Il doit y avoir dans ce pays beaucoup de cuivre et d’autre métal du même genre, car on y a une quantité de chaudrons de couleur jaune.

Je me souviens confusément qu’au temps où Madeleine vivait dans sa grotte en France, Lazare s’était réfugié ici, forcé de quitter Marseille à la suite d’un soulèvement.
Je vois la patrie de Barnabé à trois lieues environ d’ici, dans l’intérieur des terres, près d’une forêt : je crois qu’on y fait le commerce de bois et qu’on y prépare des pièces pour la construction des navires. Il me semble que les parents de Mnason demeurent plus loin.
Devant Salamine, je vois tresser des cordes d’une longueur extraordinaire qui servent pour les navires et pour faire des filets. On doit aussi fabriquer là des couvertures et des draps ; il y a de longs tréteaux où des étoffes de toute espèce sont suspendues et flottent au vent.
J’ai oublié de dire que près de la maison de Cyrinus il y a de grandes caves où se trouvent des vases de toute espèce contenant des épices et des herbes aromatiques. Il en a beaucoup cueilli sur le Thabor. On prépare là des parfums de toute espèce ; c’est une odeur comme celle d’une pharmacie. Cyrinus fait le commerce des épices.

4 mai.  Je vis de très grand matin Jésus se retirer à l’écart pour prier. Le plus souvent il est déjà sorti quand les autres dorment encore. Je sentis à cette occasion combien la prière matinale est agréable à Dieu. Jésus alla ensuite à l’hospice avec les disciples. Il guérit plusieurs malades et les prépara au baptême dans la cour, près de la fontaine.Plusieurs allèrent avec lui dans des coins retires et confessèrent leurs fautes. Il fit aussi mettre à part de l’eau destinée aux baptêmes dans des baignoires où plus tard ces gens furent baptisés par les disciples.

Après cela, je vis Jésus aller à la nouvelle fontaine baptismale où plusieurs personnes étaient occupées à faire divers arrangements pour lesquels il leur donna des conseils. Cependant une foule nombreuse se rassembla autour du tertre qui était près de là, car il était venu beaucoup de gens des environs et on avait dressé quelques tentes et élevé quelques cabanes de feuillage près des aqueducs.
Ils étaient arrivés hier soir après le sabbat, soit pour entendre Jésus, soit pour leurs affaires et leurs travaux. Il y avait parmi eux des faucheurs à cause de la moisson qui était proche, et aussi des marchands et des vendeurs de bestiaux qui campaient près de l’aqueduc avec leur bétail. Beaucoup de païens de Salamine s’étaient joints à eux ainsi que beaucoup de Juifs du quartier israélite. Jésus enseigna jusque vers dix heures, abrité par une toile tendue au-dessus de lui : les assistants, à cause du soleil, se tenaient sous des cabanes de feuillages, des tentes et des pavillons. Il parla de sa mission, de la pénitence, de la réconciliation et du baptême : il dit aussi quelque chose de la prière et de l’oraison dominicale.

Sur ces entrefaites, un païen qui avait l’air d’un soldat ou d’un employé de tribunal, vint trouver les préposés et leur dit que le gouverneur romain de Salamine désirait parler au nouveau docteur et l’engageait à se rendre auprès de lui. Il dit cela d’un ton assez sévère, comme s’il eût trouvé mauvais qu’ils ne lui eussent pas amené Jésus dès son arrivée. Ils firent prévenir Jésus par ses disciples pendant une pause : il répondit qu’il irait et continua à enseigner. Lorsqu’il eut fini, il suivit avec ses disciples et les anciens le messager du gouverneur. Ils avaient bien une demi lieue à faire sur le chemin par où Jésus était venu du port, avant d’arriver à la principale porte de Salamine qui était une grande et belle arcade avec des colonnes.
Sur le chemin, comme ils passaient devant des jardins et de grandes constructions, je vis çà et là des ouvriers païens et d’autres personnes les observer et regarder Jésus : plusieurs toutefois intimidés à son approche se cachaient derrière des buissons et des murs. Entrés à Salamine, ils marchèrent bien encore une demi-heure et arrivèrent à une grande place. Beaucoup de gens se tenaient ça et là sur les galeries qui environnaient les cours, derrière des grilles et devant les portes. A quelques coins de rue et sous des arcades se tenaient des femmes païennes avec des troupes d’enfants, toujours rangés trois par trois, les uns à la suite des autres. Les femmes couvertes de leurs voiles s’inclinaient devant Jésus : parfois des enfants ou même des femmes s’avançaient et offraient à Jésus ou à ses compagnons de menus présents : c’étaient des paquets d’aromates, des parfums dans de petites boîtes, de petits gâteaux de couleur brune et des figures d’une odeur agréable, représentant des étoiles ou d’autres objets. Ce doit être un usage du pays, une manière respectueuse de souhaiter la bienvenue.
Jésus s’arrêtait un instant près de ces groupes, il les regardait d’un air grave et bienveillant, et les bénissait de la main sans les toucher.
Je vis ça et là des idoles : ce n’étaient pas comme en Grèce et à Rome, de belles figures sans vêtements : elles ressemblaient à celles de Tyr, de Sidon et de Joppé. Je vis des figures dont la partie inférieure était recouverte comme d’ailes ou d’écailles : le milieu du corps était plus mince et entouré d’une ceinture : elles avaient une poitrine de femme, et plus haut des bras et des rayons, ou plusieurs ailes grandes et petites. J’en vis aussi quelques-unes qui étaient emmaillotées comme de petits enfants.

A mesure qu’on avançait dans la ville, un nombre toujours croissant de personnes faisait cortège à Jésus et la foule arrivait de tous les côtés sur la place. Au centre de cette place se trouve une belle fontaine : on y descend par des degrés et l’eau bouillonne dans le milieu du bassin. Il y a au-dessus un toit supporté par des colonnes, et tout autour règne des galeries ouvertes avec de jolis arbustes et des fleurs. La porte qui conduit à la fontaine est fermée. Ce n’est que par privilège qu’on obtient de son eau, parce qu’elle est la meilleure de la ville et qu’elle passe pour très salubre.
Vis-à-vis de cette fontaine s’élève le palais du gouverneur, qui est orné de colonnes Sur une terrasse en saillie, sous un toit soutenu par des colonnes, se tenait le gouverneur romain, assis sur un siège de pierre d’où il voyait venir Jésus. C’était un homme de guerre : il portait un vêtement blanc, avec quelques raies rouges, serré autour de la taille. Son justaucorps descendait jusqu’aux reins et se terminait par des lanières ou des franges. Ses jambes étaient lacées. Il avait en outre un manteau court de couleur rouge et sur la tête un chapeau qui ressemblait un peu à un plat à barbe. Je vis derrière lui quelques soldats romains sur les degrés de la terrasse.

Tous les païens furent surpris des marques de respect qu’il donna à Jésus : car à son arrivée, il descendit au bas de la terrasse, prit la main de Jésus avec une espèce de mouchoir qu’il avait dans la sienne et la pressa avec l’autre main, où était l’autre extrémité du mouchoir. Il fit en même temps une légère inclination, et aussitôt il monta sur la terrasse avec Jésus. Il lui parla de la manière la plus amicale et l’interrogea avec curiosité sur beaucoup de choses. Il lui dit qu’il avait entendu parler de lui comme d’un docteur plein de sagesse, ajoutant que, quant à lui, il était plein de respect pour la loi des Juifs.
Était-il vrai que Jésus fit tous les prodiges que la renommée lui attribuait ?D’où lui venait ce pouvoir ? Était-il le consolateur promis, le Messie des Juifs ? Les Juifs attendaient un roi. Était-il ce roi? Avec quelles forces alors voulait-il prendre possession de son royaume ? Avait-il une armée quelque part ? Ne venait-il pas dans l’île de Chypre pour recruter des partisans parmi les juifs qui s’y trouvaient ?
Tarderait-il longtemps encore à se montrer dans toute sa puissance ? Le gouverneur lui fit beaucoup de questions de ce genre avec une gravité bienveillante et avec un respect et une émotion visibles.
Jésus répondit toujours en termes vagues, généraux, ce qu’il faisait, du reste, ordinairement avec les magistrats qui l’interrogeaient de la sorte, disant, par exemple :  » Vous le dites ; on le croit ; le temps où la promesse doit s’accomplir est proche, les prophètes l’ont dit ainsi « .
A la question touchant son royaume et son armée, il répondit que son royaume n’était pas de ce monde,  que les rois de la terre avaient besoin de soldats, mais que lui, il recrutait les âmes pour le royaume du Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre. Il entremêla ses ‘ réponses d’enseignements pleins de profondeur, et ses paroles, comme sa personne, firent une vive impression sur le gouverneur.

Cependant, le gouverneur avait ordonné de porter des rafraîchissements près de la fontaine,sur la place, et il invita Jésus et les siens à le suivre jusque-là.- ils considérèrent la fontaine et prirent un peu de nourriture : la collation avait été déposée sur un banc de pierre recouvert d’un tapis. Il y avait des écuelles brunes contenant un liquide de même couleur dans lequel ils trempèrent des gâteaux : ils mangèrent aussi des bâtons de la longueur du bras et de deux pouces d’épaisseur: c’étaient, je crois, des conserves ou des fromages ; il y avait aussi des fruits et des pâtisseries en forme d’étoiles ou de fleurs. Il y avait de petites urnes pleines de vin.
D’autres urnes, d’une matière veinée de diverses couleurs, ayant la même forme que les urnes de Cana, seulement plus petites, étaient remplies d’eau de la fontaine. Le gouverneur parla de Pilate, des violences exercées par lui dans le Temple et en général de toute sa conduite avec une désapprobation marquée : il dit aussi quelque chose de la chute de l’aqueduc de Siloë.
Jésus, au bord de la fontaine, eut avec lui un entretien sur l’eau, sur les diverses sources troubles, limpides, amères, salées et douces, sur leur efficacité très différente, sur la manière dont elles étaient maintenues dans des puits ou distribuées dans des canaux, il en vint ensuite à parler de la doctrine des Juifs et de celle des païens, de l’eau du baptême, de la régénération des hommes par la pénitence et la foi, qui devait faire d’eux tous des enfants de Dieu. Ce fut une instruction merveilleuse, qui avait quelque chose de l’entretien avec la Samaritaine près du puits de Jacob. Ses paroles firent une grande impression sur le gouverneur, qui as ait déjà beaucoup de penchant pour les Juifs.

Après midi, Jésus alla avec ses compagnons dans la maison de l’Essénien, et le gouverneur lui témoigna le désir de l’entendre souvent. Il n’y a, ait pas ici une si grande séparation qu’ailleurs entre les Juifs et les païens : les Juifs les plus intelligents, spécialement les adhérents de Jésus, même en Palestine, acceptaient à manger et à boire de la part des gens de distinction ; seulement, ici comme ailleurs, toujours dans des vases différents. Quand Jésus s’en retourna, beaucoup de païens le saluèrent avec encore plus de déférence, portés à cela par la manière d’agir du gouverneur.

Il y a dans ce pays une incroyable quantité de fleurs : mais on y fait aussi de très jolies fleurs artificielles avec de la laine de couleur, de la soie et des plumes. Je vis les enfants païens que Jésus bénissait, parés pour la plupart de fleurs de cette espèce. Les petites filles, comme les garçons, avaient des vêtements très courts et très légers : les plus petits et les plus pauvres étaient tout à fait nus, à l’exception d’une pièce d’étoffe roulée autour des reins. Les jeunes filles appartenant à la classe aisée portaient par dessus un petit jupon une petite robe d’étoffe jaune, très légère et presque transparente, qui n’allait pas tout à fait aux genoux et qui, à la ceinture, aux extrémités et ailleurs encore, était richement brochée de fleurs de laine bariolée, comme celles dont j’ai parlé.
Elles portaient sur les épaules une pièce d’étoffe légère qui se croisait sur la poitrine ; autour des bras et sur la tête, elles avaient le plus souvent des guirlandes de ces fleurs artificielles. On doit se livrer ici à la culture de la soie : car je vois des arbres étalés avec soin contre les murs et sur lesquels rampent beaucoup de vers qui, plus tard, filent leurs cocons ; je ne sais pourtant pas si ce sont de vrais vers à soie.
Jésus vint vers deux heures dans la maison de l’Essénien, père de Jonas. Il n’y avait avec lui que ses disciples et quelques docteurs ; on lui lava les pieds à son entrée. Tout y était beaucoup plus simple et plus rustique que là où il avait été reçu précédemment.
C’est une famille considérable appartenant à la classe des Esséniens qui se marient, mais sans cesser de mener une vie simple, pieuse et très tempérante. Les femmes étaient des veuves avec des enfants déjà adultes ; c’étaient les filles du vieillard et elles vivaient réunies à lui. Jonas, le disciple, était un fils que le vieillard avait eu plus tard et dont la mère était morte en le mettant au monde. Il l’aimait d’autant plus qu’il était son fils unique : il avait eu de grandes inquiétudes à son sujet, car il y avait déjà plus d’un an qu’il était absent.

Il croyait ne plus le revoir jamais, lorsqu’il eut de ses nouvelles par Cyrinus, dont les fils l’avaient rencontré à la fête et à Dabrath, près du Thabor. Jonas avait voyagé comme font souvent les jeunes étudiants ; il avait visité les lieux les plus remarquables de la Terre Sainte, était allé chez les Esséniens de Judée, avait visité le tombeau de Jacob, près d’Hébron, et celui de Sara, entre Jérusalem et Bethlehem (celui-ci était alors au bord du chemin, maintenant il en est un peu écarté). Il avait vu Bethlehem ; il était monté sur le Carmel et sur le Thabor.
Ayant entendu parler de Jésus, il avait assisté à une instruction faite sur la montagne avant que Jésus allât dans le pays des Gergéséniens : puis, après les fêtes de Pâques, il était allé de Dabrath, avec les fils de Cyrinus, entendre le dernier sermon prêché près de Gabara ;

C’était là qu’il avait été accepté par Jésus comme disciple, après quoi il était revenu dans sa patrie.
Le repas eut lieu dans une espèce de jardin avec de longues et épaisses charmilles; la table était un petit tertre de gazon avec des couvertures posées sur des planches ; sur l’un des côtés de cette table étroite qui formait un petit terrassement s’étendaient les couches des convives, lesquelles étaient aussi taillées dans le gazon et recouvertes de nattes Le repas était très frugal : c’étaient des gâteaux, une sauce dans laquelle on trempait des herbes, de la viande d’agneau et des fruits ; il y avait de petites cruches sur la table.
Les femmes étaient à part, toutefois plus en rapport avec les convives que je ne les ai vues ailleurs ; elles apportèrent les mets la tête couverte de leur voile ; ensuite elles s’assirent à quelque distance pour écouter les discours de Jésus. Il y avait sur les côtés du jardin des rangées de cabinets de verdure très touffus et séparés les uns des autres ; je crois que c’est un second jardin servant d’oratoire.
Cette famille forme une toute petite communauté essénienne ; ils vivent des produits de leurs champs et de l’élève des bestiaux ; il y a aussi parmi eux des fileuses et des tisserands.
Le vieillard eut avec Jésus un entretien où il fut question du meurtre de Jean-Baptiste et des prophéties. J’ai oublié le reste.

À SUIVRE…Ascension et Pentecôte

Sursa
https://myriamir.wordpress.com/2016/05/09/evenements-juste-avant-lascension-et-la-pentecoteextraits-des-ecrits-de-sainte-anne-catherine-emmerich-religieuse-mystique/



Niciun comentariu:

Trimiteți un comentariu